Partagez | 
 

 Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quel écrit avez-vous préféré ?
L'écrit de Sakura2323
21%
 21% [ 3 ]
L'écrit de Kloyporte
14%
 14% [ 2 ]
L'écrit de Sana--chan
50%
 50% [ 7 ]
L'écrit de Mahora
7%
 7% [ 1 ]
L'écrit de Cassandre
7%
 7% [ 1 ]
Total des votes : 14
 

AuteurMessage
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14   Sam 15 Fév - 17:40

Vote concours Saint-Valentin




Vous trouverez les règles pour le concours --> Ici

Voilà le concours Saint-Valentin est terminé, je lance donc le sondage pour les votes. Les règles sont simples, je vous demande de voter pour l'écrit qui respecte le plus les consignes demandées, ainsi que pour celui qui vous a le plus plu, touché, où vous ressentez le plus les sentiments qui sont partagés. 

On ne peut voter que pour une seule personne, mais vous pouvez mettre dans un message votre avis pour chaque écrit, ça serait sympa pour les auteurs. Vous pouvez également faire un classement, car j'avoue que le choix ne va pas être facile, Ils sont tous bien. Vous avez le droit de voter pour vous-même.

Le sondage va durer 3 semaines pour que tout le monde ait bien le temps de tout lire et de donner son avis. Vous aurez donc le résultat le Dimanche 9 Mars 2014 à minuit. Vous trouverez tous les écrits ci-dessous dans un message différent à chaque fois. Je souhaite bonne chance à tous nos participants. Soyez honnêtes pour vos votes s'il vous plaît et votez par rapport aux règles, merci d'avance.


Bisous Bisous



Dernière édition par Mahora le Ven 30 Mai - 22:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: L'écrit de Sakura2323   Sam 15 Fév - 17:53

L'écrit de Sakura2323

Manga Utilisé : Fairy Tail
Couple : Natsu et Lucy
Celui qui écrit la déclaration : Lucy
Celui qui lit la déclaration : Natsu


Lettres de St-Valentin





Chère Natsu,


Ce que je vais t’écrire aujourd’hui dans cette lettre pourra te sembler être très facile à écrire pour moi, étant une écrivaine qui prend plaisir à jouer avec les mots à mes heures perdues. Pourtant, je ne vois pas ça du même point de vue. Je n’arrive pas à me souvenir d’une fois dans ma vie, ou j’ai eu à rédiger un écrit qui me demandait d’aller puiser à ce point au fond de ma réserve de courage. Pour être totalement honnête avec toi, je ne saurais jamais ce qui m’a finalement poussé à composer cette lettre qui mijotait, depuis un bon moment, au plus profond de mon coeur. Je ne sais pas, peut être que l’arriver de la St Valentin y ait pour quelque chose? À l’approche de cette fête, les cœurs des amoureux s’enflamment et leurs désirs pour leur douce moitié deviennent encore plus vifs, plus présent du moins. Je ne sais pas si tu es au courant, Natsu, mais il parait que beaucoup de gens déclarent leur flamme en ce jour spécial ou l’amour est à l’honneur. Des sentiments, longtemps développer en secret pour une personne, peuvent finalement lui être dévoilé et dans le meilleur des cas, il se trouve qu’ils sont réciproques. Comme le dirait Happy « C’est beau l’amourrr »…Tu ne trouve pas? Je crois pouvoir enfin comprendre ce que ressente ces personnes. Cette force, qu’on pourrait qualifier de surhumaine, qui nous pousse a allé toujours plus loin pour une personne, je crois que j’en suis une victime. Dès notre première rencontre j’ai tous de suite perçu une chaleur nouvelle en te regardant. Ton regard poser sur moi a sufis à me libérer du sortilège de charme duquel j’étais victime. J’ai alors compris, sans vraiment me l’admettre, que tu serais à jamais quelqu’un de spécial pour moi. Ton charisme m’a tout de suite charmé et sous tes air d’un gourmand imbécile qui aime se battre, j’ai pu voir une âme sensible qui serait près à tout donner pour ceux qu’il aime. La confiance est tout de suite venue d’elle même, je savais au fond de moi que tu serais toujours la pour me protéger et pour m’aider dans les dur moment. C’est vrai, tu m’a sauvé la vie à de nombreuse reprise et sans toi je ne pourrais même pas écrire ces mots à l’instant. Tu as été le meilleur coéquipier que j’aurais pu imaginé! Tu as fait ce que je savais depuis toujours ; tu m’as protégé de tous les dangers, mais encore plus important encore, tu m’as soutenu lors des moments difficiles. Que ce soit à la mort de mon père, lorsque l’on étaient fait prisonnier de l’île Tenrou ou au grand jeux de la magie, tu as été la pour moi de toute les façons possibles. Tu m’as fait grandir et c’est grâce à toi qu’aujourd’hui je peux affirmer haut et fort que je connais cette sensation viscérale qui nous prend sans cesse à la vue de notre âme sœur : l’amour! Je t’aime Natsu! Je t’aime de toutes les façons qu’on peut aimer quelqu’un! Tu es un élément important de ma vie et ça m’a pris beaucoup trop de temps à me l’admettre. Pourtant tout les signes y étaient, je ne pouvais seulement pas, pour une raison qui m’échappe encore aujourd’hui, laisser s’exprimer se besoin d’être à tes côté. Maintenant, j’en suis sur! Je ne peux vivre sans toi, sans ta présence. Te voir chaque matin essayer de provoquer tout le monde en duel à la guilde me comble de bonheur. C’est étrange à dire, c’est vrai, mais c’est comme ça! Je ne pourrais te voir autrement et je t’accepte et t’apprécie pour ce que tu es. Tu vas sûrement trouver que ces mots vont sonner un peu cliché, mais c’est vrai, tu es le rayon de soleil de ma vie! Tu as fait plus pour moi que de m’inviter à rejoindre la guilde de Fairy Tail, tu m’as permis d’y trouver des amis avec qui je me sens en famille et je t’ai trouver toi, mon Natsu. Rien au monde ne pourra changer mon amour pour toi, cet amour restera toujours en moi, profondément encré dans une partie importante de mon coeur. Si un jour cette partie venait à m’être arraché par le pire des malheurs, je ne pourrais faire autrement que de cesser toute existence. C’est à ce point que tu comptes pour moi, et je vais dédier le reste de ma vie à continuer constamment de te le prouver!


Peut être qu je t’ai effrayer avec ma lettre, si c’est le cas j’en suis désoler. Mon plus grand rêve est de vivre pour toujours à tes côtés, mais si cela te parait impossible où que tu ne ressens pas ce même amour pour moi, je ne t’oblige à rien. Tu sais, Natsu, quand on aime quelqu’un pour de vrai, et je parle de vrai grand amour avec un grand A, je crois qu’au plus profond de son cœur, ce qui compte le plus est le bonheur de l’autre. Même si ta quête du bonheur n’ait pas moi, je ne t’en voudrais pas et je ne t’en aimerais pas moins.


Je t’aime Natsu Dragnir et je veux ton bonheur peut importe ce qu’il ait! Pourtant une partie de moi espère, et espéra toujours, que tu ressent la même chose à mon égare!


Lucy Heartfillia, ta coéquipière qui est éperdument amoureuse de toi!

 

******

 

-         Natsu! Natsu! Tu as reçu une lettre!

-         Ah oui? Merci Happy, je vais te rejoindre à la guilde laisse moi le temps de la lire et j’arrive!

-         Aye Sir!!

Natsu pris la lettre dans ses mains, elle sentait un parfum qui lui était très familier.

-         Lucy? se demanda Natsu

Il ouvrit délicatement la lettre, plongeant son doigt dans la fente du papier pour ne pas déchirer l’enveloppe qu’elle avait du, comme il la connaissait si bien, prendre une éternité à choisir. Il commença à lire, d’abord avec un sourire presser de retrouver Happy a la guilde, puis ce sourire se transforma en étonnements qui ne puissent cesser tout au long de sa lecture. Quelques minutes de silence se firent entendre après qu’il eu terminer. Quelques minutes qui lui sembla une éternité, et comme s’il était poussé par une force surhumaine, il sortit un crayon et une feuille puis se mis à écrire.

 

****

 

Lucy était assise sur son lit, l’esprit ailleurs. Cela faisait déjà trois heures qu’elle étais aller porter la lettre sur le pas de la porte de Natsu. Elle était songeuse. Toutes ses pensées étaient tournées vers lui.

-         Lucy! Lucy! Tu as du courrier!

-         Happy? Mais qu’est ce que tu fais ici?

-         Quelqu’un m’a demandé de t’apporter ça! Bonne lecture! Aye Sir!

Happy quitta la chambre aussi vite qu’il était entré. Lucy pris la lettre et l’ouvris délicatement, savourant ses dernier instant qu’elle pouvais passer à imaginé ce que pouvait contenir cette lettre. Elle commença a lire :

 

Chère Lucy


Après avoir lu cette lettre que tu m’as envoyée, je suis resté sans voix. J’avais l’impression que ce que je lisais n’était qu’une fiction, une de tes œuvres que tu as l’habitude d’écrire en cachette. Ma surprise n’en a été que plus grande, car je me demandais pourquoi tu voulais m’en faire part tout d’un coup? C’est ensuite que j’ai compris. Tu étais sérieuse, c’était tes sentiments que tu mettais, tant bien que mal, sur papier. Je vais être honnête avec toi, j’ai été ému. Je ne savais pas, Luce, je ne savais pas ce que tu ressentais pour moi! La magie de la St Valentin donc tu parle dans la lettre, je crois comprendre ce que ça signifie, moi aussi. Ta déclaration m’a fait chaud au cœur, même si j’ai été un peu pris par surprise. Je n’aurais jamais imaginé que quelqu’un comme toi, Lucy, l’héritière des Heartfillia et mage extraordinaire de Fairy Tail, une femme si incroyable, pourrais s’intéresser a quelqu’un comme moi! Je ne suis qu’un mage qui cherche la bataille, gourmand et tête en l’air! Ton souhait dans le meilleur des cas était que la personne à qui on déclare ses sentiments nous avoue qu’ils sont réciproques, et bien je peux t’affirmer que les miens le sont! Je t’aime Luce! Je t’aime! Si j’aurais sus que toi aussi, jamais je serais resté aussi longtemps dans le secret. On a passé tellement de bon moment tous les deux! J’étais sur que tu pouvais, et que tu voulais, avoir mieux. Depuis que je t’ai sauvé du charme de séduction, ton sourire hante mes nuits, ton visage brille dans mes journées, tes larmes me brise le cœur et te savoir heureuse me comble! Ta lettre à apporter du bonheur pour moi et je veux rester pour toujours à tes coté Luce! On ne peut être heureux qu’avec les personnes qu’on aime, n’est ce pas? C’est avec toi que je veux vivre mon bonheur, pour toute la vie! Je t’aime et je suis content de pouvoir te le dire, enfin, même si cela peut te sembler très maladroit, c’est ce que je ressent!


Natsu Dragnir, celui qui veillera sur toi à jamais


P.S. Regarde vers ta fenêtre!! 


De grosses larmes de joies coulèrent des yeux émeraude de Lucy. Elle se retourna en direction de sa fenêtre, et y vit ce qu’elle attendait depuis tellement longtemps. 
-         NATSU!!
Elle couru se blottir dans ses bras, avec une forces incroyable. Tout le poids de ses dernières semaines à espérer ce moment, tomba de ses épaules.  Elle pouvait enfin revivre et cette sensation qu'elle recherchait depuis si longtemps dans son ventre la fit pleurer encore plus fort. Natsu la tenait toujours fortement et lui caressa les cheveux. Il s’approcha d’elle et échangèrent leur tout premier baiser. Leurs lèvres restèrent unies de longues minutes avant qu’elles ne se séparent, l’espace d’un instant, pour que la blonde puisse lui murmurer :
-         Je t’aime Natsu!
-         Moi aussi Luce!






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: L'écrit de Kloyporte   Sam 15 Fév - 17:59

L'écrit de Kloyporte



Manga utilisé : Fairy Tail

Couple : Gajeel x Levy

Celui qui écrit la déclaration : Levy

Celui qui lit la lit : Gajeel


À cet amour délicat et farouche



Gajeel,


Je me souviens encore de la douleur que tu nous as infligé, à mes coéquipiers et moi. Je me souviens de la haine que j'éprouvais envers toi, de la rancœur que tu avais fait naître. Aujourd'hui, tout le côté négatif de notre rencontre s'est noyé dans un sentiment que je ne connaissais que dans les livres. Ces histoires fabuleuses où des machinations pour conquérir l'autre se faisait plus incroyables et déroutantes que les autres. Il est si étrange de me dire que je pourrais jouer de plusieurs choses pour t'emmener mes pensées qui me hantent chaque jour et chaque nuit. Pourquoi faire des actes loufoques et imprévisibles alors qu'entre mes mains se trouve l'objet le plus merveilleux pour définir ce que je ressens ? 


Une plume des plus banales se tient entre mes doigts, mes mots s'entremêlent pour essayer de construire des phrases. Des phrases qui me semblent si faibles. Je n'ai jamais eu beaucoup de mal à inventer des histoires, qu'elles soient pleines d'aventure, de fantaisie ou d'amour. Pourtant, ce que tu es en train de lire n'est qu'une ébauche que j'ai mis du temps à mettre en place dans ma tête ensevelie de choses folles dont je ne soupçonnais pas l'existence avant... Avant cette rencontre ironique du destin. 


Il est souvent dit qu'après la colère se tient un autre sentiment. De l'affection, de l'attirance, de la curiosité... Ou bien toutes ces choses à la fois pour un être que l'on a détestait mais qui nous attire irrévocablement. Ce que l'on hait nous attire, c'est inévitable. Même si l'on ne s'en rend pas compte la première fois, avec le recul, il est possible de s'en apercevoir.


Aujourd'hui, je suis prête à révéler ce que je peine à te faire comprendre. Maladroite comme je suis, ne t'étonnes pas si mes mots semblent s'emmêler.


Car vois-tu, lorsque je pense à toi, rien ne se fait dans l'ordre dans mes pensées. Tout se chevauche et s'entremêle, je ne comprends plus ce qu'il m'arrive quand tu entres dans ma tête pleine de questions. Ces questions qui me suivent depuis quelques jours. Ces jours qui me semblent une éternité. Une éternité qui ne s'arrêtera jamais, dans ce cœur perdu.


Pourquoi suis-je ainsi lorsque tu fais partie de mes rêves, immuables et féeriques ? J'espère au fond de moi que mon cœur puisse un jour bondir de bonheur lorsque tu te tiendras près de moi, au moment où tes yeux effleureront mon visage d'une constance incroyable. À quelle mesure pourrais-je être folle dès que tu me prendrais dans tes bras, sans retenue ni raison apparente ? Combien de fois devrais-je retenir mon souffle alors que tu apparaît devant moi, tel un chevalier descendu de sa monture, fier et souriant, en voyant l'étourdie que je pourrais être en te dévisageant comme une créature merveilleuse et rare.




Gajeel, comprendras-tu ce que je souhaites te faire parvenir avec ces mots si chers à mon cœur ? Devineras-tu à quel point tu es cet être qui me fait tourner en rond par ton charisme ravageur ? Sauras-tu de quelle manière j'aimerais que tu me prennes dans tes bras forts et musclés ? Entendras-tu ma respiration s'accélérer dès l'instant où je serais à tes côtés ? Prononceras-tu ces mots dont je rêve chaque nuit ? Goûteras-tu à ces lèvres qui n'attendent que les tiennes ? 


M'écouteras-tu lorsque je t'avouerais mon amour ?




Levy.


***



La douce jeune femme referma la lettre plein de sentiments dans une enveloppe d'un rose pâle qui correspondait à son romantisme dont personne ne soupçonnait la réelle existence. Elle réfléchit avec prudence à quel instant lui confier ce petit bout de papier dans lequel elle s'était mise à nu, frissonnant à la tendre pensée qui venait de lui parcourir l'esprit. Levy savait qu'il ne remarquerait pas la présence de l'enveloppe si elle la laissait dans la poche de sa longue étoffe noire.


Avec courage, elle décida de la lui donner directement, rougissant déjà de l'acte qu'elle complotait de faire tout en sachant pertinemment qu'elle repartirait aussitôt lui avoir glissé ces mots si important à ses yeux. La jeune magicienne s'approcha timidement de lui, il semblait perdu dans son esprit, elle se surpris à l'admirer minutieusement tandis qu'il sortait du silence qui régnait en lui tantôt. Gajeel soutenu le regard qu'elle avait sur lui, ce qui lui fit perdre la tête immédiatement et elle bégaya des mots presque inaudibles en tendant l'enveloppe. Il voyait ce tout petit être trembler, les doigts fins de cette fille aux cheveux bleus tenaient farouchement un papier des plus inhabituels aux yeux du chasseur de dragon. Mais il ne dit mot, prenant avec une délicatesse soutenue ce qu'elle lui tendait avec ferveur. La demoiselle releva complètement ses yeux vers lui en lui souriant un court instant avant de s'en aller en dehors de la guilde sous les yeux incompréhensifs des autres membres. 

Le jeune homme ne savait que faire, le regard des autres l'oppressait et se décida à passer l'immense porte de Fairy Tail pour trouver un endroit paisible, loin de tout soupçon ambiant. Il s'assit sur une rampe de vieilles pierres grisâtres tandis que ses doigts habiles dénichaient la lettre de son enveloppe. Il huma le papier qu'il tenait entre ses mains, un léger parfum de bleuet lui arracha un sourire furtif. C'était la fragrance préférée de Levy. 

Il n'y connaissait pas grand chose en fleur, mais un jour, Mirajane lui expliqua que le bleuet était le messager des sentiments purs et délicats. Gajeel n'avait pas su saisir cette signification lorsque la barmaid racontait cela. 

L'homme déplia la lettre, curieux de découvrir les pensées intimes de la jeune fille qui lui avait remis cette lettre déjà pleine de douceur. Il lisait avec attention chacune des phrases, prenant le temps de bien les comprendre afin de ne pas se tromper dans les interprétations que la douce demoiselle avait glissé à son attention. 
La dureté de ses traits s'adoucissait de seconde en seconde, Levy était si touchante lorsqu'elle écrivait. Il n'avait pas cessé de penser qu'elle était incroyable dès le moment où elle cherchait à décrypter certaines formules, certaines phrases... Cependant, dans cette lettre, il voyait à quel point les mots ne s'étaient pas écris si facilement. Cela lui arracha un sourire moqueur, et il ne manquerait pas de la taquiner à ce propos.

Puis vain les dernières courbes de son écriture, les derniers messages qu'elle lui transmettait avec une délicatesse dont elle seule connaissait le secret. Bien qu'il paraissait toujours insensible et fier de lui, Gajeel sentit ses joues rosir quelques instants avant qu'il ne reprenne ses esprits, ne voulant pas divaguer si vite alors que son cœur, serré comme presse-papier, lui faisait comprendre le contraire. Il allait devenir fou.


Cette fille allait le rendre fou.

Peu accoutumé par les lettres, notre jeune ami ne pouvait s'empêcher de répondre à ces mots si... envoûtants. 


***



Levy,


Comme tu le sais déjà, je ne suis un homme de lettres. Je préfère me battre et m'énerver sur quelque chose que d'écrire, aussi, excuse-moi de la médiocrité de mes phrases...




Cette lettre, elle contenait tous tes désirs que tu prenais garde à ne pas divulguer en toute circonstance. Je l'ai si bien ressenti que j'ai cru avoir un frisson le long de l'échine lorsque je l'ai compris...


Je ne suis pas homme à être tendre, mon amertume t'a bien fait goûter à un bon nombre de mauvaises surprises. À l'époque où nous étions en des termes peu agréables, je n'éprouvais que le besoin de combattre et d'être le plus fort sans me soucier des autres. Seulement, tu m'as fait prendre conscience que les sentiments étaient essentiels pour un homme quand bien même sa froideur faisait de lui un être détestable. Ce que tu as sûrement pensé de moi, comme tu le dis si bien au début des lignes que tu as écrites à mon égard. 


Tout le mal que je t'ai fait, je m'efforce de l'effacer par mes actes protecteurs que je peux endosser maladroitement. Peut-être t'en es-tu rendue compte ? Perspicace comme tu es, je n'en doute pas. 


J'aimerais tant te montrer à quel point je suis différent maintenant, mais pour ne pas paraître idiot, je me cache dans cette froideur qui habille mon visage impassible. 


L'envie de te garder près de moi m'est de plus en plus évidente. Je saurais t'écouter, petite, ne doutes plus de moi comme tu en as déjà eu l'occasion. S'il te plaît, crois-moi, je deviendrais l'homme que tu désires. L'homme qui te surprendra par ses sentiments sauvages qui empoignent mon cœur de minutes en minutes. Il me tarde tant de revoir ton visage angélique, celui qui sait redonner la douceur à tout ceux qui peuvent l'admirer.


Tu es une fleur merveilleuse, Levy et si tu me l'ordonnais... je l'arroserais de ma passion naissante.




Gajeel.


***



Le jeune homme plia cette courte lettre qu'il venait d'écrire, peu certain que ce soit la réponse qu'elle espérait, se complaisant dans l'illusion qu'elle saurait interpréter à merveille l'amour qu'il y avait mis. 

Il l'attendit contre le mur d'entrée de Fairy Tail, cet endroit où tout avait débuté. Les heures passèrent, et il ne la voyait toujours pas arriver, l'inquiétude le gagnait de plus en plus avant de se remémorer.

Sans plus attendre, le chasseur de dragon s'en alla furtivement vers l'arbre qui se trouvait non loin de la guilde. La surprise ne le gagna pas lorsqu'il vit une silhouette accroupis devant le tronc immense, elle lui sembla tremblante et apeurée. Qu'attendait-elle, seule, sous ce feuillage imposant et frissonnant par la faible brise qui traversait les feuilles ?

Doucement, il s'accroupit auprès d'elle qui lâcha un petit cri de surprise, lui faisait perdre l'équilibre et elle se retrouva fesses à terre les yeux écarquillés. Il sourit affectueusement, elle était si surprenante, même dans les situations les plus prévisibles. Gajeel tendit sa main saillante vers cette créature dont la peau blanche s'était embellie d'une couleur rose, un papier au bout de ses doigts attira son attention. Elle le prit maladroitement, et s'empressa de déchiffrer l'écriture spécifique du jeune homme. Ligne après ligne, son visage rougissait à vue d'oeil, il la contemplait avec une affection qu'il ne connaissait pas encore.

Elle avait fini de lire, ne quittant pas la dernière phrase qu'il avait écrite... C'est alors que sans prévenir, il vint déposer sa main rugueuse sur la joue légèrement humide de la demoiselle dont les larmes coulaient peu à peu. Leur regard vint à se rencontrer, un sourire s'étirant tendrement sur les lèvres de l'homme, tandis que la jeune femme ne savait pas quoi dire face à lui. 

L'autre main inoccupée de Gajeel se posa sur le sol, son visage s'approcha de celui de la belle et ils fermèrent tous deux leurs yeux à l'unisson alors que les frêles lèvres de Levy se faisaient emprisonner par celles de cet homme à la longue chevelure noire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: L'écrit de Sana--chan   Sam 15 Fév - 18:09

L'écrit de Sana--chan



Manga utilisé : Naruto
Couple : Sasuke/Sakura
Celui qui écrit la déclaration : Sasuke
Celui qui lit la déclaration : Sakura



Sentiments entortillés



Sakura,


Je sais bien que te parler par lettre est l’idée la plus stupide que j’ai eut jusqu’à présent, mais je n’ai rien trouvé d’autre. Tu me connais, tu sais que c’est compliqué pour moi de parler de moi ou de ce que je peux ressentir, même après autant d’années. J’y peux rien, c’est ainsi que je suis fait. J’ai beau t’avoir en face de moi, j’ai difficile à te dire ce que je voudrais que tu saches et pourtant, tes yeux si brillants et doux dont la couleur de jade ne va qu’à toi m’encouragent souvent à m’ouvrir. C’est quelque chose où j’ai encore du mal, même si grâce à toi et à Naruto, la haine qui habitait mon cœur quelques années plus tôt m’a quitté.


Je vous en remercie d’ailleurs, je t’en remercie. Certes, les anciens Hôkages m’avaient beaucoup aidé, avaient répondu à mes questions, surtout Hashirama et l’issu de la guerre ma fait ouvrir les yeux qui avaient été fermés bien longtemps. Kakashi avait pourtant essayé de les ouvrir, mais sans succès, j’étais à ce moment-là plongé dans la folie de la vengeance et la noirceur de ce que je voyais, de ce que je pensais m’aveuglait complètement. Mais Naruto et toi, vous avez été un tournant décisif à mon choix de retourner à Konoha, quitte à y laisser la peau car il faut bien l’avouer, à cet époque-là, on ne savait pas si j’allais avoir la peine capitale ou non. J’avais fait tellement de bourdes…


Bref, je vous en suis reconnaissant de toute l’aide et de tout le soutien que vous m’avez apporté même si je ne le montre pas souvent. Surtout toi, Sakura. Tu n’as pas hésité à me soigner alors que tu n’avais quasi plus de chakra, tu m’as soutenu durant mon périple une fois de retour à Konoha, tu m’as défendu, bec et ongles. Certes, Naruto était à ton côté, mais je peux te dire que tu m’as surpris sur ce coup-là. J’avais pensé que toi aussi tu me tournerais le dos ou que tu laisserais faire Naruto. Après tout, j’avais essayé de te tuer, ça aurais été compréhensible. Mais non, tu es restée à mon côté, tu as continuée à me sourire chaleureusement, à me donner du courage, à me dire que tout allais bien se passer alors que moi, j’étais persuadé qu’on allait voter pour ma mise à mort.


Naruto était là pour faire le pitre, m’énerver, c’était sa façon à lui de montrer qu’il tenait à moi et il criait tout le temps. Soit sur moi, pour je ne sais plus quoi, pour que je sorte de mes gongs, c’est certains ou alors pour remettre les autres à leurs placent, précisant que j’étais comme tout le monde, un Shinobi de Konoha. Il m’aidait d’une autre façon, mais toi, c’est ta façon à toi qui m’a vraiment aidé. Je ne sais pas trop comment l’expliquer, je me répète, mais j’ai dure à dire ce que j’éprouve. Tu ne m’en a jamais voulu pour ce que j’ai fait, en tous les cas, je n’ai jamais vu de regrets, d’animosité ou même de reproches dans tes belles prunelles à mon égard.


Tout ça pour te dire que j’ai apprécié tout ce que tu avais fait pour moi et te voir au quotidien, jour après jour depuis cinq ans me gonfle le cœur. Ça doit sûrement être de joie, j’ai encore beaucoup de mal à mettre des mots sur les diverses choses qui s’imprègnent en moi. Mais t’avoir près de moi me fait plaisir, te voir me sourire, même si je ne le montre pas me fait du bien. Voir à quel point je suis toujours aussi important à tes yeux rempli mon égo surdimensionné. Je sais que cet égo fait partie de moi et je ne le nie pas, c’est ce qui fait ma personne. Lorsque tu me regarde de ce doux regard, j’ai le cœur qui palpite assez fortement, lorsque tu me frôle par mégarde, j’en frisonne des pieds à la tête. Je sais que tu auras du mal à me croire en lisant ça car je ne montre rien, je reste impassible même si, je suis plus sociable qu’avant, mais c’est un fait.


Au début, je ne comprenais pas trop ce qui m’arrivais, pour moi, je devais sûrement être malade ou un truc du genre. Tu te souviens, il y a un an, je venais constamment à l’hôpital en pensant être malade ? Tu m’auscultais et tu me disais que tout allais bien. Je continuais à dire que quelque chose clochais chez moi et même si à ce moment-là je ne te le disais pas, étant moi-même perdu, quand tu me touchais c’était encore pire. Tu as entreprit par la suite de me faire une prise de sang et diverses analyses, mais toujours rien. Toi-même tu ne comprenais pas alors que je te disais à peine mes symptômes, ne voulant pas en dire trop sur ma personne non plus.


C’est après que j’ai commencé à me remettre en question, à réfléchir sur ce qui se produisait en moi et voir ton inquiétude à mon égard me compressait la poitrine. Ça non plus je ne comprenais pas pourquoi. J’aurais pu en parler à Naruto, après tout, une amitié forte nous lie lui et moi et c’était souvent à lui que je me confiais même si je manquais cruellement de tact avec lui, il me le rendait bien de toute façon. Mais lui-même n’était pas en reste. Il m’avait expliqué la déclaration d’Hinata durant l’attaque de Pein, je n’en avais pas été trop surpris à vrai dire. Comme tout le monde, déjà quand on était gosses j’avais vu qu’elle en était amoureuse. Lui aussi avait quelque chose qui s’opérait en lui alors je ne l’ai pas ennuyé avec ça. De toute façon, le connaissant il m’aurait taquiné et je n’avais vraiment pas besoin de ça.


Kakashi, j’aurais pu me confier à lui, après tout, à mon retour j’avais longuement parlé à notre senseï à qui j’avais fait du mal. Je voulais me repentir et je l’ai fait. Mais je ne voyais pas l’utilité de retourner le voir, je voyais d’avance son air ahuris et sa moquerie, je me sentais tout simplement stupide. A toi, comment aurais-je pu ? Je n’y arrivais déjà pas à ce moment-là, j’étais coincé, comme maintenant à la différence que, à présent, j’ai pu mettre la main sur ce que je ressentais et ce que je ressens toujours.


J’ai donc commencé à t’observer dès que je le pouvais, étant attiré par toi comme par un aimant tout en me triturant les méninges pour savoir ce qui m’arrivait. Je ne sais pas si tu as remarqué quelque chose, je ne voulais pas faire celui qui était collant, mais à chaque fois que tu étais avec Naruto ou moi ou avec d’autres personne où j’étais présent ou simplement moi, rien que tous les deux, j’avais l’impression que mon cœur s’allégeais. C’était comme si ta présence manquais pour que je me sente vraiment bien. Je t’ai souvent invité à manger, tu as toujours acceptée d’un ravissant sourire comme tu le faisais avec Naruto, j’étais content et je ne pouvais m’empêcher de faire l’un de mes petits sourires.


Contrairement à avant où je te trouvais lourde et collante, il faut dire les choses comme elles sont, j’aime à chaque fois où je t’ai rien que pour moi. Tu as de la conversation, on ne s’ennuie jamais en ta présence même si tu parles bien plus que moi. Mais tu arrives quand même à me tirer les vers du nez, c’est comme si tu avais appris à me connaître, comme si, tu savais comment faire telle ou telle approche pour tel ou tel chose. Moi-même je ne me connais pas aussi bien. Tu arrives, je ne sais comment à me faire légèrement rire, à m’inquiéter lorsque tu pars en mission en solo pour des herbes médicales ou autre, même si je sais que tu peux parfaitement te défendre en cas de pépin. Il m’arrive de rager intérieurement lorsque je te vois rire avec un homme autre que Naruto ou moi et sur ça, j’ai pu rapidement mettre le doigt dessus. Je suis jaloux, purement et simplement.


T’imaginer avec un homme, qu’il te fasse rire, qu’il te touche d’une quelconque façon, qu’il t’embrasse… Ça me met dans une colère noire, tu ne peux pas t’imaginer à quel point. Je sais très bien que ça peut être dur à imaginer, que tout ce que je te raconte sur ce papier, je ne le laisse pas transparaître sur mon visage. Après avoir mit du temps à savoir ce qu’il m’arrivais, après avoir compris ma jalousie, ma joie, mon bonheur, ma souffrance aussi par moment, le fait de penser à toi sans cesse, de t’imaginer dans mes bras, de rêver de toi et de vouloir t’avoir chaque jour près de moi au quotidien m’a amené à une hypothèse que je n’aurais jamais pensé un jour. Je suis amoureux de toi.


Je sais ce que tu vas te dire après que moi, Sasuke Uchiha t’ai autant rejeté de diverses façons comme je l’ai fait, tu ne vas certainement pas me prendre au sérieux. J’ai tellement fait en sortes par le passé que tu ne m’aimes plus et il est vrai que je ne m’étais pas posé la question depuis mon retour si toi, tu avais encore des sentiments à mon égard. Je ne sais pas en fait, quand je vois la façon dont tu es si différente avec moi, je ne suis plus mit sur un piédestal, tu ne te jettes plus dans mes bras pour attirer mon attention, tu ne t’extasie plus à mon approche. Je ne vais pas énumérer comment tu étais avant avec moi, tu es bien différente maintenant et je ne m’en plains pas, je t’assure.


C’est juste qu’à présent, je suis sur un doute te concernant. Je me dis que la vie peu être cocasse. Avant tu m’aimais et moi, je voulais que tu t’éloignes le plus possible de ma personne, tu m’étouffais, m’agaçais… Et maintenant, c’est moi qui t’aime et je ne pense pas que ce soit encore le cas pour toi. Tu as bien trop changé lorsque tu es avec moi, même si c’est en bien, je ne peux donc pas croire que tu sois encore amoureuse de moi.


Qu’est-ce que je cherche avec cette lettre ? Je ne le sais pas moi-même, je ne sais même pas pourquoi j’écris tout ça. C’est beau de réaliser ce qu’on éprouve pour quelqu’un, mais c’est autre chose de le dire à la personne concernée, dont toi cette fois-ci. Je ne sais même pas comment tu vas réagir en lisant cette lettre, je dois bien avouer que je crains un peu ta réaction, je ne sais pas du tout à quoi m’attendre. Je ne sais même pas si c’est une bonne chose que je t’ouvre mon cœur ainsi, c’est comme si je me mettais à nu. Je sais que je ne dois pas être mal à l’aise vis-à-vis de toi par rapport à ça. Tu as toujours su faire la part des choses et je mériterais grandement le fait que tu me rejettes.


Quoi que tu penses de cette lettre, sache que je serais toujours là pour toi, je te serais dévoué jusqu’à la fin de mes jours. Tu as tant fait pour moi, c’est tout ce que je peux faire en retour même si c’est médiocre. Je t’aime, j’ai des sentiments pour toi, mais ce n’est pas pour autant que je mettrais un écart entre nous et. Tu as un problème ou autre, n’hésite pas à venir me voir, je t’aiderais du mieux que je peux.


Sasuke U.




Il avait bien fallu à Sakura relire au moins trois fois les feuillets qu’elle avait entre les mains et elle n’en revenait tout simplement pas. Son cœur battait la chamade, ses mains tremblaient légèrement et elle avait l’impression d’halluciner alors qu’inconsciemment, des larmes coulaient le long de ses joues. Dans cette lettre qui faisait bien trois pages, Sasuke lui avouait ses sentiments pour elle et pour une fois, il n’était pas du tout maladroit. Il s’était épanché sur tout, le passé, ce qu’il avait éprouvé, son retour à Konoha, le soutien que Naruto et elle-même avait eut pour lui et tout ce qui s’était produit ensuite. Après relecture, elle en était toujours éberluée, sous le choc pour dire vrai. Sasuke Uchiha l’aimait amoureusement.

Quand elle était entrée dans sa pièce de travail de l’hôpital et qu’elle avait vu l’enveloppe posé sur son bureau de bois elle avait été perplexe. Elle s’était d’abord demandée de qui ça pouvait bien venir, elle ne savait pas comment quelqu’un avait pu avoir accès à son bureau, mais après un regard vers sa fenêtre légèrement entrouverte elle avait compris. La personne était rentrée par là, avait déposé l’enveloppe et était repartie ensuite. Curieuse, elle en avait donc lu le contenu, jamais elle ne se serais attendue à ça en tous les cas.

Elle avait bien vu au fil des cinq années que Sasuke avait changé, qu’il s’était assagi et qu’il s’ouvrait aux autres, ce qui était plutôt positif lorsqu’on pensait à son parcours assez calamiteux. Elle avait bien vu la différence de son comportement à son égard, ses petites attentions, le fait qu’ils s’entendent à merveille tout les deux et elle aimait tous ses moments qui étaient fait d’amitié et simplicité. Elle qui passait son temps pour observer tout et n’importe avait été vraiment à côté de la plaque concernant le ténébreux. Elle n’avait pas vu ses sentiments alors qu’en y réfléchissant, ça aurait dû lui sauter aux yeux…


***


Sasuke,


Je dois bien avouer que je ne m’attendais pas à avoir un courrier de ta part, je me suis même dit que ce n’était pas trop ton style, mais avec tout ce que tu m’explique dans ta lettre c’est compréhensible. Ce n’est pas une idée stupide, loin de là, même s’il est rare que ce genre de chose ce fasse. Je sais que lorsqu’il s’agit de toi ou de tes sentiments, tu as encore du mal, même si comme je te l’ai déjà dit, tu es plus ouvert qu’autrefois. A chaque fois que je te dis ça, tu me réponds par un grognement, quand j’y pense ça me fait sourire… Le fait que tu ais du mal à me parler de temps en temps, je l’avais remarqué et c’est pour ça que je t’encourage à chaque fois à ma façon. Je ne pensais pas que tu voyais mes yeux comme tu le décris, je crois que personne ne m’as dit une chose aussi belle…


Tu n’as pas besoin de nous remercier, on voulait t’aider, te sortir des ténèbres dans lesquels tu étais plongé et on la fait, par tout les moyens possible. Ça à été souvent dur, tu ne nous à pas rendu la tâche facile, mais on voulait t’extirper de tout ça et te ramener avec nous, à Konoha. Je ne pense pas que reparler du passé soit bien, mais si tu veux en discuter, je suis ouverte. Il faut juste que tu n’oublie pas une chose Sasuke, vivre dans le passé ne te feras pas avancer, tu l’as déjà vécu, tu sais de quoi je parle. Je sais que je fais ma mère poule, que je vous réprimande souvent Naruto et toi, mais c’est parce que je tiens à vous, vous êtes ma deuxième famille si je puis dire. Saï aussi je le sermonne, mais c’est encore différent avec lui, je ne vais donc pas m’épancher sur le garçon qui ta remplacé un petit temps dans l’équipe sept qu’autrefois nous formions. Concernant Kakashi, je ne pense pas qu’il faut que je revienne là-dessus, tu as payé pour toutes tes erreurs passé, alors ne reste pas braqué sur tout ça et va de l’avant. Je pense te l’avoir déjà dit quelques fois, même si tu soupirais pour toute réponse. Je sais que tu as besoin d’en parler, besoin qu’on te rassure, même si tu ne le montre pas souvent. Il suffit d’une petite parole de ta part pour que je le comprenne.


Je ne pense pas t’avoir aidé plus qu’un autre, plus que Naruto surtout, c’est lui qui sait le plus démené pour t’aider, pour te ramener à la raison. Si je t’ai soigné, c’était parce que c’était tout d’abord mon rôle de médecin, même à bout de force et puis, je n’avais pas le cœur à te laisser ainsi, je ne pouvais tout simplement pas. Même si je n’avais jamais été médic-nin, je t’aurais aidé du mieux que j’aurais pu, c’est ainsi que je suis faite. T’épauler durant tout ton périple comme tu le dis était la meilleure des choses que je pouvais faire, j’aurais même aimé faire plus, mais je ne savais pas quoi faire d’autre. Alors oui, je t’ai soutenu, je t’ai rassuré du mieux que je le pouvais et je t’ai défendu. On t’avait manipulé, menti et j’estimais que tu avais assez souffert comme ça. Je ne pensais pas te surprendre en faisant ça, j’avais même cru que tu me trouverais lourde, mais tu n’as pas une seule fois sortis ce mot qu’autrefois tu me qualifiais avec. Je ne pouvais pas laisser Naruto se décarcasser tout seul, tu l’as déjà vu ? Franchement ! Il aurait fait encore plus de conneries qu’autre chose… Et puis, pour moi, dans mon cœur tu étais toujours mon ami, le garçon pour qui j’avais eu un fameux béguin quand j’étais gamine. Tu as peut-être essayé de me tuer, mais à ton retour dans notre village, tu n’avais plus cette folie dans tes prunelles alors je n’avais plus peur. Je savais qu’avec la guerre, avec tout ce que tu avais appris sur le clan Uchiha, tu avais changé, quelque chose s’était opéré en toi et je savais que tu n’aurais plus un geste à mon égard pour vouloir ma mort. Alors non, je n’avais plus à te craindre et en aucun cas, malgré tout ça, je t’aurais tourné le dos, ça aurait été au-dessus de mes forces. Jamais je n’aurais pu faire ça, quoi que tu ais dit, quoi que tu ais fait. Je ne pensais pas que m’on aide t’avais aidé autant alors que je me sentais impuissante face à la peur qui te tenaillais d’être exécuté ou non, ça me touche et ça me fait plaisir. Ça prouve que finalement, j’ai pu quand même te soutenir au point que ça t’aidait.


Je comprends que tu ais du mal à mettre des mots sur ce que tu ressens et je confirme, quand ton cœur se gonfle, c’est de joie. Je ne pensais pas que de m’avoir dans ton quotidien jour après jour te plaisait autant. Je me disais même parfois que je devais un peu trop te coller. Mais quand je voulais mettre de l’espace, tu venais m’inviter à manger un petit bout avec toi, que Naruto soit là ou non. Alors finalement, je n’ai jamais prit d’écart te concernant.


Du mal à croire ce que tu marques ? J’ai bien du relire au moins la partie que tu décris de ce que je te fais au moins plusieurs fois. Je ne pensais pas que ma présence te faisait ça, je ne pensais pas que tu aimais mes sourires, mes regards et encore moins que mes frôlements, pas du tout calculé te fasse frissonner. Tu ne me l’aurais pas dit, je ne l’aurais même pas remarqué tellement tu es discret.


Je me souviens parfaitement d’y il y a un an. Parfois j’y repensais car pour un médecin ne pas trouver ce qui se passait chez un patient était assez irritant. Maintenant je comprends mieux et dire que je n’ai rien vu, rien constaté, moi qu’on dit intelligente. Tu avais pourtant tous les symptômes, le cœur qui palpitait quand je te touchais, ton pouls qui s’activait à un rythme effréné quand je le prenais, tes mains moites, ton regard fuyant. Je m’en souviens et moi, je continuais mes analyses, prenant des prises de sang aussi, pensant détecter quelque chose.


Renfermé comme tu l’es et parlant peu de toi-même, je savais pourtant que tu ne me disais pas tout et je comprends parfaitement que tu n’ais pu aller voir Naruto avec ce qui se passait aussi en lui concernant Hinata. Un changement s’opérait en toi que tu ne connaissais pas, il était donc normal que tu te sentais perdu, surtout que tu n’avais jamais ressenti tout ça. Kakashi, je crois que tu as bien fait finalement, je crois que je n’aurais pas supporté son ton moqueur lorsqu’il se serait adressé à moi, une bonne claque bien placé lui aurais remis les idées en place c’est certains. Je n’aurais pas hésité, même si c’était mon ancien senseï. Je comprends qu’à moi, tu ne pouvais pas et ne t’inquiète pas, tu n’étais pas stupide. C’est juste que tu n’es pas habitué à ce genre de chose et puis, se mettre à nu ainsi n’est facile pour personne crois-moi.


J’avais remarqué que tu m’observais de temps en temps, mais je n’y avais pas fait plus attention, je me disais juste que tu devais être perdu dans tes pensées. Je ne pensais pas que tu étais attiré par moi, tu sais parfaitement dissimuler tes sentiments et ce n’est pas parce que tu es ANBU que tu y arrives, c’est quelque chose qui fait partie de toi. Me dire que rien que ma présence allège ton cœur et que tu te sens bien me touche énormément, jamais je n’aurais cru ça un jour possible. Evidemment, plus rien n’’est comme quand on était gosses. On se respecte, on se confie sur certaines choses, on est devenu de bon ami et j’aime bien ce lien qui sait tisser entre nous. Mais j’étais loin de m’imaginer que ma présence à tes côtés t’était si importante, surtout que tu ne laisses rien transparaître sur ton visage ou dans tes yeux. Il est très difficile de te percer et ça fait longtemps que je n’essaie plus de te déchiffrer, j’aurais peut-être du continuer finalement…


C’est vrai qu’avant tu me trouvais lourde et collante, et je l’étais ! Je le confirme. Quand je repense à mon attitude infantile, je me traite moi-même de pathétique pour tout dire. Tout tournais autour de toi, je ne voyais que toi, je ne pensais qu’à toi. Les temps ont changés bien sûr, j’ai grandis, j’ai mûris et je me suis fixé des buts dans la vie, sans toi. Mais moi aussi j’aime bien t’avoir pour moi, qu’on parle tous les deux, qu’on passe un bon moment ensemble. J’ai appris à comment t’approcher ou à comment réagir pour tel ou tel chose comme tu dis, tu n’es pas si complexe que ça. Analyser fait partie de mon quotidien et c’est ce que j’ai fais avec tes réactions pour diverses choses. Ce que je préfère, c’est quand j’arrive à te faire rire. C’est doux, c’est discret et c’est soft, tout ce qui fait ta personnalité, mais j’adore. Je ne pensais pas par contre que je pouvais t’inquiéter lorsque je partais en mission seule, c’était sûrement pour ça que tu me disais sombrement de faire attention à moi. Je ne répercutais pas, il y avait toujours Naruto qui te faisais une tape pour te dire que rien ne pouvais me résister et qu’il n’y avait pas à s’inquiéter. Le fait que tu me dises être jaloux lorsque je suis en présence d’un autre homme me surprend, ça non plus je ne l’avais pas remarqué. Je ne sais pas trop comment réagir face à ça. Tu me donnes vraiment l’impression de tenir à moi, de ressentir quelque chose pour moi, tu détails tellement tout… C’est certain que tous ce que tu m’écris dans ta lettre est assez dure à imaginer, surtout cette jalousie qui peut te ronger par moment. Je sais que ce n’est pas ton style de perdre tes moyens ou de te donner en spectacle, mais parfois il faut montrer ce que l’on ressent Sasuke, sinon, personne ne peut comprendre ce qu’il se passe dans ta tête. Tu ne m’as jamais rien montré à moi alors comment aurais-je pu voir tout ce que tu me décris ? Même ne fus-ce qu’une chose ?


Lire que tu es tombé amoureux de moi fait accélérer mon cœur d’une certaine façon, c’est même difficile à croire, mais d’un autre côté, j’ai envie de m’en persuader. Je ne sais pas en fait, je suis un peu perdue. Je sais que tu ne t’amuserais pas à m’écrire tout ça, que si tu le fais, c’est que tout ce que tu as retranscrit est vrai. Mais tu dois comprendre que pour moi, c’est dur d’imaginer tout ça pour ensuite l’assimiler. C’est vrai, tu m’as beaucoup repoussé par le passé, mais je ne t’en veux pas, ne t’inquiète pas. Tu ne voulais pas de mes sentiments et il m’a fallut du temps pour tout refouler.


Je suis différente avec toi, c’est vrai et je préfère ce que l’on partage maintenant que l’écart qu’il y avait entre nous lorsqu’on était plus jeune. Concernant mes sentiments à ton égard, j’ai tout camouflé, je ne voulais pas que quiconque les vois, toi encore moins. J’ai donc prit sur moi et je me suis comporté en amie dévouée, ça faisait mal au départ, mais maintenant ça va. Tu n’as pas à douter Sasuke, je t’aime toujours, mes sentiments à ton égard non jamais changés, ils sont même plus forts qu’avant, je les caches c’est tout.


Je n’ai pas à t’en vouloir de tout ce que tu viens de m’écrire, je te remercie plutôt que tu m’es ouvert ton cœur, ça me touche vraiment. Comment vais-je réagir à tout ça ? Je suis comment dire ? Surprise, touché, contente que je te sois aussi importe, moi aussi j’ai un égo… J’ai mon cœur qui pulse si vite et si fort…Maintenant le tout, c’est comment toi tu vas réagir à ma lettre ? Tu ne t’attendais peut-être pas à avoir une réponse, mais tu as fait l’effort de m’ouvrir ton cœur, de me confier tout ce qu’il se passait en toi, tout ce que tu ressentais. Je ne pouvais pas te laisser en plan sans rien te répondre, ça fait deux jours que tu m’as écrit et on ne sait pas encore revu, je n’ai pas pu en fait… Je suis également gênée… Je ne te rejette pas, mais je ne sais pas ce que tu attends de moi. C’est si… comment dire… surprenant, tu me prends comme de court.


Moi aussi je suis là pour toi et ce pour quoi que ce soit, mais ça, tu le sais déjà. Je ne compte même plus toutes les fois où je te l’ai dit. Je ne sais pas ce que tu veux qu’on fasse à présent. Tu m’as ouvert ton cœur et merci, moi je te confirme mes sentiments. Tu voulais peut-être juste m’en faire part pour t’alléger d’un poids, je ne sais pas…


Je t’ai aimé, je t’aime et je t’aimerais toujours, quoi qu’il advienne.


Sakura H.




Un fin sourire siégeait sur le visage de Sasuke alors qu’il était dans son appartement, installé sur son divan, la lettre de la rose entre ses mains. Lorsqu’il était rentré de son entraînement en cette fin de journée il n’aurait pas pensé une seule seconde avoir un retour de la jeune fille. En fait, ça faisait deux jours qu’il avait la poitrine compressé, depuis qu’il avait laissé sa propre lettre dans le bureau de la demoiselle. Il ne l’avait pas revu depuis et intérieurement, il avait un peu paniqué.

Finalement, elle s’était isolé pour lui répondre, il n’avait rien demandé en retour, lorsqu’il avait déposé sa lettre dans le bureau de la fleur, à ce moment-là il ne savait pas encore ce qu’il attendait vraiment. Il avait juste voulu qu’elle sache ce qu’il ressentait, ce qu’il vivait et il n’avait pas pu lui dire de vive voix. Ce n’était pas qu’il était lâche, juste qu’il n’était pas habitué de s’épancher sur sa personne, ce n’était pas son style, voilà tout.

Mais maintenant qu’il avait confirmation des sentiments de la fille dont il était amoureux, il devait agir. Si ses sentiments n’auraient pas été partagés il n’aurait rien fait, continuant d’être l’ami qu’il était pour l’Haruno, mais là, la donne était différente. Elle l’aimait, elle n’avait jamais cessé de l’aimer et elle aussi avait bien su camouflé ce qu’elle ressentait, il n’avait pas été le seul car il n’avait rien vu non plus. Ils étaient donc à égalité pour ça.

Il se leva, posa les feuilles sur sa table de salon et enleva son haut pour se retrouver torse nu. Il fallait qu’il prenne d’abord une douche. Il était vingt-deux heures et Sakura avait fini son service à vingt-trois heures. Il avait donc une heure devant lui pour se préparer. En ce quatorze février, sachant que la rose l’aimait toujours, il ne comptait pas laisser les choses ainsi. Il ne savait pas encore ce qu’il allait faire, mais une chose était sûr, il devait voir la rose, c’était primordial !

Elle non plus ne savait pas ce qui allait se passer suite à sa lettre alors que maintenant, l’Uchiha en avait une vague idée. Il n’était pas romantique, il n’était pas vraiment démonstratif comme Naruto avec Hinata. Mais le brun aimait et il allait le prouver à la concernée. Il voulait Sakura dans ses bras et sous ses lèvres, il la voulait à lui, tout simplement…

***

Quelques papiers de dernière minutes à ranger et elle allait enfin pouvoir rentrer chez elle pour se glisser entre les draps de son lit. Sa journée avait été éreintante, de plus, elle avait été de garde la nuit dernière et depuis, elle n’avait pas pu arrêter. Elle avait juste eut une petite pause sur l’heure du midi pour souffler légèrement. Sachant que Sasuke mangeait avec Naruto, elle en avait profité pour mettre sa lettre dans la boîte aux lettres du brun, le cœur à la limite de l’explosion.

Bosser lui avait permis de ne pas penser, mais maintenant que la journée touchait à sa fin, elle se demandait si vraiment Sasuke avait eut sa lettre, s’il l’avait lu et ce qu’il en avait pensé. Elle était vraiment puérile, pourquoi elle lui avait tout avoué ? Certes il lui avait ouvert son cœur, mais maintenant ? Il allait en passer quoi ? Tout ce qu’elle pouvait espérer, c’était que leur amitié ne sois en rien entaché, elle aurait du mal à le supporter sinon… Penser ou même savoir que le jeune homme était amoureux d’elle était encore assez difficile à imaginer. Mais elle connaissait son ami, il ne parlait jamais pour ne rien dire et s’il affirmait quelque chose, c’est que c’était vrai.

Elle balaya une dernière fois la pièce du regard et fit un petit sourire, tout était impeccable, comme à son habitude. Elle retira sa blouse blanche qu’elle mit au crochet juste à côté de sa porte, d’un mouvement souple elle mit sa longue chevelure en arrière qu’elle avait décidé de laisser pousser depuis deux ans et elle prit sa petite veste. Elle se tourna ensuite vers la poignée de sa porte, prête à rentrer chez elle pour prendre une bonne douche, grignoter vite fait quelque chose et aller se coucher. Elle avait vraiment besoin de dormir ne fus-ce qu’un peu.

Mais au moment où elle ouvrit sa porte, elle tomba nez à nez avec Sasuke qui affichait une mine tout aussi surpris qu’elle. Il avait voulu la prendre pas surprise, pensant qu’elle travaillait encore, il ne s’était pas du tout douté qu’elle serait derrière sa porte au même moment où il l’ouvrirait. Il vit qu’elle entrouvrait ses lèvres et qu’elle rougissait légèrement, il ne put donc que faire un petit sourire en coin. Il en était sûre, sa lettre l’avait quelque peu secoué et lui avait sûrement fait réaliser certaines choses.

« Sasuke-kun, fini par chuchoter la rose.
-Je peux te voir un instant ?
-C’est que… j’ai fini…
-Je n’en ai pas pour longtemps, affirma le brun. »

La fleur, bien que gênée et légèrement intimidé, sachant à présent ce que le jeune homme ressentait pour elle hocha simplement la tête et s’écarta légèrement pour le laisser entrer. Elle referma la porte pour que personne dans les couloirs ne puissent entendre quoi que ce soit. Pas qu’elle savait ce qui allait se passer, juste que ce qu’il se produisait dans son bureau, ça ne concernait personne. Mais au moment où elle se retourna pour faire face au ténébreux, ce dernier, doucement, la plaqua contre la porte.

« Sasuke-kun ! se choqua la rose, élevant un rien la voix. »

Ce dernier ne lui répondait rien et mit simplement deux doigts sur les lèvres de la fleur, ils se perdirent dans les yeux de l’un et de l’autre et le cœur des deux se mit à battre à un rythme plus rapide. Doucement, l’Uchiha glissa ses mains dans celle de Sakura qui le laissait faire et il les remonta sur la porte, de ce fait, il colla bien plus son corps à la demoiselle qui elle, ne put s’empêcher de sursauter légèrement.

« Sasu… commença l’Haruno.
-Après ta réponse je ne peux pas rester sans rien faire, coupa le jeune homme.
-Mais…
-Je ne pensais pas que ce serais partagé, mais ça l’est…
-Tu n’es qu’un idiot, murmura Sakura. »

Pour toute réponse, le brun se remit à faire son irrésistible sourire en coin, oui, il n’était qu’un idiot pour ne pas avoir vu les sentiments de sa belle plus tôt. Il lâcha l’une des mains de la fleur qu’il glissa ensuite sur le cou de cette dernière. Il la vit retenir son souffle, elle était nerveuse, ce qui se comprenait. Mais il remonta sa main sur sa joue, il voulait l’embrasser et il allait le faire. Enfin ! Son désir qu’il avait eut en premier allais se concrétiser.

Lentement, il inclina sa tête et doucement, il rapprocha ses lèvres de celles de la jeune fille qui ne broncha pas. L’instant d’après, elles furent soudés dans un baiser de ravissement. Mais très vite, Sasuke qu’émenda bien plus et il passa sa langue à travers les dents de l’Haruno pour explorer l’intérieure de sa bouche. Un baiser doux au départ se transforma donc en quelque chose d’endiablé où langues tournoyèrent l’une autour de l’autre, où salives et souffles se mélangeaient. Le ténébreux avait lâché l’autre main de sa belle pour attirer le bassin de la demoiselle à lui. Cette dernière avait glissé ses mains dans les mèches corbeaux de son compagnon, c’était comme si toute raison les avait quitté, laissant la passion prendre le dessus.

Dire que tout avait toujours été calme entre eux, à présent, c’était comme si une explosion s’opérait entre eux, ne pouvant en aucun cas être freiné d’une quelconque manière. C’était comme si leurs corps étaient tout d’un coup attiré l’un vers l’autre, comme s’ils devaient se toucher, se goûter, s’effleurer. Comme si, ils avaient du temps perdu à rattraper, comme s’ils avaient besoin de beaucoup plus maintenant que leurs sentiments étaient partagés et avoué.

Les mains sur les cuisses de Sakura, juste en-dessous de sa jupe, Sasuke la souleva, la rose entoura donc la taille du brun de ses jambes alors qu’elle était calée entre ce dernier et la porte. Leurs lèvres se décelèrent, à bout de souffle, mais directement, l’Uchiha plongea sa tête dans le cou de l’Haruno qui mit sa tête en arrière, le laissant faire. Une frénésie mal contenu s’était emparé d’eux et le brun n’avait qu’une envie, toucher cette femme, faire ce dont il avait envie pour qu’elle ne soit qu’à lui alors que la fleur, elle, voulait enfin le sentir tout contre elle. Elle laissait exploser tout ce qu’elle ressentait pour cet homme et ses plaintes adorables au creux de l’oreille de l’Uchiha ne pouvaient que l’encourager à continuer.

Il lui parsemait son cou de baisers plus torride les uns que les autres, lui mordillait sa ravissante peau au goût étrangement fruité et Sakura gémissait, doucement. Ce qui attisait bien plus le désir que Sasuke éprouvait pour la rose, il voulait la faire sienne et vite. Mais ce n’était pas tout, il voulait qu’elle soit là pour lui, avec lui, il voulait partager avec elle ce que chaque couple partageait.

Il écarta sa bouche de la peau de la fleur pour la sonder de ses prunelles sombres, le souffle de la jeune fille était un peu haletant et ses yeux brillaient, tout comme les siens. Il se mit à lui sourire et elle se mit à lui caresser les cheveux. Sasuke ne se rétracta pas, la laissant plutôt faire.

« Chez toi ou chez moi ? questionna-t-il de sa voix rauque.
-Ça ne va pas un peu vite ?
-Je ne veux pas attendre.
-Sasuke…
-Tu ne comprends pas Sakura, je ne compte pas te lâcher, je veux que tu sois mienne, entièrement.
-Et après ? demanda la rose, le cœur palpitant.
-C’est simple, on emménage ensemble, non ?
-Tu es sûr de toi Sasuke-kun ?
-Je n’ai jamais été aussi sûr de tout ma vie… je… je t’aime… murmura-t-il les trois derniers petits mots, ayant quelques rougeurs sur joues.
-Moi aussi je t’aime, répondit la rose dans un petit sourire, mais tout aussi timide, joues écarlates.
-Y’a plus à discuter alors. »

L’instant d’après il fit descendre la demoiselle et il lui prit la main, ramassa sa veste qui s’était échouée par terre, sûrement quand il lui avait saisi ses mains et ils quittèrent ensuite son bureau. Si les infirmiers de nuit ou même les patients qui étaient dans les couloirs étaient étonnés de les voir main dans la main, Sasuke en fit bien abstraction. Il se foutait qu’on les voie ensemble ainsi que les messes basses qui se faisaient sous leurs passages. Ses sentiments étaient partagés et c’était tout ce qui comptait pour le jeune homme. Sakura, quant à elle, elle ne pouvait s’empêcher de rougir comme une adolescente, s’afficher ainsi avec le ténébreux était ce qu’elle avait toujours rêvé en étant plus jeune, en grandissant elle n’y avait plus crue. Pourtant

Cette nuit-là fut la première d’une longue série à deux où amour se faisait ressentir, soupir, plaisir, caresses, baisers et bien d’autres choses encore. Sasuke fit de Sakura une personne à part entière, il porta son amour à explosion et la rose le lui avait parfaitement bien rendu. C’était le début d’une nouvelle vie, la leur, à deux, ensemble et pour le meilleur, ayant déjà goûté au pire. Plus rien ne pouvait les arrêter, ils étaient opposés, mais complémentaire.

Ce soir-là, une nouvelle vie, un nouveau destin, un nouvel amour débuta à travers leurs sentiments les plus profonds qui ne pourront jamais s'éteindre...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: L'écrit de Mahora   Sam 15 Fév - 18:15

L'écrit de Mahora



Manga utilisé : Naruto
Couple : Naruto & Sasuke
Celui qui écrit la déclaration : Naruto
Celui qui lit la déclaration : Sasuke



Ma déclaration



Sasuke,


Je t’écris cette lettre en ce jour si particulier pour t’avouer quelque chose, quelque chose que je n’arrivais pas à t’annoncer en face, pardonne-moi ma lâcheté. Je ne pouvais pas te regarder droit dans les yeux pour te dire ces mots, je n’aurais pas pu supporter de voir ta réaction quelle qu’elle soit. Je garde cela en moi depuis pas mal de temps maintenant, bien que je m’en sois aperçu qu’il y a peu de temps pendant la grande guerre. Lorsque je t’ai vu à terre sur le point de mourir devant mes yeux sans que je ne puisse faire quoique ce soit, j’ai réalisé à quel point je tenais à toi. Je ne voulais pas te perdre surtout que je venais tout juste de te retrouver après avoir passé tant de temps à te poursuivre pour essayer de te ramener à Konoha, pour chasser les ténèbres qui étaient en toi. Comme tu le sais déjà au début, je te détestais, tu réussissais tout ce que tu entreprenais à l’académie, les gens t’admiraient et surtout Sakura. J’ai fait de toi mon rival, j’ai essayé de devenir plus fort pour un jour te surpasser, pour que les gens m’acceptent. J’ai également appris que tu étais devenu orphelin tout comme moi, j’ai pensé sur le moment qu’on était peut-être pas si différent que ça au fond. Puis on a tous les deux été dans l’équipe 7, à partir de ce moment-là notre rivalité a augmenté, mais on est aussi devenu ami, puis au fil du temps, tu es devenu mon meilleur ami et tu es parti. J’ai tout fait pour te ramener, mais cela n’a pas marché, tu étais plus fort ou plutôt je n’étais pas encore assez fort pour te ramener de force. J’ai passé donc trois ans à m’entraîner pour ça, tu me manquais, je me demandais souvent ce que tu pouvais bien faire. Je me sentais tellement seul sans toi, même si tout le monde était présent pour moi, c’était comme s’il me manquait une partie de moi-même. A chaque fois que je pensais me rapprocher un peu de toi, tu t’éloignais encore plus, à chaque fois que je te retrouvais tu t’enfonçais encore plus dans les ténèbres. 


Lorsque tu as accompli ta vengeance, je pensais que tu serais revenu, que j’aurais réussi à te ramener. Mais malheureusement cela n’a pas été le cas, ensuite j’ai appris la vérité et j’ai pu te comprendre un peu. Je ne savais plus quoi faire pour t’aider, un jour on m’a dit « réfléchis à ce que tu peux faire pour lui en tant qu’ami ». Je suis resté là à réfléchir en me demandant ce que je pouvais bien faire pour toi, alors que tout le monde avait décidé de t’arrêter une bonne fois pour toute, même si pour cela il fallait te tuer. Quand j’ai fini par l’apprendre, mon cœur a fait un bond, il me faisait atrocement mal, tout ce que je voulais, c’était de t’avoir de nouveau à mes côtés. Je ne voulais en aucun cas te voir mourir, j’ai toujours été un peu têtu comme tu le sais. Même après t’avoir revu pour secourir Sakura et d’apprendre que tu voulais détruire Konoha je ne pouvais m’y résoudre. J’étais légèrement perdu, car je ne pouvais pas mettre fin à tes jours, mais je ne pouvais pas te laisser toucher à Konoha non plus. Ce jour-là, je t’ai fait part de ce que je ressentais sur le moment, j’espérais réussir à t’atteindre un minimum. Je ne sais pas si mes mots ont pu toucher ne serais ce qu’un peu ton cœur, mais saches que je n’aurais jamais abandonné de te sauver. 


Mon rêve était de devenir le prochain Hokage, enfin ça l’est toujours, mais entre-temps j’avais un autre rêve qui passait avant. Mon second rêve était que tu reviennes à Konoha, que tu reviennes à mes côtés, qu’on continue de s’entrainer ensemble, de se battre. Lors de la grande guerre, tu ne peux pas imaginer ce que j’ai pu éprouver quand j’ai ressenti grâce à l’aide du chakra de Kyuubi que tu ne te trouvais pas loin, que tu te dirigeais vers moi. J’étais tellement heureux de te revoir à mes côtés, de combattre à tes côtés comme avant, comme si rien de tout cela n’était arrivé. J’avais l’impression de vivre un rêve, je commençais à penser que ce jour n’arriverait plus jamais. Malgré toutes les souffrances de la bataille, les pertes, ta venue était le moment le plus heureux, enfin aussi l’arrivée de mon père bien évidemment. Le combat contre Madara a été rude, pendant un moment j’ai même pensé qu’on n’y arriverait jamais. Je me souviendrais toujours du moment où tu as failli mourir, j’étais inconscient au début, sur le point de mourir. J’entendais Sakura et Gaara m’appeler, puis j’ai pensé à toi, je ne saurais te dire pourquoi, mais je savais qu’il t’était arrivé quelque chose. Je voulais à tout prix me réveiller de ce cauchemar pour aller te porter secours, il était hors de question de te laisser mourir alors que je venais tout juste de te retrouver. Ils ont ensuite réussi à me sauver et la première chose que j’ai dite était ton nom, je leur ai demandé où tu étais, si tu allais bien, mais personne n’a su me répondre. 


J’ai fini par te trouver et la vision qui s’est présentée devant moi était juste horrible, mon cœur a fait un bond, j’ai commencé à avoir du mal à respirer, tu étais là allongé par terre, il y avait du sang partout. A ce moment-là, j’ai réalisé à quel point je ne voulais pas te perdre, à quel point tu étais important pour moi. J’ai eu vraiment peur ce jour-là, heureusement tu es vivant et maintenant tu te portes comme un charme, tu es revenu à Konoha malgré les difficultés, ceux qui s’y opposaient. On a enfin recommencé à s’entrainer ensemble, à faire nos missions comme dans le passé. Parfois, j’ai l’impression que tout cela était qu’un mauvais rêve, notre vie est redevenue plus paisible. 


Tu dois sûrement te demander pourquoi je te raconte tout ça, où je veux en venir exactement. Ce n’est pas vraiment une chose facile à dire et quand tu le sauras, tu vas peut-être me fuir, me détester de nouveau. Je suis conscient que ce que je m’apprête à te dire risque de changer beaucoup de choses, que je risque de te perdre pour de bon, mais je ne peux plus garder ça pour moi. Cela fait plus de deux semaines que je me demande comment je pourrais t’avouer une telle chose, si c’est une bonne idée que je t’en parle. 
Alors voilà, j’espère que tu ne réagiras pas mal, mais en fait « Je t’aime », par là je veux dire que je suis amoureux de toi. Je sais que cela doit sûrement te faire un choc, j’ai été assez surpris moi-même quand je m’en suis rendu compte. J’ai toujours pensé que j’aimais encore Sakura, mais je pense qu’avant même que je m’en aperçoive tu étais devenu plus important qu’elle pour moi. J’étais tellement concentré sur le fait de te ramener à Konoha que je n’ai rien vu venir. Je ne sais pas exactement quand j’ai commencé à t’aimer vraiment, mais je sais une chose c’est quand je suis auprès de toi, je suis la personne la plus heureuse du monde. J’aime nos combats, nos petites disputes, mais ce que j’aime le plus c’est être à tes côtés, pouvoir partager tous ces moments avec toi. Je n’arrive plus à imaginer ma vie sans toi, si tu devais encore partir je pense que je ne le supporterais pas, enfin je te courrais encore après pour te ramener.


Chaque jour je pense à toi, tu me manques quand tu n’es pas avec moi, même si je te vois presque tous les jours, que je passe énormément de temps avec toi. Tu occupes la plupart de mes pensées, le soir avant de me coucher, je ne peux penser à autre chose qu’à toi, qu’à ce qu’on a vécu. Je tourne souvent en rond dans mon lit me demandant ce que tu es en train de faire, ce que tu penses de moi exactement, à comment tu réagirais si tu connaissais mes sentiments. Je sais bien que te connaissant tu me mettrais un coup de poing, que tu me traiterais d’Idiot, que je te dégoûte aussi sûrement surtout vu qu’on est deux hommes. C’est pour ça que j’ai décidé de t’écrire plutôt que de te l’avouer en face, j’avais tellement peur de ta réaction, je suis effrayé par l’idée que tu décides de t’éloigner de moi, de repartir loin sans me prévenir. 
Tu arrives à combler le vide en moi, tu as été le premier vrai lien que j’ai créé avec quelqu’un même si au début c’était surtout de la rivalité qui s’est changée en amitié petit à petit. Tu es et tu resteras la personne la plus importante pour moi. 


Je n’attends pas forcément une réponse de ta part, je voulais seulement que tu saches ce que je ressentais, car je ne pouvais plus le garder pour moi. J’espère juste que cela ne gâchera pas notre amitié, que tu ne t’éloigneras pas trop de moi, je sais que j’en demande peut-être trop, mais saches que je ne te forcerais à rien et j’agirais comme avant avec toi. 


Sasuke, je t’aime et je suis désolé pour tout ça.


Naruto



C’était le matin de la Saint-Valentin que Sasuke venait de trouver cette lettre chez lui devant sa porte d’entrée. Il y avait écrit « Pour Sasuke, de la part de Naruto » sur l’enveloppe, il s’était demandé pourquoi Naruto lui avait laissé cette enveloppe ici. Il l’ouvrit sans se douter de ce qu’il attendait à l’intérieur, puis il vit la longueur de la lettre, il se demanda ce qu’il avait bien pu encore inventer. Il commença à lire le début, puis au bout de quelques lignes, il décida d’aller s’asseoir sur le canapé. Il reprit alors la lecture, plus il avançait et plus il se demandait où il voulait en venir et pourquoi il lui racontait tout ça. Il était loin de s’imaginer que la suite allait bouleverser beaucoup de choses. Tout en lisant il se rappela des moments que décrivait Naruto, parfois cela le fit sourire, il était quand même assez touché par ce que disait le blondinet, il savait qu’il était important pour lui, vu l’acharnement qu’il a eu pour le poursuivre à essayer de le ramener toutes ces années, mais il était loin de s’imaginer à quel point. Dans un certain sens cela lui fit plaisir, il sentit qu’il n’était pas seul, mais il continuait toujours à s’interroger sur la raison de cette lettre. Il poursuivit donc, au fur et à mesure il sentit comme une chaleur étrange au niveau de sa poitrine, il se sentit légèrement bouleversé. 

Puis il arriva au moment où il trouverait la réponse à ses questions, la raison de sa lettre, il lut la phrase et fut choqué, il ne s’y attendait pas du tout. Il relut la phrase plusieurs fois pour être sûr d’avoir bien lu, puis ces trois petits mots se répétèrent dans sa tête, se bousculèrent. Il en revenait pas Naruto l’aimait, son cœur fit un bond, sa poitrine lui fit mal, il pensait qu’il était en train de rêver, ce n’était pas possible. Il se demanda comment une telle chose a pu arriver, comment il a pu ne pas s’en rendre compte. Il continua de lire pour en savoir plus, les mots traversèrent son esprit encore et encore, il n’arrivait tout simplement pas à y croire. Il ne s’était encore jamais senti comme ça, il n’arrivait pas vraiment à savoir ce qu’il éprouvait, mais une chose était sûre, c’était que les mots de ce dernier l’avait touché. Quand il eut fini de lire cette dernière, il la posa sur la table basse en face de lui, il tomba en arrière sur le canapé, puis il leva les yeux vers le plafond.  Il se répéta alors « Naruto est amoureux de moi », il ne comprenait pas comment une telle chose avait pu se produire. Qu’est-ce qu’il devait répondre à ça ? Comment allait-il réagir en le voyant ? Pourrait-il être normal, comme avant à ses côtés, maintenant qu’il savait tout ça ? Et là, il se demanda : « Qu’est-ce que je ressens pour lui ? Qu’est-ce qu’il représente vraiment pour moi ? ».

Il resta là sur son canapé à réfléchir, à essayer de comprendre et surtout à savoir ce que lui il éprouvait et à comment il se sentait face à tout ça. Plusieurs heures passèrent quand il se décida enfin à bouger, il alla chercher de quoi écrire et commença une lettre pour Naruto.



Naruto,


Je viens de lire ta lettre qui je dois dire est assez longue, je ne te croyais pas capable d’écrire autant.  Je dois dire qu’elle m’a assez surprise, je m’y attendais pas du tout, j’étais loin de m’imaginer que tu ressentais tout ça. Je dois t’avouer que je ne pensais pas que tu pouvais écrire de telles choses, cela m’a beaucoup touché, j’ai dû relire plusieurs fois certains passages pour être sûr de ne pas rêver. Quand je me suis rappelé certains moments avec toi dont tu as parlé dans ta lettre ça m’a fait sourire, il est vrai que tu es quelqu’un de plutôt têtu. Je me demandais toujours à l’époque pourquoi tu me courais toujours après, pourquoi tu voulais tant que je revienne, pourquoi tu devais en faire autant pour moi. Je pense que je comprends mieux la raison maintenant, même si je ne voyais rien autour de moi à part la haine, je pense que tu étais le seul qui réussissait à me faire réagir. Comme la dernière fois où on s’est rencontré avant la grande guerre, tes paroles ont réussi à m’atteindre un minimum. J’ai vraiment voulu te tuer ensuite, à bien y réfléchir au jour d’aujourd’hui, c’était sûrement parce que justement ce que tu me disais sans cesse et tes actions me touchaient légèrement. Je ne voulais pas être détourné de ma vengeance, donc je préférais mettre fin à ce qui pour moi était un obstacle. 


Après avoir relu ta lettre plusieurs fois, ressassé tes mots dans ma tête, j’ai essayé de savoir ce que tes sentiments me faisaient ressentir, ce que tu représentais pour moi, ce que j’éprouvais pour toi, si ta confession allait changer quelque chose entre nous. Je ne suis malheureusement pas parvenu à une réponse concrète, je ne pense pas que je vais te fuir non plus, je sais juste que d’avoir lu tout ça m’a touché, je n’ai pas vraiment ressenti de dégoût non plus. Je me suis senti étrange, perdu, heureux, confus, mais j’étais également effrayé, sûrement par l’inconnu, la peur du changement, par l’incertitude. 


Je suis vraiment désolé de ne pas avoir de réponse concrète à te donner sachant que ça sûrement dû te prendre du temps d’écrire tout cela et du courage. Je te propose donc en cette journée un peu spéciale que tu viennes ce soir à la maison. Peut-être qu’en te voyant ou en passant du temps avec toi, j’en serais un peu plus, je dois dire que je ne sais plus vraiment à quoi je pense et ce que je ressens. Je t’attends donc chez moi pour 20h, ne sois pas en retard !


Sasuke





Lorsqu’il eut fini d’écrire sa réponse, il mit la lettre dans une enveloppe, il regarda cette dernière quelques minutes tout en se demandant comment il pourrait bien la faire parvenir à son destinataire. Il décida de sortir se balader un peu en espérant trouver une solution, il mit celle-ci dans sa poche. Il y avait une légère brise, il marchait d’un pas nonchalant avec les mains dans les poches. Il observait tout autour de lui, les rues semblaient plutôt animées, les gens commençaient à oublier les mauvais souvenirs de la grande guerre. Ils souriaient, s’amusaient, comme si tout ce qui s’était passé, n’était plus qu’un mauvais rêve. Il entendit alors qu’on l’appelait derrière lui, il se retourna légèrement et vit Sakura.

« Salut Sasuke ! 
- Sakura ? Qu’est-ce que tu fais là ? Tu ne devrais pas être à l’hôpital ?
- Je dois passer voir Naruto, j’y retourne après.
- Ah bon ? demanda-t-il légèrement curieux.
- Oui, il m’a demandé de passer le voir dès que j’avais le temps, mais je ne sais pas pour quelle raison.
-Hum… »

Il se demanda pourquoi Naruto voulait voir Sakura et spécialement aujourd’hui, il se sentit légèrement irrité sans vraiment savoir pourquoi. Puis tout d’un coup, une idée lui venue, peut-être qu’il avait un moyen de faire parvenir la lettre à Naruto sans avoir à la voir.

« Dis-moi, comme tu vas voir Naruto, tu pourrais lui donner ça pour moi s’il te plaît ? déclara-t-il un peu nerveux.
- Oui bien sûr, pas de souci, mais c’est quoi ? Pourquoi tu ne peux pas le faire toi-même ? demanda la rose légèrement confuse.
- Euh… c’est rien, juste un truc qu’il m’a demandé pour un rapport de mission, bégaya-t-il un peu gêné avec de légères rougeurs sur ses joues. Je dois faire un truc important et je n’ai pas vraiment le temps de lui apporter et comme tu vas le voir, je me disais que cela serait plus pratique, c’est tout, déclara-t-il un peu mal à l’aise.
- Hum… je vois… Pas de souci, compte sur moi je lui donnerais, tu peux me faire confiance.
- Merci, bon je dois y aller…
- Ok à plus tard. »

Puis il continua sa route pour rentrer chez lui, il avait enfin trouvé le moyen de lui donner la lettre, mais il espérait qu’elle ne ferait pas sa curieuse et qu’elle n’ouvrirait pas l’enveloppe pour en lire le contenu. Une fois chez lui, il se posa dans le canapé, il commença à réfléchir de nouveau et se sentit légèrement angoissé, il ne savait pas trop pourquoi, était-ce parce qu’il allait voir Naruto ce soir ? Parce qu’il ne savait pas du tout comment ça allait se passer ? Comment il devrait agir ?

Pendant ce temps-là Sakura arriva chez Naruto, elle toqua plusieurs fois à la porte et il vint enfin lui ouvrir.

« Salut Sakura ! Qu’est-ce que tu fais là ?
- Je te signale que c’est toi qui m’as demandé de venir dès que j’aurais le temps.
- Ah oui, c’est vrai désolé, vas-y entre. 
Tu veux boire quelque chose ?
- Non, merci ça ira je n’ai pas beaucoup de temps je dois retourner à l’hôpital ensuite.
- Ah ok, assis-toi, je t’en prie. »

Elle alla s’asseoir, Naruto l’a regardait, puis se mit à fixer les mains de la jeune fille, elle avait une enveloppe entre les doigts, il se demandait ce que cela pouvait bien être.

« Sakura, c’est quoi que tu as dans les mains ?
- Ah ça ? Ah oui, c’est vrai. Sasuke m’a demandé de te la remettre, apparemment c’est quelque chose que tu lui as demandé, mais il n’avait pas le temps de te l’apporter et comme je venais te voir il m’a demandé.
- Ah… ok, dit-il un peu nerveux.
- Tu ne l’ouvre pas ?
- Euh je regarderais plus tard, ce n’est pas grave, déclara-t-il gêné.
- Ok »

Il posa la lettre sur la table, il se demanda si c’était la réponse de Sasuke à sa lettre. Il avait envie de la lire maintenant, mais en même temps il avait peur de savoir. Il avait sûrement dû écrire qu’il le dégoûtait, qu’il ne voulait plus le voir, surtout qu’il n’avait pas voulu lui apporter lui-même. Son cœur se serra, sa poitrine lui fit mal, rien qu’à la pensée qu’il avait dû perdre ce dernier. Il se demandait s’il avait vraiment bien fait d’écrire cette lettre, de lui dévoiler tous ces sentiments.

« Donc tu voulais me parler de quoi ? demanda la rose.
- Ah oui, c’est vrai. Ça fait plus d’un mois que la guerre est finie et que Sasuke est revenu, maintenant que les problèmes liés à son retour sont enfin finis, je me disais que ça pourrait être sympa de faire une petite fête de bienvenue pour Sasuke.
- Je vois, je trouve cela plutôt sympa, mais je ne pense pas que cela lui plaise, tu le connais, il n’aime pas vraiment la foule.
- Je sais bien, mais j’ai vraiment envie de faire quelque chose pour lui.
- Je sais bien, écoute là je n’ai pas vraiment le temps je dois retourner à l’hôpital, on en reparle plus tard, ok ?
- Ok. »

Une fois que la rose fut partie, il prit l’enveloppe dans ses mains, il restait là debout en train de la fixer. Il n’osait pas l’ouvrir, il se demandait son contenu, il avait peur, il alla s’asseoir au cas où il ne pourrait pas supporter ce qu’il était écrit. Il prit son courage à deux mains et l’ouvrit délicatement, il déplia les feuilles, puis prit une grande inspiration avant de commencer la lecture.
Il fut plutôt étonné de ce qu’il lisait, il n’en revenait pas, Sasuke ne l’insultait pas, il ne disait pas qu’il le détestait, non rien de tout ça. Puis il fit un léger sourire en lisant la suite, il se sentit soulagé, apparemment il n’avait pas l’intention de le fuir, de ne plus lui parler. Il voyait qu’il avait l’air légèrement perdu, confus, ensuite il vit qu’il lui proposa de le voir ce soir. Son cœur fit un bond, il était plutôt heureux que Sasuke veuille tout de même le voir, mais il était en même temps anxieux. Il se demandait s’il était prêt à lui faire face aussi vite. Qu’est-ce qu’il allait lui dire ? Qu’allait faire Sasuke ? Certes il ne lui avait pas dit qu’il l’aimait lui aussi en retour, il ne lui a pas donné de réponse concrète, mais il voulait le voir et en parler avec lui. Il pensa alors que ça devait être déjà un bon début. 

Le soir fut arrivé assez rapidement, il était 19h55 et Naruto se trouvait devant la porte de son beau brun. Il restait là planté comme un poteau devant ce barrage, il était très nerveux et effrayé en même temps. Son cœur battait à une vitesse folle, il essaya de se calmer, il prit une grande inspiration, ainsi que son courage à deux mains et frappa à la porte de ce dernier. 
Sasuke entendit qu’on venait de toquer, il commença à se sentir étrangement anxieux, il avait les mains moites, il respira un bon coup et décida d’aller ouvrir. 
En à peine quelques secondes ils se retrouvèrent face à face, ils se regardèrent sans un mot, c’était comme si le temps était figé. Personne ne savait quoi dire à l’autre, les deux semblèrent légèrement gênés, puis Sasuke prit l’initiative de le faire entrer.

« Entre…
- Merci.
- Vas-y assis-toi. Tu… veux… boire quelque chose ? proposa le brun en bégayant légèrement se sentant un peu nerveux.
- Oui, je veux bien, merci. »

Le brun alla dans la cuisine chercher des boissons, il les posa sur la table basse devant Naruto et s’assit à côté de lui. Un grand blanc s’installa entre eux, personne n’osait parler, enfin c’était plus qu’ils ne savaient pas vraiment quoi dire et comment agir, ils étaient aussi gênés l’un que l’autre. 

« Je… commença Sasuke.
- Tu… coupa le blondinet s’apprêtant à lui demander quelque chose. Tu disais ? Excuses-moi, je t’ai coupé.
- Non rien, vas-y…
- Non, non, vas-y, je t’en prie…
- Non c’est rien ne t’en fait pas, vas-y, dis-moi ce que tu voulais dire…
- D’accord… répondit Naruto le rouge aux joues carrément gêné. Tu as passé une bonne journée ? demanda-t-il l’air un peu idiot tout en se demandant pourquoi il avait dit une telle chose complètement stupide.
- Oui ça va et toi ?
- Oui ça été, merci… »

Après ces quelques échanges peu fructueux et légèrement étranges un grand vide s’installa de nouveau. Chacun regarda l’autre du coin de l’œil tout en réfléchissant à ce qu’ils pourraient bien dire, puis Naruto eut une idée et commença à parler de leur dernière mission. Petit à petit, leurs échanges  se firent plus fluides, ils parlèrent avec moins de nervosité, puis leur discussion devint tout à fait normale. Ils continuèrent de discuter comme ça pendant presque une heure sans se rendre compte de l’heure. La gêne entre eux deux s’était littéralement envolée, ils rirent, se disputèrent légèrement, se taquinèrent… 

« Tu as faim ? demanda le brun.
- Hum… un peu oui et toi ?
- Je commence aussi, j’ai même prévu des ramens pour toi, vu que tu en raffoles tellement.
- Oh trop bien, tu es le meilleur. »

Sasuke se leva en direction de la cuisine pour mettre l’eau à chauffer, il sortit les bols de ramen et les mit sur la table, puis il retourna s’asseoir auprès de Naruto. Ils continuèrent à parler en attendant, puis au bout de quelques minutes la bouilloire se mit à faire du bruit, signe que l’eau était prête.

« Ah, c’est prêt, je vais chercher l’eau, déclara Sasuke.
- Non, c’est bon je vais y aller, ne t’en fait pas, reste-là.
- Ok, fait attention.
- Tu me connais !
- Justement… »

Naruto se leva éteindre la bouilloire et apporta les bols sur la table, il essaya d’enjamber Sasuke qui pour pouvoir retourner à sa place, mais il se prit les pieds dans le tapis et tomba. Bien évidemment vu comment était maladroit ce dernier parfois, il ne fit pas semblant quand il trébucha, il se trouvait sur Sasuke, ses lèvres contre les siennes. Le brun avait les yeux grands ouverts, son visage montrait la surprise de ce dernier. Quant à Naruto, il s’écarta vite rouge écarlate, il regarda celui-ci légèrement choqué et désolé.

« Je… Pardonnes-moi Sasuke, je te jure que je n’ai pas fait exprès, je ne voulais pas… »

Sasuke ne dit aucun mot, il se sentit étrange, son cœur battait la chamade, une vague de chaleur envahit tout son corps. Il posa sa main sur son cœur ne comprenant pas ce qu’il lui arrivait, puis il dirigea ses doigts sur ses lèvres, il pouvait encore sentir celle de Naruto. Il se sentait perdu, pourquoi il éprouvait toutes ces choses les plus étranges les unes que les autres.

« Sasuke ? Sasuke ? Oh Sasuke ? Tu m’entends ? Ça va ? Sasuke ? Dis quelque chose… »

Naruto commença à s’inquiéter, il ne lui répondait pas, il semblait ailleurs, il se dit qu’il allait sûrement mal réagir et le frapper. Le brun fini par entendre la voix de celui-ci et le regarda, puis au bout d’un moment il finit par comprendre ce qu’il ressentait et pourquoi.

« Pourquoi ça doit être toujours toi ? déclara Sasuke avec un léger sourire narquois.
- Je suis… vraiment désolée, je te jure que je ne voulais pas…
- Boulet ! coupa le brun tout sourire.
- Excuses-moi…
- Je me demande bien pourquoi c’est toi que je veux…
- Je suis… commença le blondinet avant de réaliser les paroles de ce dernier. Tu… tu viens de dire quoi là ? demanda-t-il complètement perdu et confus.
- Que je te voulais…
- Hein ?! Tu… tu veux dire…
- Je veux dire que c’est quoi que je veux et personne d’autre… coupa le brun un peu gêné.
- Tu… tu es sûr ? demanda Naruto assez surpris.
- Hm… 
- Je dois être en train de rêver ce n’est pas possible ? Ou alors c’est une blague de ta part, c’est ça ?
- Et là tu me crois, si je fais ça… »

Sasuke s’avança doucement vers Naruto et pose ses lèvres sur celle de celui-ci.

« Tu me crois maintenant ?
- Hm… répondit-il la tête légèrement baissée et complètement gêné.

Il releva doucement la tête pour regarder Sasuke, il lui fit un beau sourire tellement qu’il était heureux des paroles et gestes de ce dernier. 

« Je t’aime Sasuke ! déclara-t-il dans un élan de joie. Et toi ? souffla-t-il timidement et pas vraiment sûr de lui.
- Je pense que la réponse est évidente non ? Contre toute attente, je t’aime, idiot ! »

Naruto ne semblait apparemment pas très convaincu, il ne devait sûrement pas y croire, pour lui c’était trop beau, ce n’était pas possible que Sasuke soit comme ça avec lui. Il pensait qu’il devait sûrement lui faire une farce pour se moquer de lui. Le brun l’observa et vit que ce denier semblait triste et perplexe, il décida alors de le rassurer.

« Je pense que j’ai dû fondre face à ton acharnement et tes efforts pour moi, tu t’es tellement battu pour me faire revenir, pour me montrer que tu étais là et que j’étais important pour toi que cela m’a sûrement touché plus que je ne le pensais. Ta ténacité a dû me faire craquer pour toi sans que je m’en rende compte, mais le baiser accidentel de tout à l’heure me l’a fait réaliser. »

Sasuke embrassa de nouveau le blond, il posa ses mains sur les joues  de ce dernier, leur baiser se fit de plus en plus intense. Naruto balada ses mains dans le dos de son amant, il le serra encore plus fort contre lui, ils commencèrent à se faire des bisous dans le cou, on pouvait entendre leur respiration saccadé par le désir de l’autre. Ils s’embrassèrent de nouveau passionnément, tout en continuant de s’embrasser Sasuke souleva Naruto, puis ils se dirigèrent dans fougueux baiser vers la chambre. Il poussa Naruto sur son lit, il le regarda avec un regard brûlant de désir et un sourire narquois, puis il ferma la porte de la chambre.

« Une porte se ferme, mais une autre s'ouvre sur une nouvelle destinée pour nos deux amants. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: L'écrit de Cassandre   Sam 15 Fév - 18:23

L'écrit de Cassandre



Manga utilisé : Naruto


Couple : Hanabi (OOC mature)/Naruto


Celui qui écrit la déclaration : Hanabi


Celui qui lit la déclaration : Naruto



La plume et le chat



Dans une grande bâtisse, installé au rebord de sa fenêtre, une petite fille écrit. Elle écrit pour sa sœur. Et les mots dansent sous sa plume. Malgré son jeune âge la fillette n'est pas naïve. Elle connait les sentiments de sa sœur, et elle en a marre que celle-ci pleure à la St Valentin. Alors elle écrit au garçon qu'i est responsable de tout. Son nom? Hanabi Hyûga.



Naruto Uzumaki
Konoha no Kuni

Manoir des Hyûga.
Konoha no Kuni



A l'attention d'Uzumaki Naruto,




Uzumaki Naruto, tu es un imbécile! Un imbécile qui va s'en prendre une s'il ne lit pas en entier!!


Te souviens-tu d'il y'a cinq ans cette rencontre? Tu sais c'était il y'a cinq ans. Elle se faisait attaquer par des enfants et était incapable de se défendre... elle est toujours incapable de se défendre contre des enfants. Peut importe, ce jour tu l'a sauvé, tu ne la connaissait pas, la connais-tu seulement maintenant? Elle, la brunette du fond, celle qui flippe aux interros et qui a fait une crise de panique lorsque tu as fait la technique de substitution. Ouais là ça te parlera sans doute mieux.


Il y'a cinq ans tu as sauvé une petite fille, tu t'es pris vingt coups de ses agresseurs et tu es reparti avec le cœur de la fillette. Est-elle toujours une fillette? Probablement pas, elle a muri plus vite. C'est normal. Elle est seulement à l'académie et elle est... nulle aux arts ninjas, elle mourra sans doute dès sa première mission et tout ça à cause d'un clan dans lequel elle est née. Tu n'as pas idée du nombre de fois qu'elle a voulu ne pas avoir de byakugan. Si ça avait été le cas les membres de la branche parallèle ne l'empêcherai pas de s'approcher d'un garçon. Un garçon qui pour nous est un héros.
Un héros ou un salaud.


Il y'a cinq ans tu as volé le cœur d'une fillette, le lendemain tu le lui a brisé. Cette fillette que tu as sauvé d'imbéciles, elle est tombé amoureuse de toi. Malheureusement toi tu en aimes une autre. Haruno Sakura. Haruno-san, en vaut elle sincèrement la peine? Je ne connais pas Haruno-san personnellement, je ne sais pas comment tu réfléchi. Je ne sais même pas Si ça t'arrive seulement de réfléchir. Mais est-ce que Haruno-san vaut la peine que tu rendes une fille malheureuse? Elle en vaut la peine? Non, parce que pour information si tu n'es pas au courant, Haruno-san est amoureuse d'Uchiwa-san. Elle ne t'aime pas et la seule chose qu'aimé Haruno-san t'ai rapporté se sont des coups, des hurlements et des migraines. Donc laisse tomber la fan girl. Et assure toi de me remettre ma sœur en bonne état!


Ma sœur doit encore être à l'académie sur une balancelle.


Hanabi Hyûga,
la sœur d'Hinata

PS: Je sais où tu habites, je connais suffisamment le tijutsu pour savoir faire mal. Alors si ma sœur va mal tu vas le sentir passer!


-Bon maintenant Hinata, tu as les cartes en main. Voici ta chance.
Apercevant Kona, le chat ninja de la famille Hanabi l'appelle.
-Hey, Kona viens par ici s'il te plait. Apporte ça à Uzumaki Naruto, il doit la lire en entier. Si il refuse tu le griffe, si il y'a des géneurs tu les fais partir.
-Miaouh.

*

Naruto était calme. Pour lui c'était être assis ou pleurer, Naruto n'avait pas vraiment le choix. Sa journée avait été atroce. Vraiment atroce, pire que d'habitude.

D'abord il avait dit à Sakura qu'il l'a trouvait jolie. Elle lui avait répondu "Merci, tu penses que Sasu-kun penses comme toi?". Sa réponse l'avait blessé, un coup de poignard dans le cœur.
Ensuite, il avait une fois de plus raté son examen de passage Genin.
Puis il y'a eu le chat. Un gros chat noir. Mais vraiment gros, rond comme le ventre à Chôji, long comme la natte à Ino et aussi haut que la coiffure de Shikamaru. Il avait les yeux verts Sakura, magnifique chat. Le gros chat aux yeux Sakura lui donna une lettre.

-Pour moi?

Le chat dû trouver la question stupide car il le griffa aux visage que Naruto avait baissé pour se mettre au niveau du chat lorsqu'il lui parla.

-Ca doit vouloir dire, oui. Lança Shikamaru sarcastique.
-Tu parles chat Shikamaru?
-Galère, t'es vraiment lourd. Lis!
-Bon alors "A l'attention de Naruto Uzumaki..."
-Dans ta tête, Naruto.
-Je fais quoi, moi maintenant?
-Bah tu lui réponds. C'est qui ta petite amie?
-Ino?! C'est d'Hanabi...
-Hyûga? Tu lui réponds, tu nous montre, on vérifie, le chat poste!


(Deux heures plus tard)


Domaine Hyûga
Hyûga Hanabi
Konoha no Kuni

Académie des Ninjas
Konoha no Kuni




A l'attention de Mlle Hanabi Hyûga


Je te remercie de ta sollicitude pour ta sœur AINEE. Cependant mes sentiments vis à vis d'Hyûga Hinata ne regarde que nous deux. Je ne suis pas un baka je sais qui est Hinata. Je suis désolé, mais ta sœur et moi ne sommes pas très proche. Je pense qu'Hinata est une fille trés gentille, en manque de confiance en soi. Je lui souhaite beaucoup de bonheur dans l'avenir mais je ne la voie que comme une amie.


Sakura, je sais que tu n'as que 6 ans et que tu ne peux pas comprendre mais je l'aime. Depuis toujours. Alors même si elle aime Uchiwa je continuerai a tenter ma chance avec elle. 
C'est ainsi qu'est mon nindo: ne jamais renoncer.
Je ne pense pas que ta sœur souffre elle a l'air d'être introvertie, amoureuse apparemment. Mais pas de souffrir.


Passe une bonne journée


Uzumaki Naruto, futur 5ème hokage


Avec la participation de Ino, Shikamaru et Chôji


Yamanaka, Nara et Akimichi



*


-Même pas fichu d'écrire seul une réponse convenable! Mais qu'est-ce que ma sœur lui trouve?!! Je rêve ou je me fais insulter par un type qui n'est PAS ninja et qui n'est même pas issu d'un clan?! Ma sœur l'aime, moi je le supporte pas. D'ailleurs je vais lui ré-envoyer une lettre bien senti à celui-là, nan mais.


Dix ans plus tard, dans la même bâtisse toujours installé au rebord de sa fenêtre une jeune femme se coiffe. Ce jour là, c'est le 14 Février. C'est le jour qu'ils ont tous les deux choisi car c'est ce jour-là qu'ils se sont connus. Ils ont été unis par les lettres un 14 février, aujourd'hui le fil rouge va les unir par le mariage. Et lier leurs destins une deuxième fois.


FIN


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Kloyporte
Modérateur
avatar

Messages : 475
Date d'inscription : 29/05/2013
Age : 23

Localisation : Orange


MessageSujet: Re: Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14   Dim 16 Fév - 18:59

Je lirais tout ça ce soir et/ou demain (si j'ai pas fini ce soir) !

_________________
"Suffer slowly, is this the way it's go to be, dear Agony ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dear--agony.skyrock.com/
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: Re: Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14   Ven 30 Mai - 22:33

Résultat du concours : La grande gagnante est Sana Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Sana--chan
Modérateur
avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 33


MessageSujet: Re: Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14   Ven 20 Juin - 20:43

Je ne pensais pas gagner avec un OS pareil, ça fait plaisir mais je prends encore plus de plaisir à écrire!  Very Happy 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vote pour le concours Saint Valentin du 15/02/14 au 09/03/14
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» YRF cadeaux pour la Saint Valentin!
» 18 janvier un petit sac pour la st-valentin
» échange COEURS pour la saint valentin
» Torchwood - lettre de saint-Valentin -Jack/Ianto - G
» Pour la saint Valentin " Next To You"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fictions Mangas :: Fictions :: Concours-
Sauter vers: