Partagez | 
 

 Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mahora
Admin
avatar

Messages : 1248
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 32

Localisation : Nantes


MessageSujet: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   Ven 20 Fév - 15:45


C'est ici que vous déposerez vos One-shot pour le concours Naissance.


Vous devez déposer votre OS avec le code que vous trouverez ci-dessous, il vous suffit de remplacer tout ce qui est écrit en majuscule par le texte correspondant, ceci est obligatoire je vous remercie d'avance. Je vous signale juste que si votre One-shot dépasse les 10 000 mots environ faudra le couper car il y a une limite d'environ 10 000 ots par message.

Code:
<center><div class="cadrechapitre"><div class="titrechapitre">One-shot de (VOTRE PSEUDO)</div><hr class="separation"><div class="textechapitre">

[center]VOTRE TITRE ICI[/center]


(COPIER VOTRE TEXTE BRUT EN TEXTE BRUT ICI)

</div></center>

_________________


Dernière édition par Mahora le Sam 4 Juil - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fictions-mangas.forumactif.com
Tsuki Sumi
Membre
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 22/03/2015
Age : 34


MessageSujet: Re: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   Jeu 30 Avr - 23:36

One-shot de (Tsuki Sumi)



Mon vampire de pleine lune. 1/2



Pairing : .../Naruto, Yaoi.

Résumé : Qui était-il ? Je ne le savais pas. La vie nous réserve parfois des surprises, à nous de déterminer si l’on préfère les voir bonnes ou mauvaises, nous sommes les seuls maîtres de nos choix, mais que vais-je bien pourvoir faire maintenant ?..



Ce soir de pleine lune était particulièrement clair, l’été s’était abattu sur la ville depuis déjà quelques semaines, la légère brise aidant à rafraîchir quelque peu la chaleur étouffante se dégageant de son corps. Naruto Namikaze-Uzumaki, était un garou, un jeune Kitsune de dix-neuf ans. Profitant de sa transformation de pleine lune pour se retirer en forêt comme toujours dans ses moments là. Il marchait tranquillement en direction de son endroit retiré habituel. Au fin fond de la forêt bordant la propriété familiale, ses oreilles de renard pointant sur sa tête, écoutant tous les bruits environnants, ne voulant pas se faire surprendre pendant son petit rituel. Sa queue touffue et aussi dorée que ses oreilles, battait l’air derrière lui, descendant quelque peu son pantalon et laissant apparaître le bas de ses reins.

Il arriva au pied d’une petite cascade dans un renfoncement entouré de rochers. Il retira l’intégralité de ses vêtements et se plongea dans l’eau fraîche, un soupir de contentement sortit de ses lèvres et un petit sourire appréciateur étira sa bouche rosée. Il avait les pommettes déjà bien rouges.

Pour les kitsunes la pleine lune était une nuit de transformation non contrôlable mais aussi une nuit de rut. C’est aussi pour cela qu’il quittait toujours la propriété familiale cette nuit-là, ne voulant pas revoir en scène ses parents, qu’il avait déjà surpris une fois par inadvertance.

Son corps était en ébullition malgré la relative fraîcheur de l’eau, il se plaça sous la cascade, laissant ses idées vagabonder.
Au bout d’un bon quart d’heure, il ressortit de l’eau et alla s’allonger sur l’herbe de la berge. Il fixa le ciel étoilé, ne pensant à rien de bien précis. Mais bien vite son corps en surchauffe se rappela à lui, la chaleur se répandant dans ses reins et son bas ventre, devenant difficilement supportable.

Ses mains vinrent d’elle-même parcourir la peau de son torse halé et recouverte de gouttelettes. Une de ses mains flatta un téton dressé, lui faisant fermer les yeux et entrouvrir les lèvres pour en laisser échapper un petit soupir. Ses mains se baladaient au grès de ses envies, de ses frissons, le parcourant en douceur. Les gouttes d’eaux disparaissant sous la chaleur intense de son épiderme, se faisait remplacer par une fine couche de sueur. Ses phéromones s’éparpillant au grès de la douce brise.

Il avait chaud, il fallait que cette fournaise s’arrête, ses mains descendirent sur son entrejambe, empoignant sa virilité avec l’une et ses bourses bien pleines se firent malaxer de l’autre. Se caressant sensuellement face à la lune, ses gémissements et ses halètements se perdant dans la noirceur de la nuit, se répercutant sur les rochers environnant et s’évanouissant dans la nature. Son corps, se tortillait, se cambrait pour retomber, avant de recommencer. Les doigts caressant ses bourses continuèrent leurs chutes pour venir titiller son anneau de chair. Quand il se pénétra d’un doigt son corps s’arqua et ses lèvres s’entrouvrirent plus, laissant passer un léger cri de plaisir.

C’est à ce moment là, perdu dans le plaisir et noyé sous ses sensations, qu’il sentit une présence au dessus de lui. Une bouche plongeât dans sa gorge, lapant la fine couche de sueur et se gorgeant de son odeur, de son goût suave et bestial. Naruto bien trop perché pour réagir vraiment, sentit ses poignets se faire enserrés et relevés au dessus de sa tête et de longs doigts fins remplacer les siens sur sa verge turgescente.

Il se cambra sous cette main inquisitrice en un cri jouissif, Il sentait des canines bien trop pointues pour être humaine, parcourir la peau fine de son cou sans jamais la percer. Ce dangereux inconnu profitait de son égarement et de sa faiblesse passagère, mais lui faisait tellement de bien qu’il ne voulait pas que cela s’arrête. La langue aventureuse descendant sur son torse imberbe, le parcourant en de suaves arabesques.

Ses gémissements devenaient de plus en plus forts, excitant encore plus son assaillant, qui ne demandait que de l’entendre et de le voir se contorsionner sous ses caresses. La langue brûlante joua quelques instant avec son nombril, avant de descendre bien plus, sur l’épiderme sensible des ses cuisses bronzées et outrageusement ouvertes.

Naruto entrouvrit les yeux à demi, son regard braqué sur la silhouette sombre entre ses jambes, il ne voyait que les contours de cet homme, ne pouvant savoir qui il pouvait bien être. Son regard animal croisa les yeux, rouge sang flamboyant dans l’obscurité, le renseignant sur la nature de son attaquant. Il détecta également qu’il était bel est bien un homme grâce à son odeur typiquement masculine qu’il imprégna dans son esprit.

Il était donc un vampire, la classe de son « agresseur » le fit frémir et l’excitant encore un peu plus.

-HAAaaaa…

La main sur sa verge se fit remplacer par la bouche dangereuse, il sentait les canines glisser contre sa chair pulsante, mais l’homme, d’expérience à première vu, ne cherchait pas à le blesser, loin de là.

-Hmmm…haa…

Ses poignets se firent libérer et ses mains vinrent automatiquement passer dans la chevelure soyeuse au touché. La main de nouveau libre présenta trois doigts devant ses lèvres qu’il engloba sans attendre.

Oui il ne savait pas qui était cet homme.

Oui il aimait ce qu’il lui faisait.

Oui la lune et son état d’excitation en découlant le rendait dingue des caresses prodiguées.

Mais bon sang c’était trop bon pour arrêter. Une fois les doigts bien humidifié l’inconnu les retira de la cavité buccale, sous un geignement de sa proie et pressa aussitôt l’intimité de Naruto d’un doigt qui se fit avalé sans gêne aucune, avec un gémissement de contentement de sa victime. La langue qu’il devinait experte sur sa verge et le membre fin le pénétrant était trop pour lui, dans un arc de cercle presque parfait il se libéra dans l’entre chaude l’entourant, en un cri bestial.

Les mouvements sur sa virilité continuèrent inlassablement ne le laissant même pas redescendre de son premier orgasme. Les halètements de Naruto, devinrent plus forts encore et de petits sanglots sortaient de temps à autre de sa gorge. Le doigt inquisiteur se fit rapidement rejoindre par un second. Quand ceux-ci frottèrent sa prostate, le corps tremblant et criant déjà tout le bien qu’il ressentait s’arqua une nouvelle fois en un hurlement de plaisir pure.

-HAAAAAAAAAAAA….haaa….haaaaaaa…

Un troisième doigt le fit un peu redescendre sur terre, dut à une petite douleur mais qui fut bien vite noyée sous un nouveau coup sur sa prostate, ses larmes de plaisir presque insupportable ruisselant sur ses joues mates. Quand les doigts le quittèrent et qu’il vit l’homme se redresser sur ses genoux face à lui, la lune brillant derrière lui, ne laissant voir nettement que ses yeux rougeoyants. Une appréhension le prit soudain, ce serait sa première fois.

Le visage de l’inconnu se rapprocha de lui, venant se perdre dans sa gorge pour y murmurer d’une voix chaude et suave.

-Je serais doux renardeau, détends toi, je vais te montrer le paradis, je te le promets mon petit kitsune.

Les paroles et la voix suave de l’homme le firent gémir d’envie. Oui il voulait que cet homme lui donne ce qu’il lui avait promit. Il hocha la tête, sans pouvoir prononcer une parole. L’homme en restant dans son cou, vint placer la tête de sa verge à son entrée et s’enfonça lentement en lui. Naruto se tendit, l’intrusion étant bien plus conséquente que les doigts auparavant. Un couinement de douleur retentit et ses oreilles animales se couchèrent en arrière sur son crâne.

L’homme reprit la verge du blond en main et lui appliqua des va et viens rapide, le détendant un peu, il en profita pour s’enfoncer jusqu’à la garde en un nouveau cri de Naruto. Mais il se stoppa pour lui laisser le temps de se faire à cette intrusion. La poitrine halée se soulevant et s’abaissant frénétiquement pour reprendre le souffle qui lui manquait.

L’homme ne commença à se mouvoir qu’en sentant son petit renard bouger un peu ses hanches. Il se frotta, tout d’abord en remuant simplement du bassin pour le détendre un peu avant d’entamer de lent et long va et viens, de plus en plus exquis pour son receveur. La forte douleur du début s’estompant petit à petit, laissant la place à des sensations plus agréables. Naruto s’accrocha de toutes ses forces aux biceps de l’ombre, ce dernier laissant échapper un sifflement en sentant les griffes du renard se planter dans sa chair.

Naruto criait son plaisir de plus en plus fortement, l’homme au dessus de lui suivant ses suppliques pour plus, toujours plus. Il fondit alors sur ses lèvres et ils s’embrassèrent à en perdre halène, leurs crocs s’entrechoquant par moment. Le rythme de leurs ébats leur faisant voir les étoiles et l’apogée ne tarda pas.

Le corps de Naruto se tendant à s’en rompre, ses phalanges griffues lacérant le dos nu de l’autre. Ce dernier sans même s’en rendre compte le mordit à la carotide dans un ultime effort, s’enfonçant au plus profond de ses entailles. Le blond dans un instinct tout ce qu’il y à de plus bestial le mordit en retour, les faisant tout deux gémirent, leurs corps se confondant dans la nuit, se rendirent l’un à l’autre.

Le kitsune resta perché dans les méandres de son orgasme un moment avant de reprendre contact avec la réalité. Il découvrit alors que son assaillant l’avait rhabillé mais il n’en détecta aucune trace dans les environs, il passa sa main dans son cou et n’y trouva aucune marque. Se recoiffant sommairement de ses doigts, il se rallongea calmement en repensant à son expérience vraiment inédite et qui le chamboula profondément.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Trois semaines plus tard.

Naruto se retrouvait sur son campus universitaire. Ici loin du monde des yonkais et du domaine familial, il devait cacher sa nature, tout comme certains de ses camarades qui eux aussi avait leur particularité. Au milieu des humains, tous devait paraître plus ou moins normaux, faire leurs preuves dans se monde avant de réintégrer le leur définitivement pour certains, les autres y restant pour leurs devoirs ancestraux.

Chaque classe démoniaque à laquelle ils appartenaient aillant un rôle dans ce monde où dans l’autre. Les différentes classes de garous comme Naruto, étaient des gardiens de la nature et de la vie mais aussi des combattants hors pair, chaque particularités de chaque espèce, aillant des rôles très spécifique lors des combats aillant déjà eut lieu et aillant sûrement lieu dans le futur dans le monde des Yonkai. Le jeune Namikaze-Uzumaki étant l’héritier du clan des Kitsune.

Le blond se dirigea vers les bâtiments à l’écart, il devait trouver sa chambre pour y déposer ses affaires, avant d’aller finaliser son inscription. Il regarda le bout de papier où sa mère lui avait noté toutes ses instructions et fini par entrer dans une grande bâtisse. Il regarda le numéro des portes et prit l’escalier qui le menait à l’étage supérieur.

Arrivé sur le palier, il trouva rapidement la porte qui lui était destinée et alla pour y entré quand son odorat détecta une odeur qui lui rappela vaguement quelque chose. Il regarda autour de lui mais ne détecta rien de suspect, l’odeur s’étant dissipée. Il haussa les épaules avant d’entré et de refermer la porte derrière lui.

Il découvrit son nouveau lieu de vie, un lit deux places, une armoire, une commode, un petit canapé deux places dans un coin avec un petit meuble télé où reposait l’appareil et un bureau sous l’unique fenêtre. Il savait que chaque étage de chaque bâtiment dortoir, comprenait une grande salle de bain avec une dizaine de cabines de douches et lavabos. Tous était bien détaillé dans les prospectus qu’il avait eut en main. Ici tout le monde était à la même enseigne, tous étaient pensionnaire et les marques de noblesses oubliées, du plus pauvre au plus riche, tous avait le même traitement. Il n’aurait donc pas de salle de bain privée comme à la maison.

Il rangea ses affaires tranquillement avant de ressortir pour aller se présenter au bureau des inscriptions. C’est en ressortant de ce dernier qu’il croisa son groupe d’amis.

Le blond resta médusé en voyant Kiba, un brun aux cheveux courts et hirsutes. En arrivant près d’eux, il s’adressa directement à lui.

-Heu ! Kiba ! Tu sais que l’on voit tes crocs et tes pupilles quand même ?

Le jeune loup-garou se mit à rire.

-Hahaha, t’inquiète, tout le monde croit que je me suis fait tailler les dents et que je porte des lentilles ici. En plus ça
m’attire le regard des folies filles. Lui dit-il avec un sourire coquin et un clin d’œil.

Un autre brun aux cheveux longs près de ce dernier, leva les yeux au ciel avant de lui mettre une claque derrière la tête.

-Hé ! Neji, pourquoi tu me frappe ? S’exclama t-il.

Le susnommé le regarda narquoisement, ses yeux couleur perle, l’immobilisant sur place. Il se rapprocha de lui et lui murmura à l’oreille.

-Ose me tromper louveteau et je te ferais regretter d’être né, rappel toi que même si tu me surnomme  « mon ange », je suis loin d’en être un, mon cœur…

Kiba frissonna et son regard se fit plus sauvage encore quand Neji se recula avec un sourire sadique aux lèvres. Un couinement s’échappa de sa gorge, la frustration de ne pas pouvoir sauté tout de suite sur son amant lui tenaillant les tripes.

Neji Hyuga était lui aussi un garou, tout comme Naruto, mais lui étant de la classe aigle. Ses yeux étant un des signes mais pas uniquement, dans sa forme complète le brun aux cheveux long portait des cornes partant de ses tempes et se recourbant autour de ses oreilles ainsi que deux magnifiques ailes aux plumes immaculées sans son dos, d’où lui venait son surnom d’ange.

Naruto s’amusa de voir le couple se chamailler comme à leur habitude et reporta son attention sur l’une des jeunes filles du groupe. Sakura Haruno, était une furie, autant de sa classe démoniaque que de son tempérament. Prenant son futur rôle de juge de l’humanité très au sérieux. Son tempérament de feu allant très bien avec son apparence démoniaque, Ses cheveux rose, qu’elle disait coloré dans son apparence humaine, se changeait en une multitude de vipères venimeuses dans son second aspect.

Près d’elle se tenait Ino Yamanaka, Une jeune femme aux formes généreuses et plantureuse. Tout dans sa tenue, trop courte et trop moulante montrait parfaitement son statu de succube, descendante directe de Lilith. La jeune femme bonde à la longue queue de cheval lui battant le bas des reins était totalement exubérante et d’aucune retenu. Plus personne ne comptait le nombre de ses conquêtes et celle-ci en était très fière.

Le regard du blond dévia ensuite un peu plus loin, allongé dans l’herbe, à l’ombre d’un grand chêne. Shikamaru Nara, l’un des descendants de Baal, grand général des armées impériales du monde des yonkai, était quand à lui destiné à être un stratège de l’armée du père de Naruto. Celui-ci régnant sur les différentes classes de garous. Autant dire que le kitsune avait un poids considérable sur ses jeunes épaules. L’apparence démoniaque du Nara ne changeait pas beaucoup par rapport à son aspect actuel. Des cheveux mi-longs, remonté en palmier sur le haut de sa tête, un visage montrant une lassitude constante et des yeux noir où l’on pouvait voir, si l’on s’y attardait, l’étincelle de son génie surdimensionné. Les seuls petits changements étaient donc ses petites cornes pointues qui pouvaient apparaître sur son front et sa longue queue fine finissant en pointe de flèche.

Près de lui se trouvait Choji Akimichi, descendant de Nisroch, grand chef cuisinier du monde yonkai. Choji était un jeune homme de forte corpulence, les cheveux châtains et avec un appétit insatiable. Son chemin pour être un digne représentant de sa lignée était déjà tout tracé pour lui. Son apparence démoniaque tout comme Shikamaru ne changeait pas beaucoup, deux fines cornes sortaient également de son front mais il pouvait également faire sortir des ailes de papillon sur son dos.

Et pour finir le regard azur se posa sur Hinata Hyuga, cousine de Neji, en apparence douce et calme, les mêmes yeux que la lignée de son père. Mais pour sa part elle n’était pas pour autant une garou. Aillant pris plus du sang de sa mère et étant une vampire, ses yeux perle se changeant en rouge sang dans son aspect démoniaque. La jeune femme avait d’ailleurs était évincé de la succession à cause de cela, sa jeune sœur aillant prit l’intégralité des gènes paternel, serait la prochaine héritière. Malgré tout cela ne gênait aucunement Hinata préférant son mode de vie bien plus calme que celui que l’on réservait à sa cadette.

Les vampires malgré tout ce que l’on peut en dire peuvent sortir en plein jour mais ils ne sont pas au meilleur de leur forme, voilà tout. Ils privilégient les coins ombragés est évite de s’exposer directement. Ne pensez donc pas à aller à la plage avec un vampire. Et ne croyez pas non plus que le sang ne coule pas dans leur veines car voyez un vampire dont le sang se met à bouillir de rage et vous comprendrez qu’il ne vaut mieux pas les énerver.

Naruto alla s’installer près de Choji et Hinata et commença la conversation tranquillement.

-Salut, lança t-il.

Shikamaru grogna en retour.

-Bonjour Naruto, lui répondit Choji avec un grand sourire et en enfournant une grosse poignée de chips.

-Bon…bonjour Naruto-kun, lui dit alors la brunette en rougissant.

Le blond s’adossa contre l’arbre les surplombant. Les autres les rejoignirent et ils parlèrent tous de banalité pendant un bon moment. Jusqu’à ce que Naruto commence à se sentir oppressé, son sang aillant l’air d’être trop chaud dans ses veines, sa peau commença à se recouvrir de sueur et ses pommettes s’échauffer. Il se mit à haleter, essayant de le cacher à ses camarades, il se releva pour prendre congé. Tous le regardèrent bizarrement mais il les rassura en leur disant qu’il était juste un peu fatigué, qu’il allait se reposer un peu.

Après un parcourt assez éprouvant sous les tremblements de son corps et ses jambes devenant toujours plus faible au fils de son ascension, il parvint enfin sur son lit, s’y écroulant sans retenu.

Il se recroquevilla sur lui-même, se tenant le ventre, celui-ci le faisant atrocement souffrir. Ses gémissements qu’il essayait d’être discret, se mélangeait au bruit de sa respiration lourde. Il suffoquait littéralement, il avait bien trop chaud et sa bouche était sèche.

Il tenta de se relever pour allé prendre une bouteille d’eau qu’il savait avoir laissé sur son bureau. Mais son entreprise se solda par : lui étalé sur le parquet au pied du lit, tous ses membres tremblaient et sa tête lui tournait atrocement, lui donnant la nausée.

Il sentit soudainement son corps être soulevé, mais ses yeux totalement troublés ne distinguait que de vagues silhouettes, les lourds rideaux aux fenêtres furent tirés et il ne vit presque plus rien, de faibles rayons essayant tout de même de passer au travers mais trop peu pour distinguer clairement quoi que cela soit.

Il fut allongé sur son lit, une main douce passa dans ses cheveux humides où il vint frotter son nez, à la recherche de cette caresse l’apaisant dans son tourment. Son corps toujours parcouru de spasmes incontrôlables. Il sentit contre ses lèvres quelque chose de moue, humide et chaud, avant de sentir couler quelque chose dans sa gorge, il avala le liquide chaud et au goût ferreux par réflexe et son corps s’arqua soudainement.

Son corps se mit à bouillir, sa respiration s’accélérant encore, ses geignements se firent plus nombreux. Ses appendices bestiaux étaient déjà sortit depuis longtemps et une odeur entêtante emplissait la pièce. Se tordant toujours sur les draps, il sentit un corps chaud le recouvrir tentant de l’immobiliser mais il n’en pouvait plus, ses instincts prenaient le dessus.

Avec une force incroyable, il se redressa soudainement, retournant la silhouette qui avait été au dessus de lui. Il la chevaucha, emprisonnant les poignets de l’une de ses mains griffues. Il se pencha vers les yeux rougeoyant dans l’obscurité, son nez vint passer sur la peau douce de l’être qu’il dominait. Un joue qu’il lécha, se souvenant de se goût qu’il connaissait, il était de retour, son vampire de pleine lune. Mais la créature sanguinaire ne bougea pas, le laissant faire à sa guise.

Sa langue passa sur une mâchoire masculine, avant d’aller se perdre dans une gorge qu’il sentit palpiter sous son muscle buccal, son souffle brûlant se répercutant sur la peau tiède de l’autre, faisant accélérer la respiration de l’autre et son rythme cardiaque.

Naruto poussa un grognement animal avant que ses crocs ne se plante dans la veine jugulaire de sa désormais victime, cette dernière se cambra, rejetant la tête en arrière en un gémissement de plaisir. Le kitsune se gorgea du liquide chaud coulant dans sa gorge, s’en délectant allégrement. La voix grave et suave de son vampire se fit alors entendre.

-Cela suffit…hmm… arrête…

Mais tous les sens de son assaillant étaient bien trop bouillonnant pour qu’il ne l’écoute. Se dégageant de la poigne du blond, Il attrapa la crinière dorée et d’un geste brusque le ressortit de sa gorge, sous un grondement mécontent de Naruto. Se dernier commença donc à batailler pour reprendre le doux breuvage sur ses papilles mais son vampire n’avait pas l’air du même avis.

Le renard se retrouva cloué au matelas, sur le ventre, une main dans son dos maintenu en clef de bras, le corps de son dangereux adversaire le recouvrant. Il essayait de se dégager mais la force de l’autre n’était pas comparable à son état de faiblesse mais se qui le fit arrêter de se débattre fut la voix chaude de retour dans le creux de son oreille.

-Je ne peux pas t’en donner plus pour le moment, mais je peux calmer ton tourment autrement mon petit kitsune.

Naruto gémit d’envie ? De frustration ? Il ne savait même pas lui-même, trop perdu dans ses sensations et ses instincts primaires. L’autre sans relâcher sa prise sur lui défit sa ceinture d’une main, le bouton et la braguette suivit et la main experte entra directement dans son pantalon, saisissant son membre gorgé de sang. Il ne s’était même pas aperçu qu’il était en train de bander mais quand l’autre commença à le masturber, plus rien n’eut d’importance à par cette main bienfaitrice.

Un cri de pure luxure sortit de sa gorge et il cessa toute rébellion. Son assaillant s’en rendit compte et relâcha sa prise sur son poignet, qui vint se placer à l’opposé de l’autre de chaque côté de sa tête. Il se fit enlever son pantalon sans même s’en apercevoir, son boxer suivant bien vite avec chaussettes et chaussures, qu’il n’avait pas enlevé avant de s’écrouler. Ses hanches se firent relevées, laissant l’inconnu avoir son magnifique fessier galbé à disposition.

La main sur son membre ne lui laissait pas un instant de répit, le laissant suffoquant et gémissant. Mais quand une langue joueuse vint lécher son entrée, un glapissement d’impatience se fit entendre. Le muscle humide vint bien vite le fouiller du plus profond qu’elle put. Des frissons remontant le long de l’échine du blond qui se faisait caresser par la seconde main agile, jusqu’à ce qu’elle glisse entre ses deux globes de chair pour venir se mêler à la partie.

Naruto n’était plus que supplique, n’en pouvant plus de toutes ces attentions, il en voulait plus toujours plus. Et quand le sexe imposant de son tortionnaire entra enfin en lui, tout son corps se cambra à l’extrême accueillant cette présence avec félicité. Un râle de plaisir intense franchissant ses lèvres en même temps que celui de son partenaire résonnait dans la pièce.

Leur étreinte était brutale, bestiale, ne cherchant que cette orgasme qui se faisait de plus en plus grondant en eux. Leur corps glissant l’un contre l’autre, l’un dans l’autre. Des bras puissants encerclèrent sa poitrine le faisant se redresser assit sur les cuisses du vampire. Il vit les yeux rougeoyants se refléter dans le miroir de l’armoire placé juste devant le lit, l’allumant encore plus si cela était possible. Lui ne voyait pas nettement les traits du vampire dans l’ombre de la pièce mais se dernier le voyait parfaitement et Naruto le savait pertinemment, il connaissait toutes les particularités de chaque espèce de démon. Et se donner en spectacle comme cela l’excitait énormément.

-Bouge Kitsune, fait toi du bien, je veux te voir.

Naruto grogna en frissonnant, remontant ses bras vers l’arrière, glissant ses doigts dans la chevelure douce de l’homme dans son dos. Il commença à se mouvoir, faisant coulisser le mât brûlant du vampire en lui, lui arrachant des exclamations concupiscentes. Naruto eut un sourire malicieux à l’adresse des yeux le scrutant toujours dans leur reflet, avant d’accélérer nettement ses déhanchements, les faisant gémirent tout deux.

L’homme de sang attrapa sa verge faisait crier sa proie, le renard exprimant de son corps et vocalement tout le bien qu’il ressentait de cet étreinte. Mais le vampire ne tint pas longtemps avant de le replaquer contre le matelas, le retournant avant de reprendre possession de son corps une nouvelle fois.

Leurs lèvres se trouvèrent pour ne plus se lâcher, leurs langues entament une joute frénétique, tout comme les mouvements de leurs bassins. Le vampire le prenant toujours plus fort, plus vite et plus loin. Les jambes bronzées se resserrant autour du bassin le pilonnant, leurs bouches étouffant les plaintes de chacun.

Mais Naruto fut le premier à briser leur baisé enfiévré, se cambrant en un cri libérateur alors que son inconnu d’amant se répandait au font de lui en un râle rauque.

Leurs corps retombant sur le matelas enchevêtré l’un avec l’autre. Leurs souffles se calmaient doucement et Naruto exténué et éprouvé ne tarda pas à s’assoupir sous les caresses aériennes des longs doigts sur son corps.

L’homme vampire se rapprocha, le prenant dans une étreinte douce, passant son nez sur sa mâchoire et posant ses lèvres sur l’épiderme du Kitsune. Il murmura dans le silence maintenant retombé sur l’espace de la chambre.

-Je suis désolé Renardeau, je ne voulais pas cela, pardonne moi mais maintenant, il m’est impossible de te libérer.

Il embrassa une dernière fois ses lèvres charnues et tentatrices avant de le libérer de son étreinte sous un grognement du renard que l’autre trouva adorable. Il le nettoya avant de le recouvrir et de s’éclipser en silence.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Une semaine plus tard.

Naruto se réveilla difficilement, son sommeil avait été pas mal agité ces derniers jours, il se réveillait souvent avec une soif qu’il n’arrivait jamais à calmer. Il ne comprenait pas, il avait beau boire des litres et des litres d’eau sa soif ne se calmait jamais.

Il n’avait parlé à personne de son vampire invisible mais depuis sa deuxième visite, il se retournait régulièrement. Humant l’air autour de lui, à l’affût, il savait qu’il était là et qu’il le guettait mais il ne le voyait jamais. Dès que son odeur arrivait à ses narines, l’autre se volatilisait une fois de plus dans la nature.

Ce fut donc avec peu d’entrain qu’il se leva se matin là, ses muscles protestants du manque de repos et ses yeux luttant pour se refermer. Il attrapa son nécessaire de toilette et partit pour la salle de bain. Arrivé dans l’espace des lavabos, il déposa son attirail, regardant autour de lui, personne n’était encore levé à première vue. Il retira son tee-shirt et passant un gant sous l’eau pour s’en frotter le visage vigoureusement, tentant d’effacer les dernière traces de sommeil. Quand son regard se posa sur son reflet il eut une grimace.

Il avait maigri cette dernière semaine, ses côtes étaient plus voyantes et il avait le teint cireux. Pas étonnant quand on savait qu’il vomissait tripe et boyaux depuis déjà pas mal de jours. Ses deux perles azur descendirent au niveau de son ventre et il y passa la main. Par contre lui n’avait pas perdu, il voyait même qu’il était légèrement bombé et plus dure qu’à l’accoutumé.

« -Qu’est ce que c’est que ce délire, depuis quand j’ai du ventre moi ? »

Il n’eut pas le temps de s’attarder plus que ça, quelqu’un entra dans la pièce. Un jeune homme aux cheveux noirs et rebiquant sur l’arrière de sa tête. Ses deux iris sombres le scrutèrent un moment avec un froncement de sourcil, avant qu’il le dépasse pour ce rendre à un lavabo, un peu plus loin.

-Bonjour, lui dit le nouveau venu d’une voix rauque et où perçait la latitude.

-…jour, répondit le blond en relevant un sourcil.

Quand l’ébène était passée près de lui, il avait détecté une odeur qui lui rappelait celle de son visiteur invisible. Il le regarda du coin de l’œil un moment avant de reprendre son rituel du matin. Il se lava les dents et se pencha pour recracher ce qu’il avait dans la bouche, se rinçant avant de recracher de nouveau. C’est en se redressant qu’il remarqua les yeux rouges dans le reflet du miroir juste derrière lui, il eut un hoquet d’étonnement, avant de se retourner face au jeune homme qui était entré quelques minutes avant.

Celui-ci le colla contre le lavabo, l’entourant de ses mains posées de part et autre de son bassin sur le meuble auquel il se retenait, bloquant toute retraite.

-Qu’…qu’est ce que tu fais ? Lui demanda Naruto, légèrement anxieux.

L’autre eut un sourire narquois, une langue mutine passant sur ses canines trop proéminentes, avant de rapprocher son nez de sa gorge.

-L’odeur de ton sang est… étrange… Lui dit-il d’une voix basse et rauque.

Le Kitsune déglutit, décidément, les vampires avaient l’air de le trouver à leurs goûts dernièrement. Mais il n’était pas une petite chose fragile, vampire ou pas, il était un garou et l’héritier qui régnerait sur sa classe le moment venu.

Il posa ses mains sur les épaules de l’autre et le repoussa durement.

-Et je ne suis pas une boisson à volonté, je te signal, lui rétorqua t-il d’un ton dure.

Le vampire eut un sourire pervers.

-Pourtant l’un des miens t’as déjà laissé sa marque.

Le ton dédaigneux de l’ébène l’irrita considérablement. Ses yeux clairs s’étrécirent et il lui cracha presque ses paroles.

-Et tu crois que ça te permet de m’approcher comme ça ?

L’autre eut un bref ricanement.

-Je ne chasse pas la proie des autres et encore moins la sienne.

Naruto resta un instant perplexe devant cette déclaration avant d’ouvrir de nouveau les lèvres.

-Quoi ? De qui parles-tu ?

Le vampire ricana de nouveau.

-Comment ça ? Tu ne vois vraiment pas de qui je pourrais bien parler ?

Le blond eut un rougissement prononcé, qui amena un rictus moqueur à son interlocuteur.

-Tu… Tu sais… de qui il s’agit ? Demanda Naruto franchement ébranlé.

-Bien sur que je le sais.

Le blond en resta abasourdit.

-Tu ne vois vraiment rien qui te choque ? Demanda alors le vampire.

Le kitsune resta confus devant cette question mais lorsqu’il allait reprendre la parole, Neji entra dans la pièce. Les deux
premiers arrivés reprirent ce qu’il était en train de faire, s’ignorant du mieux qu’ils pouvaient, surtout Naruto, que cette discussion avait fortement chamboulé.

Le brun à la longue chevelure, les regarda l’un après l’autre suspicieusement avant d’entré plus franchement dans l’espace.

-Bonjour Naruto, Sasuke.

Le blond enregistra le fait que son ami connaissait apparemment le vampire ici présent. Il essaya de cacher son trouble

-Bonjour Neji. Le salua t-il

-Hyuga, fut la seule parole de l’autre.

Le kitsune ressortir de la salle de bain en récupérant toutes ses affaires, un peu trop empressé pour passé inaperçu aux yeux de Neji. Mais ce dernier ne dit rien, il aurait bien le temps plus tard d’élucider cette affaire.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Deux jours plus tard.

Naruto était dans les toilettes du bâtiment des sciences, en train de rendre une fois de plus son déjeuner. Quand il entendit des pas entrer dans la salle d’eau. Une fois qu’il se fut enfin remit de ses foutues nausées qui ne le lâchaient plus, il ressortit de la cabine. Trouvant Neji qui se lavait les mains. Le brun se retourna vers lui quand il se rapprocha d’un des lavabos, le trouvant d’un teint vraiment cadavérique.

-Ça n’a pas l’air d’être la grande forme dit moi. Le charriât l’Hyuga.

Naruto se rinça la bouche une dizaine de fois avant de redresser la tête et de voir son reflet qu’il trouva bien pitoyable dans le miroir.

-Pas vraiment mais ça va passer, t’inquiète pas, lui dit-il en se forçant à sourire.

Le brun n’y cru pas une seconde et quand le blond se décala des lavabos et tomba de toute sa hauteur vers le carrelage, il eut tout juste le temps de le rattraper avant qu’il ne se fracasse la tête au sol. Il était inconscient et Neji vu qu’il était fiévreux mais aussi que ses appendices démoniaques avaient fait leur apparition.

-Merde. Marmonna t-il avant de cacher la queue touffue dans le pantalon du blond et de retirer sa veste pour en couvrir les
oreilles duveteuses. Il fallait qu’il le ramène à sa chambre et vite.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Des voix lui parvinrent des méandres de son inconscience.

-Avec tout le respect que je lui dois, vraiment c’est de la pure folie. Comment en est-il arrivé là ?

-Comment veux-tu que je le sache ?

-Tu es quand même le mieux placer pour le connaître, non ?

-Détrompe toi, il n’y à pas plus mystérieux et secret que lui.

-Pffff et on fait quoi nous maintenant ? Et surtout on lui dit quoi à lui ?

-Hé ho, lui c’est ton ami, pas le mien.

-Ouai, ben je te signal que c’est sûrement de la faute d’un des tiens.

-Tsss…

Un long silence suivit avant que les voix ne recommence à parler.

- Même en lui aillant fait boire mon sang, ça ne va pas tout régler. Il va bien falloir qu’il arrête d’éviter le sujet, je lui ai déjà
posé des questions. Il y a deux jours de ça, quand j’ai découvert que son odeur était sur lui mais il n’a pas voulu me répondre, peut être que si je lui parle de ça et de son état…

-Je l’espère car je ne sais pas s’il va encore tenir le coup longtemps à ce rythme là.

-Tu sais à quel stade il se trouve ?

-Je te rappel que je n’en sais pas plus que toi sur se sujet là, je ne sais que ce que l’on a déjà bien voulu m’en dire, pour le reste je peux juste t’affirmer qu’il y a effectivement quelque chose là dedans mais rien de plus, ma vision est voilé par ce qu’il s’y trouve.

-Je vais aller le voir et contacter Tsunade tout de suite, le temps presse et je ne pense pas que ton ami le supportera longtemps.

-Hm.

La porte s’ouvrit puis se referma en un clic. Une chaise fut traînée sur le sol avant que quelqu’un s’y assoie, le calme revenant aussi sec.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Naruto commença à émerger lentement. Il ouvrit les yeux difficilement, sa vue devenant de moins en moins flou à mesure que ses battements de paupières en effaçaient le voile de sommeil. Il sentit une chaleur irradiant de son bras droit et tourna lentement les yeux dans cette direction, voyant que quelqu’un c’était endormit sur son membre en lui tenant la main fermement. Un sourire tendre apparu sur ses lèvres avant que son autre main venait passer dans la longue chevelure sombre entourant le mont qu’était la tête de l’endormit.

Le dormeur émergea durement de son assoupissement et les cheveux noirs se séparèrent pour laisser voir le visage à la peau pâle, un nez fin et droit et à la mâchoire fine. Mais se qui marqua le plus Naruto et le choqua par la même occasion, fut les deux puits encre de chine qui se fixèrent dans ses yeux.

Par réflexe, il retira la main de sa chevelure mais ne fit pas attention à la seconde qui resta bien au chaud dans celle de l’ébène.

Quand il avait vu les cheveux longs et dans son état comateux, il avait cru voir Neji. Pensant que son ami l’avait veillé jusqu’à son réveil. Une question sortit alors de ses lèvres.

-Qu…qui êtes vous ?

Mais ses yeux s’agrandirent démesurément quand ses sens olfactifs, encore embrumés, lui répondirent avant la voix, qu’il reconnue tout autant ne s’élève grave et suave.

-Tu ne le sais pas ? Demanda l’homme face à lui d’une voix douce.

La bouche de Naruto s’ouvrait et se refermait lentement sans qu’un son ne puisse franchir la barrière de commissure de ses lèvres. Son opposant reprit la parole en le voyant complètement perdu.

-Je m’appel Itachi, Uchiha Itachi. Et je suis heureux de faire ta connaissance, au grand jour, mon petit kitsune.

Les joues de l’interpellé prirent alors une magnifique couleur pourpre.

Mais avant que l’un d’eux n’ai dit un autre mot, la porte de sa chambre s’ouvrit et plusieurs personnes y entrèrent.

Neji vint s’asseoir sur le bord du lit à l’opposé de l’ébène. Le jeune homme croisé dans la salle de bain, quelques jours plus tôt, lui aussi était là, venant se placer debout derrière Itachi. Et une femme, à la poitrine vraiment très généreuse et à la chevelure blonde coiffée en deux couettes basses entra à son tour, s’assoyant au pied du lit.

Tous les regards étaient braqués sur lui, se qui le mit assez mal à l’aise, il chercha alors les yeux de Neji pour se raccrocher à quelque chose. Lorsqu’il les trouva, il y vit de l’inquiétude, ne le rassurant nullement sur la suite. Son cœur battait fort dans sa poitrine, une crainte grandissante au creux de son ventre.

Mais il fini par planter ses yeux dans les iris noisettes de la femme blonde et sa voix sortit difficilement.

-Qu’est ce que tu fais là, baa-chan ?

Elle lui sourit tendrement avant de prendre la parole.

-Tu viens de faire un malaise idiot. A ton avis qu’est ce que je fais là ?

Naruto se renfrogna mais la taquinerie eut au moins le mérite de le détendre un peu.

-Ça je l’avais compris, je te demande ce que tu fais dans ce monde-ci.

-Sasuke m’a appelé.

Le blond tourna la tête vers l’ébène avant de regarder Neji, ce dernier lui expliqua donc.

-Tsunade est plus que connu pour sa magie dans notre monde tu sais et tu avais une forte fièvre, J’ai croisé Sasuke quand
je t’ai ramené dans ta chambre. On en a convenu qu’il valait mieux l’appeler, elle, pour savoir ce que tu avais précisément.

Le kitsune fronça les sourcils, il se savait patraque, oui, il ne savait pas pourquoi mais les jeunes démons en prenaient souvent dans leur début d’âge adulte. Le temps que leurs pouvoirs se stabilisent complètement donc il ne voyait pas vraiment le problème.

-On va t’expliquer quelques petites choses pour que tu comprennes où est le problème, baka.

C’était Sasuke qui lui avait parlé d’un ton dédaigneux, on pouvait nettement sentir l’animosité dans sa voix. Mais avant que Naruto n’ai pu ouvrir la bouche, ce fut Itachi qui le fit, foudroyant le jeune ébène de ses yeux flamboyants.

-Et dois-je t’en expliquer d’autres, de petites choses, petit frère ?

Le dit petit frère, baissa la tête, fuyant le regard courroucé de son aîné et marmonna.

-Non, c’est bon…

Tout le monde resta sans voix et regardait l’échange entre les deux frères, la voix grave et emplit de menaces du plus vieux, ramena l’attention de tous sur lui. Il se tourna alors vers Naruto resserrant sa main qu’il tenait toujours.

-Je dois, te dire quelque chose mais je te demanderais de rester calme s’il te plaît

Sa voix avait baissé, se faisant tendre et réconfortante. Il lui fit un sourire tendu, un sourire d’excuse, sûrement pour la suite de ses propos, qui n’allait pas lui plaire, pensa Naruto. Malgré qu’il soit mal à l’aise, à cause de l’ambiance lourde dans la pièce et de sa main prisonnière de l’Uchiha. Il ne dit rien et attendit la suite. Neji prit sa deuxième main en signe de soutien, le blond l’en remercia silencieusement en resserrant se doigts sur ceux de son ami.

-Je voudrais tout d’abord m’excuser pour… pour ce que j’ai fait… la nuit de pleine lune, j’ai… profité de ta… faiblesse… et je m’en excuse sincèrement.

Les yeux noirs braqué dans les siens, lui rappelant cette folle nuit le firent devenir aussi rouge qu’une cerise bien mûre. Et les regards des autres braqués sur lui n’arrangeaient pas les choses. Il détourna les yeux en se mordant la lèvre inférieure.

-Mais ce soir là, il c’est passé quelque chose… d’autre... si tu te rappel bien…

Le blond replongea dans les prunelles abyssales, penchant légèrement la tête sur le côté.

-Nous avons échangé nos sangs.

-Quoi ? Murmura t-il alors.

Itachi était nerveux cela se voyait et Tsunade vint donc à son secours, ramenant l’attention du blond sur elle.

-Ce qu’Itachi veut te faire comprendre, c’est que lors de vos ébats, il t’a mordu et apparemment tu l’as mordu en retour.

Naruto était cramoisie. « Comment pouvait-elle savoir ça ? Le vampire lui a donc tout raconté ? » Se demanda t-il, plus gêné que jamais. Sasuke eut un sourire sadique, s’amusant apparemment de son état et Neji foudroyait ce dernier du regard, voulant lui faire comprendre que l’heure n’était nullement à l’amusement.

-En cas normal, il n’y aurait pas eut spécialement de conséquence. Continua la magicienne. Mais le fait est que la famille
Uchiha est une des trois qui descendent directement de Dracula, lui-même. Par conséquent, Itachi comme Sasuke peuvent transmettre leur nature de vampire. Si tu avais été humain, tu serais devenu une goule mais de par ta nature de Kitsune, tu as juste acquit plus de force et sûrement d’autres capacité qui doivent être encore en état d’éveil. Tu as sûrement dut aussi prendre leur soif de sang, non ?

Le blond resta un moment le regard dans le vague, abasourdit par tout ça, digérant les informations comme elle venait.
Mais sa voix encore plus faible, se fit tout de même entendre.

-C’est pour ça que… j’ai soif continuellement ces derniers temps… je ne comprenais pas pourquoi.

Tsunade poussa un soupir las.

-Je suis désolé Naruto mais il n’y a pas que ça.

Les yeux du kitsune s’agrandirent, la regardant presque avec peur, mais elle se dit qu’il fallait mieux que tout soit dit en une seule fois.

-Comme tu le sais, les garous sont des démons animaux, gardiens de la nature et de la vie. Tu es le descendant de Kurama l’un des premiers grands gardiens.

Naruto acquiesça.

-Dit moi Naruto, tu n’es pas entré en rut à la dernière pleine lune, n’est ce pas ?

La bouche du kitsune s’ouvrit légèrement avant qu’il ne réponde.

-Non, c’est vrai, je ne m’en mettais même pas rendu compte…

La blonde reprit alors la parole.

-Est-ce que tes parents ou quelqu’un d’autre t’as déjà parlé des particularités des descendants des grands gardiens.

Le kitsune réfléchit avant d’énumérer.

-Et bien, nous puisons notre force de la nature, en découle la rapidité, nos sens sont très développés par notre nature animal et nous manipulons les éléments. Dit-il, presque fier, d’avoir bien retenu ses leçons.

-C’est exacte confirma la blonde mais il y a autre chose aussi.

-Je ne te suis pas du tout là, baa-chan.

Le renard était tendu, attendant qu’enfin elle lui dise tout ce qu’elle avait à lui dire. Et elle reprit.

-Vous êtes aussi des créateurs de vie.

Naruto la regarda perplexe.

-Vous pouvez porter la vie, finit-elle.

-Heu ! Je suis un mâle ! Tu t’en rappel baa-chan ? Donc je ne vois pas en quoi ça me concerne. Lui dit-il en la regardant
comme si elle avait dit la plus grosse bêtise de sa vie.

- Les descendants directs de Kurama, le peuvent même s’ils sont des mâles.

Tous attendaient la réaction de Naruto mais celui-ci se mit plutôt en colère.

-Bien et je peux savoir pourquoi tu me dis ça, je ne vois pas…

Mais ça voix mourut en même temps que ses yeux s’arrondirent, comprenant enfin le message que la blonde voulait lui faire entendre. Il tourna son regard vers l’ébène qui lui tenait toujours la main. Il la dégagea précipitamment comme s’il c’était brûlé

-C’est toi, c’est toi qui m’a fait ça, dit-il en l’accusant avec colère, tu…

Mais il ne fini pas sa phrase, sa main partant toute seule vers la joue pâle, en une claque sonore. Itachi resta le visage tourné dans la direction du geste, ses longs cheveux cachant son visage, il chuchota plus qu’il ne parla.

-Je suis… désolé, je ne savais pas, moi non plus…

Mais Sasuke intervient, s’avançant, menaçant, ses yeux s’illuminèrent de rage, ses crocs bien visibles sous l’énervement.

-Non, mais pour qui te prends-tu pour toucher un Uchiha de la sorte, espèce de…

Itachi lui avait saisit le poignet, le faisant taire. Se redressant lentement, son visage toujours caché dans ses mèches.

-Je suis vraiment désolé, je… je ne reviendrais que si tu le souhaite, pardonne moi, je…

Sa voix s’étrangla et il tira son cadet pour qu’ils sortent tout deux de la pièce.

Naruto était totalement ahuri, ses yeux braqués sur les draps du lit, son cerveau marchant à cent à l’heure. Comment tout cela était-il possible ? Il ne comprenait pas, ce n’était pas normal, cela n’aurait jamais dut arriver. Qu’allaient dire ses parents ? Il était l’un des derniers de la lignée de Kurama, il avait bien deux cousins mais lui était le fils du chef de clan, le futur héritier des garous. Son parcourt aurait dut être exemplaire et se retrouver enceint, d’un vampire à même pas vingt ans, était loin d’être correct.

La majorité pour qu’un démon soit considéré comme tel, était de trente ans, quand ses pouvoirs avaient tous fini de se développer. La croissance physique se faisait comme les humains, mais s’arrêtant autour de dix huit, vingt ans. Ne changeant plus de physique pendant plusieurs dizaines d’années par la suite. Et de ce fait de leur longues vie, les démons de hauts rangs, faisait tout leur parcourt d’apprentissage avant de se trouver une moitié et de faire des enfants.

Il avait tout fait de travers, il allait être renié et peut être même pire, il dégagea sa main de celle de Neji et se prit la tête à deux mains, se balançant d’avant en arrière. Le brun lui posa une main sur l’épaule, le faisant sursauter. Leurs yeux se croisèrent et il se jeta dans les bras de son ami, pleurant à chaudes larmes.

Tsunade les regardait peiné de le voir dans cet état, se rapprochant pour venir s’asseoir de l’autre côté du lit, lui caressant les cheveux d’une main, elle attendit qu’il se soit calmé avant de reprendre d’une voix calme et douce.

-Du calme Naruto, ce n’est pas si grave…

-PAS SI GRAVE ??? Se mit il alors à crier en se sortant des bras de son camarade et se tournant furibond en direction de la
blonde. TU TE RENDS PAS COMPTE, JE VAIS ETRE BANI, SI CE N’EST PIRE…je…je vais …

Sa voix mourant dans sa gorge trop serrée.

-Je crois que c’est toi qui ne comprends pas là, à première vue, il y a des informations qui t’ont échappé.

Les deux plus jeunes la regardèrent comme si une deuxième tête lui avait poussée subitement. Elle reprit sans s’en soucier.

-Itachi est le futur chef du clan des vampires, contrairement à la plupart d’entre eux, il n’est pas hautain, ni calculateur. Il est réellement quelqu’un de bien.

Naruto leva les sourcils, ceux-ci semblant lui dire « tu te fou de moi là, c’est ça ? » Neji lui aussi resta perplexe à cette dernière phrase.

-Naruto pour ton information, avec la simple claque que tu viens de lui donner, il aurait pu demander ta tête sur un plateau apporté par tes parents et déposé à ses pieds. Tu n’es pas sans savoir que les vampires sont un rang au dessus des garous.
De ce fait, il pourrait avoir tout les droits sur toi, s’il l’avait voulu. Mais comme il me l’a dit, il te laisse le choix.
Naruto se renfrogna.

-Ho ! Et quel est le choix qu’il me donne, le grand seigneur ? Demanda t-il d’une voix dédaigneuse où l’on percevant nettement le sarcasme.

-Il voudrait que vous appreniez à vous connaître mais il te laisse le choix, d’accepter ou de refuser. Par contre, il voudrait que tu poursuives la grossesse jusqu’au terme, il ne te demande pas de reconnaître le fruit de celle-ci, si tu ne le désire pas. Il gardera le secret de sa conception et l’élèvera lui-même.

-Je ne suis donc que le four pour sa descendance. Conclu t-il d’une voix méprisante.

-Pas du tout, ne dit donc pas toutes les sottises qui te viennent en tête je te pris. Il veut réellement apprendre à te connaître et même faire de toi son amant officiel. Si tu le souhaite mais je pense que là aussi tu vas encore trouver une ineptie à dire. Alors je vais juste te dire quelque chose renardeau. Je connais ce jeune vampire depuis sa naissance et il a toujours était d’une sincérité à toute épreuve. Il à un grand cœur et il voudrait pouvoir réparer les tors qu’il t’a causé et ne veut pas voir cette grossesse avortée, tout simplement. Maintenant il te laisse la totale liberté de faire comme tu le veux, il acceptera toutes les conditions, m’a-t-il dit. Et une dernière chose Naruto, il ne t’a pas violé apparemment donc ne remet pas l’intégralité de la faute sur lui. D’accord tu étais en rut mais si tu n’avais pas voulu, tu aurais très bien pus te soustraire à lui.

Le blond resta médusé devant la tirade de la magicienne, comment pouvait-elle l’accuser de la sorte ? Sa colère monta à une vitesse vertigineuse et il éructa presque ses paroles.

-SORTEZ D’ICI, DEHORS, JE NE VEUX PLUS VOIR PERSONNE, SORTEZ TOUS LES DEUX…

Sous la violence des paroles et la souffrance qui en découlait. Ils s’exécutèrent sans un mot, Neji bien triste pour son ami et
Tsunade essayant de lui remonter le moral à l’extérieur de la chambre. Lui disant qu’il lui fallait juste un peu de temps, pour qu’il remettre tout cela en place dans sa tête. Ils le laissèrent donc seul comme il le désirait pour le moment.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Cela faisait maintenant deux jours que Naruto s’était retranché dans sa chambre, ne sortant que furtivement pour se rendre aux toilettes. Les camarades du campus qu’il croisait sur son court trajet, lui lançait des regards interrogateurs mais
ils ne faisaient même pas attention à eux. Neji était venu le voir à chaque repas, lui amenant de quoi se restaurer mais la porte était toujours restée close.

Le jeune homme était couché sur le flan, en position fœtale, sa cervelle tournant et retournant dans tous les sens, les questions qui lui retournaient les tripes. Sans s’en rendre compte, il posa une main sur son petit ventre, le caressant lentement. Qu’allait-il bien pouvoir faire maintenant ? C’est à ce moment là qu’il sentit comme une espèce de caresse sous ses doigts. Il resta pétrifié par la sensation, retirant sa main aussi vite que possible et braquant ses yeux exorbité sur son abdomen. Comment était-se possible qu’il est déjà le ventre bombé, même si ce n’était pas grand-chose, la légère marque que formait ses abdominaux n’était plus. Mais un petit ventre tendu l’avait remplacé, comme lorsque l’on vient de finir un repas un peu trop copieux.

Il s’allongea sur le dos, surélevant un peu son dos avec des oreillers et se scruta un long moment. Les femmes en grossesse ne commençait-elle pas à prendre du ventre autour du quatrième mois normalement ? Pourquoi lui se sentait-il déjà si lourd ? Si ses calculs étaient bons cela ne faisait même pas encore un mois et demi.

Mais il fut encore une fois interrompu dans ses réflexions, un légère vague se faisant voir sur la surface lisse. Il y redéposa la main et un sourire vint fleurir légèrement sur son visage, une autre caresse s’étend fait sentir sous la pulpe de ses doigts. Une larme coula sur sa joue halée, quand le phénomène recommença.





Dernière édition par Tsuki Sumi le Lun 25 Mai - 0:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/5098077/Tsuki-SUMI
Tsuki Sumi
Membre
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 22/03/2015
Age : 34


MessageSujet: Re: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   Jeu 30 Avr - 23:51

One-shot de (Tsuki Sumi)



Mon vampire de pleine lune. 2/2




Neji se présenta à la porte de son ami à l’heure du repas du soir, un plateau dans une main, il frappa le bois sombre de l’autre.


-Entrez.


Le brun resta surprit un instant avant d’ouvrir, entré et refermer derrière lui. Naruto l’accueillit avec un grand sourire qui lui fit relever un sourcil.


-tu vas bien, Naruto ?


-Très bien merci.


Le ton enjoué et les sourires de Naruto, le perturbèrent et il le scruta longuement. Jusqu’à ce que le blond se décide à reparler.


-Ça va Neji, j’ai eu le temps de digérer l’information et on va dire que … j’ai eu un petit coup de pouce.


Neji toujours silencieux releva juste un sourcil. Le blond lui fit un sourire que le brun défini comme tendre et le regarda s’allonger sur le lit, lui faisant signe de la main de venir s’asseoir à côté de lui. Il abandonna le plateau qu’il avait amené, sur la table de nuit et s’assit près du kitsune.


Ce dernier lui attrapa l’une de ses mains et remonta son tee-shirt, sous un regard perturbé de Neji. Déposant la main pâle sur son abdomen. Au bout d’un petit moment, le brun demanda.


-On fait quoi là au just…


Mais il sentit quelque chose bouger sous sa paume, puis cela recommença quelques secondes plus tard. Il plongea alors son regard dans celui du blond qui souriait à pleine dents. Il eut un rictus amusé.


-Je vois, c’est donc lui qui t’a fait changer d’avis sur la question.


Le renard acquiesça vivement.


-C’est pas quelque chose d’incroyable ?


L’Hyuga eut un léger ricanement.


Et ils restèrent un moment comme cela, attendant les réactions du bébé et aussi parlant de tout et de rien, Neji voulant détendre son ami et Naruto ne voulait penser à rien de contrariant pour le moment.


Quand Neji repartit une bonne heure plus tard, ce fut pour aller demander à Tsunade de venir voir le kitsune dès le lendemain, il voulait des précisions et savoir comment tout ça allait se passé.


Vers vingt et une heure l’on frappa à sa porte encore une fois. Étonné que l’on vienne le voir à cette heure là, il se leva pour aller ouvrir. Il tomba alors dans les deux perles d’onyx de son visiteur. Celui-ci paru gêné. Naruto resta un instant interdit, Itachi ouvrit la bouche pour parler mais le blond le coupa.


-Entre, il faut qu’on parle.


Se dégageant de la porte pour le laisser entré, l’ébène resta médusée du changement un instant, avant de se reprendre pour entrer. Le kitsune referma la porte avant de lui montrer le lit d’un signe de la main, l’intimant à s’y asseoir, lui-même retournant s’adosser à la tête de lit. Le vampire resta muet attendant sagement. Ce fut Naruto qui prit alors la parole.


-Écoute, je… j’ai assez mal réagit, l’autre jour… je me suis rendu compte que tu n’étais pas le seul fautif dans…


-Si j’avais sut me contrôler, tu n’en serais pas là… le coupa t-il.


-Mais si je n’avais pas voulu… enfin… tu vois quoi…


Le blond était énormément gêné et troublé par ses propres paroles et le visage de son opposant lui faisait vraiment ressentir trop de chose à son goût. Ses lèvres fines et pâles, lui rappelaient des scènes très peu catholiques et sa gorge blanche à découvert lui ramenait la douceur de sa peau, son odeur enivrante. Il avait l’impression de voir la veine carotide pulser sous son épiderme et le souvenir du goût de son sang, lui asséchait la gorge. Il avait soif, une soif qu’il avait de la peine à contenir.


Itachi se rendit très vite compte que les yeux brûlants sur sa personne c’était mis à rougeoyer. Et quand une langue mutine vint passer sur les lèvres rosées et charnues pour les humidifier, il put apercevoir ses canines trop longues. L’ébène se doutait bien, que la soif de Naruto avait dut encore augmenter et dans l’état actuelle des choses, parler avec son kitsune, reviendrait à parler à un mur. Il fallait tout d’abord qu’il comble sa faim, surtout s’il voulait pouvoir ensuite avoir une réelle discussion.


Le blond se redressa de sa position, ne se rendant pas compte de ses gestes. Il s’appuya sur ses mains pour s'avancer à quatre pattes dans une lenteur prédatrice de sa proie. Ses oreilles de renard étaient braquées dans cette direction et sa queue fournie battait l’air derrière lui.


L’ébène eut soudainement très chaud, surtout que son renardeau n’était vêtu que d’un pantalon de toile très fin beige et d’une chemise blanche bien trop ouverte sur son torse halé.


Il ne se rendit compte que Naruto l’avait plaqué sur le lit que lorsqu’il sentit son adorable postérieur sur son membre à demi érigé et le souffle brûlant dans son cou. Il posa ses mains sur les hanches du jeune homme le chevauchant et les fit glisser sur les fesses galbées avant de remonter dans le dos chaud sous ses doigts. Il ne retient pas un soupir de plaisir quand les crocs acérés se plantèrent dans sa veine pulsante.


Le blond se retira de lui-même cette fois-ci, léchant les quelques gouttes qui lui avait échappées.


Tout le poids du kitsune se reposa alors sur lui, le visage toujours dans sa gorge malmenée. Il cru même un instant qu’il s’était endormit, ne le sentant plus bouger. Mais une voix faible lui parvint aux oreilles.


-Je suis désolé… je ne sais pas pourquoi mais je veux rester dans tes bras…


Un sourire doux étira les lèvres d’Itachi à ces douces paroles. Il enferma Naruto dans une étreinte possessive. L’odeur de l’ébène l’apaisait étrangement, elle était douce et rassurante, un paradoxe quand on savait la dangerosité de cette espèce.


-Cela ne me dérange pas, j’en rêve depuis longtemps.


La tête de Naruto se redressa, braquant ses yeux dans les siens.


-Quoi ?


Itachi sentit ses pommettes chauffer mais ne détourna pas le regard, voulant lui montrer sa sincérité dans les paroles qu’il allait lui dire.


-Je… quand je t’ai vu à la cascade… ce… ce n’était pas la première fois… que… je te voyais…


Les oreilles du kitsune se tournèrent vers l’ébène et ses yeux si clairs s’agrandirent, avant qu’une couleur pourpre très prononcée ne se place sur ses joues.


-Cela fait déjà longtemps… que je t’observe…


-Tu m’espionne ?


Itachi se mordit la lèvre inférieure avant de répondre.


-Je… je dirais plutôt que je suis tombé sous ton charme depuis déjà un bon moment…


Ses pupilles sombres se détournèrent franchement gêné de sa révélation. Il ne se rappelait pas avoir été autant perturbé de toute sa vie. Le blond vit très bien les mimiques du vampire et cela l’amusa. Il passa une main caressante sur la joue pâle, se qui ramena le regard d’Itachi dans le sien. Il lui offrit un sourire tendre avant de déposer un chaste baisé sur ses lèvres, qu’il aimait toujours autant même en sachant à qui elles appartenait maintenant.


-Alors comme ça tu as un petit faible pour moi ? Demanda le renard malicieusement.


-C’est un euphémisme, laissa échapper le vampire, ne s’en rendant compte qu’après l’avoir dit. Faisant ricaner Naruto.


-Enfin je m’en doutais, vu comme tu m’as sauté dessus la première fois mais je n’aurais pas cru que cela fasse plus longtemps que ça.


Itachi détourna une nouvelle fois le regard, il n’en menait pas large à vrai dire et leur position, ne lui déplaisait pas vraiment. Mais ne lui permettait aucune échappatoire au regard azur et perçant le détaillant sans vergogne dans toutes ses expressions, qu’il tentait de dissimulé au mieux. Cela marchait avec tout le monde normalement mais malheureusement pour lui le jeune renard lui faisait perdre tous ses moyens. Sans le regarder, il prit la parole.


-Cela fait bien un an que je t’ai vu la première fois, tu te rendais dans ce même endroit.


Un sourire tendre fleurit sur ses lèvres, les souvenirs assaillant son esprit.


-J’y suis retourné à chaque pleine lune en espérant te revoir et tu y es toujours revenu. Je me suis renseigné sur toi. J’ai appris ton nom, tes habitudes, tout ce qui se rapporte à toi m’obsède…

Itachi n’osait toujours pas le regarder, le visage tourné sur le côté et le bond ne disait rien, ce qui n’arrangeait pas sa nervosité.


-Tu dois me prendre pour un pervers et un stalker maintenant…


Un petit rire sortit de la gorge halée.


-Pas vraiment, je trouve ça plutôt… mignon…


Itachi plus que surprit de cette réaction, osa de nouveau tourner la tête et regarder au font des yeux bleus pour voir s’il se foutait de lui. Mais rien de tel, il y vit même de la tendresse avant que le blond ne repose sa joue sur le torse de l’ébène. Il avait encore du mal à pouvoir le regarder en face pour parler de la suite.


-Et pour… le… le bébé… tu le savais toi ?


L’ébène resserra son étreinte.


-Non, je l’ai appris quand je suis venu pour voir ton état, mon frère m’avait dis que tu avais fait un malaise, et j’ai cru que c’était à cause de la transformation que j’ai provoqué en toi. Vu que ton sang avait réagit au mien le jour où tu es arrivé sur le campus. Le rapprochement à fait que tu sois en manque, du moins c’est ce que je pensais. Je n’aurais jamais pensé que Tsunade m’apprendrait une chose pareille. Si tu savais comme je suis désolé… je ne pensais pas être si faible pour te mordre comme cela mais par-dessus tout que je te mette dans cet état… je suis vraiment désolé…


-Tu regrette ?


La question de Naruto n’avait pas été dites sur le ton du reproche, plutôt comme s’il était déçu si cela était le cas.


-Je regrette de te l’avoir imposé de la sorte mais je ne regretterais jamais nos étreintes et le fruit de celle-ci. Tu es bien trop important pour moi, Naruto…


Le blond fut soulagé de l’entendre, il s’y était attaché à son vampire mine de rien, même si leur ébats avait était fait dans l’anonymat pour lui. Il y pensait souvent, pour ne pas dire tout le temps en fait. Et Itachi était loin d’être repoussant, avec sa longue chevelure sombre, son visage aux traits fins, ses yeux hypnotiques et l’attitude de l’homme ne le repoussait nullement. Il y avait beaucoup réfléchit ces derniers jours et une seule chose en était réellement ressortit.


-Je veux que nous essayions…


La phrase de Naruto fut lâchée comme une bombe, il n’osait pas relever la tête. Mais Il sentit les bras forts bouger dans son dos, une main passa dans ses cheveux et l’autre s’enroula autour de sa taille. Itachi lui embrassa le haut du crane avant de lui dire.


-J’en serais le plus heureux des hommes.


Le kitsune se laissa aller dans ses bras rassurants et ils restèrent comme cela un moment avant qu’Itachi reprenne la parole.


-Par contre il y a certaines choses dont nous devons parler à propos de… du bébé…


Naruto acquiesça avant de se redresser lentement, Itachi en fit de même s’adossant à la tête de lit. Le blond revint de suite se recoller contre lui et l’ébène enserra ses épaules d’un bras. L’Uchiha poussa un léger soupir avant de reprendre.


-Tu… tu ne peux pas rester sur le campus, cela ne va pas tarder à se voir et ce monde ne comprendrait pas.


Le kitsune ne dit rien, réfléchissant simplement.


-J’ai déjà parlé à ma famille, je ne leur ai pas encore dis qui tu étais, pour ne pas te forcer. Mais ils savent que j’ai trouvé ma moitié et que nous avons un enfant en route. Tsunade m’a dit quelques petites choses sur la grossesse, tu ne lui à pas encore parlé, non ?


Le renard secoua la tête restant toujours dans les bras protecteur, il devait avouer que tout cela lui faisait tout de même un peu peur et préférait laisser parler Itachi pour le moment.


-Je vais te dire ce qu’elle m’en à dit. Tout d’abord, ta soif de sang va s’accroître mais ne t’inquiète pas je serais là. Le bébé à besoin de mon sang et cela va se traduire par ta soif. Sans parler de ta propre transformation, donc je ne te quitterais pas d’une semelle à partir de maintenant.


Naruto resserra ses bras autour de la taille de son vampire. Ça il le ressentait déjà, qu’il avait du mal à se séparer de lui.


-Ta grossesse va encore durée trois mois.


Là le blond redressa la tête et le regarda avec des yeux ronds.


-Quoi ?


Itachi lui sourit en lui caressant la joue.


-Les grossesses des démons mâles sont plus courtes que celles des femelles. Précisa t-il.


-Je comprends mieux, souffla le kitsune.


Ce fut au tour d’Itachi de le questionner du regard. Naruto prit une main pâle dans la sienne. Remonta le reste de sa chemise qu’il n’avait pas déboutonné, déposant les doigts fins sur sa peau tendue. Il plongea ses yeux dans ceux de l’ébène et il n’eut que quelques secondes avant que la vague ne se fasse sentir, Naruto le sentant déjà bouger depuis un petit moment, le petit devait être agité de sa propre nervosité à l’arrivée d’Itachi.


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Huit jours plus tard.


Itachi était assit tranquillement sur le sofa du salon d’une petite maison, le dos de Naruto appuyé contre son torse. Il avait un coude sur l’accoudoir, tenant le livre qu’il était en train de lire et son autre main, caressant doucement le ventre un peu plus rebondit, du blond assoupit contre lui.


Il avait prit cette habitude, de cajoler l’abdomen renfermant leur enfant, depuis le premier jour où Naruto lui avait permit de le faire. Il aimait plus que tout ces petits moments de câlinerie et voir le kitsune se détendre et s’endormir entre ses bras. Cela faisait maintenant quatre jours, qu’ils avaient aménagé tous les deux dans cette masure. Elle comprenait quatre chambres, un salon assez grand, une cuisine et deux salles de bain. Une contigu à la chambre qu’ils avaient prit pour eux et la seconde au font du couloir des chambres.


Ils vivaient comme un couple de jeune marié, à l’extérieur d’une des grandes villes du monde des Yonkai, sur le domaine des vampires. Itachi ne l’avait pas encore présenté à ses parents, ne voulant pas lui mettre la pression. Naruto avait quand à lui demander à Tsunade, qui était ami avec sa famille, de préparer le terrain pour ses propres parents mais il n’avait pas encore de nouvelle.


L’ébène avait prit cette maison à l’écart, entouré par un petit bois pour mettre Naruto plus en confiance et au calme. Se doutant qu’il voudrait élever leur enfant au contact de la nature, le kitsune en avait apprécié l’attention et lui avait dit que c’était parfait. Le vampire avait aussi tout organisé pour la suite, Naruto n’aurait pas à retourner dans le monde des humains. Un précepteur devrait venir à domicile après la naissance de l’enfant et jusque là, le jeune homme n’aurait comme unique préoccupation que sa grossesse.


Les parents d’Itachi, n’avaient pas été franchement ravis du choix de leur fils, de prendre un garou en partenaire. Mais quand ils surent qu’il était aussi l’héritier du titre de chez de ces derniers, ils se dirent que cela pourrait au moins créer une alliance par cet union. L’ébène leur avait dit qu’il comptait bien le faire, si Naruto l’acceptait pleinement comme son futur époux par la suite des choses. Et le vampire l’espérait réellement, plus il vivait près de son renard, plus il voulait le garder pour toujours près de lui.


C’est sur ces pensées, qu’il sentit son blond émerger de son sommeil. Depuis une bonne semaine, ce dernier avait de plus en plus sommeil, le bébé lui pompant toute son énergie. Il commençant à se faire sa place. Il restait encore plus de deux mois, avant que le petit ne montre le bout de son nez, mais il en faisait déjà voir de toutes les couleurs, aux deux jeunes gens.


Naruto émergea difficilement, se tournant à demi pour se blottir dans les bras qui se refermèrent sur lui. Un sourire tendre apparaissant sur les lèvres pâles avant qu’elles n’embrassent le haut de son crâne. Il redressa sa bouille embrumée vers le visage de son amant et ils s’embrassèrent chastement, avant qu’Itachi ne prenne la parole.


-Tu veux manger quelque chose ? Il est déjà dix neuf heures.


Naruto acquiesça d’un sourire et se redressa pour laisser l’ébène se lever du canapé, en déposant son livre sur la table basse. Le blond regarda le titre de l’ouvrage alors que le père de son enfant à naître se rendait à la cuisine. « Comment avoir une grossesse sereine. » Le kitsune eut un sourire tendre et amusé, son vampire d’amant était vraiment aux petits soins pour lui. Lui offrant tout sans rechigner et anticipant toujours ses moindres désires. Jamais il n’aurait pensé que l’on pouvait autant le chérir, autre que sa mère surprotectrice, bien sur.


Il laissa ses pensées vagabonder, jusqu’à ce qu’Itachi ne le ramène à la réalité en lui disant que le repas était près. Ils mangèrent le plat digne d’un vrai cordon bleu, fait avec amour, par l’ébène et Naruto alla se détendre dans un bon bain chaud.


Quand il ressortit, il se sécha et alla s’allonger dans les draps soyeux du grand lit de leur chambre, son ventre encore pas trop proéminent lui permettant de se mettre face contre le tissue. Itachi lui avait proposé de faire chambre à part s’il préférait, à leur emménagement. Naruto avait refusé en rougissant pour lui dire qu’il voulait dormir dans ses bras, l’ébène en avait été très heureux et depuis ils dormaient toujours étroitement enlacés.


Le seul bémol était qu’Itachi n’avait rien tenté depuis le premier jour au campus, environ trois semaines plus tôt. Et les hormones de Naruto commençaient franchement à s’échauffer, déjà à cause de la grossesse et en plus du fait d’avoir un apollon dans son lit sans pouvoir en profiter pleinement.


Sa peau nue contre les draps frais lui faisait repenser à la fois au clair de lune et ce fut Itachi entrant dans la pièce qui le sorti de ses souvenirs. Il était à plat ventre sur les draps, son corps imberbe totalement exposé aux yeux sombres de l’ébène qui le scruta un instant avant de les détourner, en se mordant la lèvre inférieure.


-Tu veux un massage ? Proposa le vampire.


Naruto eut un rictus carnassier que l’autre ne vit pas, il allait le faire craquer son vampire, fois d’Uzumaki.


-Je veux bien, miaula t-il presque, se frottant sur les draps pour se placer au milieu du lit.


L’Uchiha égara son regard sur les fesses rondes, avant de malmener sa lèvre une nouvelle fois. Il se pencha vers la table de nuit pour récupérer l’huile de massage. Il vint chevaucher les cuisses halées, son fin pantalon frottant sur la peau sensible du blond qui grogna légèrement.


L’ébène versa un peu du liquide frais sur la colonne du kitsune qui frémit, amenant un sourire amusé sur les lèvres fines. Il passa ses mains dans l’huile et remonta vers les épaules, venant dénouer en douceur les muscles contractés. Un soupire de bien être sortit de sa bouche.


Itachi s’appliqua à relaxer tout le corps sous le sien, tout y passa, les mains, les bras, les jambes, les pieds… Quand il revint sur le dos et se pencha pour lui murmurer à l’oreille.


-Tu te tourne ?


Il se souleva un peu pour lui permettre de se faire et comprit aussitôt tous les gémissements qu’avait poussés son blond à ses caresses. Il fit mine d’ignorer le sexe bandé, non loin du sien qui s’était bien échauffé, à l’entente de ses geignements.
Il déglutit difficilement reprenant l’huile pour en remettre sur ses mains. Il posa ses mains bien ouvertes sur les pectoraux qui frissonnèrent, il se mordit la lèvre. Suivant ses propres mains dans leur progression. Mais il avait beau éviter le visage de son amant qu’il savait rougit. Voir son doigt blanc parcourir la peau bronzée, ne calma nullement ses pulsions.


Naruto l’observait se battre mentalement contre lui-même et malgré son degré d’excitation déjà bien avancé, cela l’amusa grandement. Il voyait les yeux de son vampire passer du noir profond au rouge sanguin sans arrêt, il décida de pousser un peu plus ce dernier.


-Hm… Itachi… c’est … divin… Susurra t-il.


Il put voir les canines finir par percer la chair rougie de ses lèvres et ses yeux définitivement passer au rouge carmin. Les mains pâles continuant ses douces caresses passant sur son ventre et descendant sur les cuisses ferment, faisant onduler ses dernières.


Le blond put voir des gouttes de sueur commencer à perler sur le front de l’ébène. Un sourire pervers fleurit sur ses lèvres, quand il poussa un gémissement plus sonore. Remontant ses mains au niveau de son visage dans une position alanguie, que les yeux vampirique ne purent manquer. La cage thoracique face à eux se soulevant en saccades. Le regard bleu se striant d’orange, les canines développer mordiller une lèvre charnue et les oreilles bestiales plaquées sur la tête blonde.


Un grognement d’envie lui échappa devant le tableau de luxure et ses mains d’elles même se rapprochèrent de la zone pubienne, en même temps que son corps se courbait vers l’avant. Venant prendre les lèvres de son kitsune, qui rabattit ses bras autour du cou pâle, les longs cheveux noirs venant frôler la peau en surchauffe lui procurant des frissons.


Le baisé était doux et passionné. Et quand les mains d’Itachi vinrent se saisir doucement de sa verge, les bras halés l’emprisonnèrent plus fortement. Alors que la tête blonde se rejetait en arrière en un gémissement plaintif. (Et là l’auteur commence à avoir des suées froides…)


Itachi descendit dans la gorge offerte, léchant et suçotant cette peau si fine. Les mouvements de ses mains s’accentuant. Faisant geindre et gigoter sa victime. Il descendit sur les mamelons érigés les cajolant avec attention. La respiration laborieuse de son aimé, le corps fiévreux se contorsionnant comme il le pouvait, les gémissements devenant lamentations le rendait fou.


Il léchait, suçait, mordillait l’épiderme en surchauffe. Amenant une mélopée exquise à son ouïe. Il se glissa entre les cuisses qui s’ouvrirent comme une fleur pour l’accueillir. Alors qu’il engloutissait la verge turgescente au fond de sa gorge, faisant hurler son kitsune de plaisir. Il ne fallu pas longtemps avant que Naruto ne se cambre en une magnifique arabesque et ne se déverse dans l’entre humide autour de lui.


Itachi n’en pouvait plus, il remonta le long du corps alanguit, venant se coller au corps chaud, le faisant pivoter sur le côté, il se plaça derrière lui, faisant frissonner d’impatience son partenaire. Il releva légèrement une jambe de ce dernier, coinçant son sexe juste sous les bourses du kitsune. Celui-ci gémit et se colla un peu plus contre l’homme dans son dos. Se frottant sans retenu.


L’ébène se déhancha un moment, collé ainsi, son sexe subissant la douce friction des cuisses fermes.


-Itachi… hmm…viens… s’il te plaît…


L’interpeller s’arrêta en l’entendant, refoulant son orgasme grandissant. Le blond se questionnant sur la raison de ce soudain changement, tourna la tête. Voyant l’ébène un peu perdu, il le questionna alors.


-Itachi ? Qui à-t-il ?


Le vampire détourna les yeux et malmena sa lèvre avant de chuchoter.


-Le… le bébé…


Naruto n’en croyait pas ses oreilles, c’était donc ça ! C’était à cause du bébé qu’il ne voulait pas le prendre. Il comprenait mieux les paroles de Sasuke quand il était venu deux jours auparavant.


«  Itachi est un véritable agneau, il ne te fera jamais de mal intentionnellement et tu peux être certain qu’il réfléchira
toujours beaucoup trop, quitte à se torturer lui-même. »


Itachi se sentit soudainement repoussé sur le dos, le blond lui lacérant tous ses vêtements, de ses griffes, le mettant totalement à nu et venant le chevaucher.


-Na… Naruto qu’est ce…


Mais il ne put finir sa phrase sous la vision qui s’offrit à lui. Le kitsune, du haut de son perchoir, posa son fessier sur ses cuisses. Posant une main entre les genoux du vampire pour se soutenir et fit basculer son bassin vers l’avant, écartant les cuisses outrageusement. Menant les doigts de son autre main à ses lèvres, les léchant avec une sensualité qui fit grogner l’ébène. Sentant son sang bouillir, les phalanges humidifiées glissèrent le long du corps plus qu’appétissant, et virent se perdre sur son entrée, la contournant langoureusement, se faisant gémir lui-même.


Un premier doigt entra le faisant se cambré légèrement, Itachi avait ses yeux carmins braqué sur cette phalange entrant et sortant de l’anneau convoité. Il resserra sa prises sur les cuisses bronzées et quand Naruto susurra son prénom d’une voix si quémandeuse, il craqua. Lui attrapant les hanches, il les fit rouler sur le lit et replongea sur cette verge ressuscité.
L’enfournant avec une envie non feinte sous une exclamation surprise du blond qui se laissa faire sans réserve.


Les longs doigts fins vinrent prendre la relève dans son intimité faisant crier Naruto de bonheur. La préparation se fit rapidement, le corps du kitsune demandant très vite bien plus.


-Itachi… haa… je t’en pris…haaa…haaa…


Le renard se tortillait sur ses doigts, une fièvre ardente lui consumant tout le corps. Itachi répondit enfin à sa supplique et il s’enfonça en lui jusqu’à la garde. Les jambes cuivrées venant encercler ses hanches pour qu’il ne s’échappe pas. L’ébène avait les bras tendus de chaque côté de son corps, s’empêchant le moindre mouvement, attendant le feu vert de son amant.


-Bouge… Tachi… haaaa….oui… encore…


L’ébène n’avait pas attendu plus et s’était mit à se mouvoir avec autant de douceur que possible. Des gouttes de sueur perlant de son front et la crispation de ses traits, montrant parfaitement toute la retenue, qu’il y mettait pour ne pas le blesser. Le blond essayait tant bien que mal, de le faire accélérer et bougeant ses hanches mais l’Uchiha arrivait encore à rester maître de lui-même malgré sa frustration.


Naruto s’énerva alors haletant dans ses paroles.


-Itachi… je te préviens… que… hm…si… tu ne… me… fait pas…ha… grimper aux rideaux… maintenant…hm… je te ferais vivre… hmm…un véritable enfer… haa…


Le regard rougeoyant et furieux du Kitsune plongé dans le sien, lui fit très bien comprendre qu’il n’avait pas intérêt à refuser. Il se mit donc à se mouvoir plus rapidement mais pour Naruto ce n’était pas encore assez. Il le voulait au plus profond de lui, le sentir le pilonner et qu’il fasse enfin sortir cet orgasme dévastateur qu’il réclamait à cor et à cris. Il descendit ses jambes sous les fesses pâles et les ramena à lui d’un geste brusque. Le faisant s’enfoncer plus profondément et touchant sa prostate par la même occasion.


-Hoooo…oui… làà…haaa…


Itachi en voyant son kitsune se perdre dans le plaisir, se mit enfin à répondre à ses attentes et le prit plus fort, plus vite et plus profondément. Faisant hurler Naruto de volupté, sa tête passant frénétiquement de gauche à droite. Des larmes venant se nicher aux coins de ses yeux. Ils y étaient presque, si proches.


Le corps du blond se cambra à sans rompre subitement, basculant définitivement dans les méandres de son orgasme, entraînant l’ébène à sa suite. Ce dernier s’écroula près de lui, venant le prendre dans ses bras, se laissant tout deux encore quelques instants dans ce monde vertigineux. Leurs souffles se calmant lentement en même temps que leurs cœurs.


La voix enrouer du blond s’éleva faiblement.


-Si tu me fais encore attendre autant et me refuse encore ça, je te le ferais payer. Lui dit-il d’une voix sans appel.


-Mais… Tenta l’ébène.


-Aucun mais qui tiennent.


Le blond se redressa sur un coude, s’étirant jusqu’à la table de nuit de l’autre côté du lit et tira le tiroir et en sortit un livre.
Se recouchant sur le dos, il le tendit à Itachi et se retourna de son côté.


-Tien, lis ça. Lui dit-il d’une voix ensommeillée.


Itachi posa ses yeux sur l’ouvrage et en lu la couverture.


«  Le sexe et la grossesse. »


L’ébène ouvrit de grands yeux en le questionnant.


-Où as-tu trouvé ça ?


-Ton frère, marmonna Naruto, lit le, je l’ai trouvé très instructif. Finit-il en se pelotonnant dans les draps et son oreiller.


Le vampire en resta estomaqué, allant poser une autre question, il entendit le léger ronflement de son aimé. Il marmonna pour lui-même, déposant le bouquin sur sa table de nuit et venant se coller au dos du kitsune, celui-ci si lovant avec un soupir de total contentement.


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Une dizaine de jours plus tard, Naruto entendit frapper à la porte, enfin frappé était un faible mot, défoncer la porte aurait té plus juste. Il se leva difficilement du canapé où il s’était échoué, son ventre aillant prit un joli bombement, ne laissant aucun doute sur sa situation. Il arriva devant la porte et l’ouvrit avec appréhension. Il y découvrit une femme aillant l’air fortement courroucée et un homme derrière elle qui grimaçait d’avance. Il porta de nouveau son regard sur la femme et recula lentement, ses yeux se remplissant de crainte.


-Toiiiii… Éructa pratiquement la nouvelle venue en s’avança, un doigt accusateur pointée vers lui.


-M…Maman ??


-Comment as-tu OSééé ???


Le kitsune baissa la tête, penaud. Mais contre toute attente, il se retrouva fortement enlacé par la force destructrice de sa mère.


-Pourquoi ne m’as-tu rien dit, sanglota t-elle.


-Maman, tu me fais mal.


-Ho pardon !!! S’exclama t-elle, en desserrant sa prise.


Elle s’écarta un peu et lui prit les joues en coupe.


-Hoo, mon bébé, va avoir un bébé. Se mit-elle à gagatiser.


Il reporta alors son regard sur l’homme blond, derrière sa mère et celui-ci leva les mains en signe d’impuissance, avec un sourire d’excuse sur le visage. Naruto soupira avant de les inviter à entrée. L’homme passa alors près de lui et lui murmura.


-Je suis désolé fils mais tu connais ta mère.


Naruto le regarda et fit une grimace. Ho oui, il savait. Sa mère était surprotectrice, elle n’avait pas voulu avoir d’autres enfants que lui pour pouvoir lui donner sa totale attention. Ne voulant pas se partager entre plusieurs et offrir tout son amour à Naruto. Ce qui faisait de lui le plus précieux des joyaux pour sa chère maman.


Une fois installé dans le salon, Sa mère commença à lui poser des tonnes de questions quand Itachi fit son entré. Le visage d’une pâleur à faire peur, des cernes immenses sous ses yeux à moitiés ouverts et totalement embrumés. L’Uchiha depuis leur premiers ébats depuis fort longtemps, n’avait pas put se reposer plus de quelques heures. Entre les poussées d’hormones de son kitsune sans possibilité de refus de sa part. Les envies à satisfaire de jour comme de nuit, dans les dix minutes sous peine d’une crise de larmes incontrôlables du blond. Ne pouvant se calmer qu’une fois ses demandes exaucées et les « prises de sang » intempestives, il n’en pouvait simplement plus.


Son blond le regarda désolé du réveil en fanfare et le père de ce dernier eut un petit pouffement amusé en souvenir de ses propres douleurs prénatale, pendant la grossesse de sa propre épouse. Se faisant réprimander par son fils, d’un regard noir qui l’amusa encore plus. Naruto prit alors la parole.


-Maman, papa, je vous présente Itachi, Itachi Uchiha, mon… mon amant…Dit-il en se tortillant les doigts. Itachi, mes parents, Minato et Kushina.


L’ébène sortit alors de sa torpeur et s’avança vers Minato pour lui serrer la main, accompagné d’une courbette.


-Namikaze-Sama, je suis enchanté de vous rencontrer.


Sans même attendre de réponse il se tourna vers la mère et lui prit la main, pour entamer un baisemain. Mais celle-ci se retira, il se redressa surprit et se retrouva sans comprendre dans l’étreinte de la femme, qu’il n’avait pas cru si forte.


-Pas de chichis mon grand, tu fais partie de la famille maintenant. Lui dit-elle.


Alors qu’il restait pétrifié, regardant son conjoint, par-dessus l’épaule maternelle, qui tout comme son paternel plus tôt, leva les bras en signe d’impuissance.


Quand la femme aux cheveux carmin se recula, pour plonger son regard gris bleu dans le sien, en lui souriant à pleine dents. Il ne put empêcher un sourire penaud en retour et des rougeurs sur ses joues. Les deux blonds s’en amusèrent et ils finirent par tous s’asseoir pour reprendre la discussion interrompue plus tôt.


Quand les Namikaze-Uzumaki repartirent, responsabilités oblige, les deux tourtereaux s’effondrèrent dans le canapé en soupirant de soulagement.


-Elle m’a achevé, se lamenta le blond.


-A qui le dis-tu, Renchérie le vampire.


Naruto vint se caler contre le torse fort de son homme et cacha son nez dans sa gorge, faisant sourire l’ébène. Mais son sourire s’effaça progressivement, quand il sentit la respiration de son aimé s’alourdir et sa vois chuchoter.


-Tachi… hm…j’ai envie… d’une voix plaintive.


L’Uchiha reteint un soupir de désespoir, dormir n’était pas encore au programme apparemment…


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Les jours s’égrainaient tranquillement, les deux futurs parents reçurent pas mal d’autres visites, les amis de Naruto, venu prendre de ses nouvelles et les félicités pour la future naissance.

Des amis d’Itachi également, dont un certain Kisame, un fils de Ryujin, vint les voir et ne cessa de taquiner le blond sur son « embonpoint ». Ce qui mena à une intense réflexion du jeune homme, qui après s’être regardé, plus en détail dans le miroir, de la salle de bain, refusa que l’ébène ne le touche pendant plusieurs jours.


Ce dernier ne comprenant pas la réaction de son amour, l’avait poussé dans ses derniers retranchements jusqu’à ce qu’il explose littéralement. L’accusant de son apparence de cachalot échoué, qu’il ne ressemblait plus à rien et qu’il ne voulait pas le dégoutter de lui, jusqu’à la naissance de leur enfant.


L’ébène avait dut le rassurer et lui prouver de toutes les plus délicieuses des manières, qu’il n’en était rien, qu’il le trouvait tout à fait magnifique. La tempête c’était donc calmée mais il ne fallait qu’un petit rien pour qu’un véritable tsunami ne se déchaîne, sur le pauvre vampire. Qui devant son beau n’en menait pas large, quand il le voyait s’énerver ou pleurer, en en comprenant rarement la raison.


Sasuke aussi passa souvent les voir, aillant pitié de son aîné face à son amant de plus en plus enrobé et à la sensibilité à fleur de peau. Il essaya de faire comprendre à Naruto que ses hormones le rendaient vraiment très instable, et que son frère en souffrait sans rien dire. A partir de ce moment là, à chaque fois qu’il cria ou ce mettait en colère pour une raison « x » ou « y », il venait ensuite s’excuser et se faire pardonner dans les bras de son cher vampire.


La grossesse n’était donc pas toute rose, il y avait des hauts et des bas. Mais les deux amants traversaient cette épreuve à deux, la fusion de leurs sentiments grandissant de jour en jour, leur complicité également. Les parents de Naruto vinrent aussi plusieurs fois s’enquérir de sa santé et voir l’évolution des choses qui les ravissaient toujours un peu plus à chacune de leur visite.


Mais ce qui attristait le kitsune sans qu’il n’en dise rien, c’était que les parents de son amant ne daignaient toujours pas venir les voir. Le blond se sentait rejeté par ceux-ci et cela lui faisait de la peine d’être ainsi évincé, sans même qu’ils l’aient rencontré. Itachi lui avait dit que ses parents, faisaient passé leurs devoir avant tout le reste. Qu’ils n’étaient pas le genre de personne à faire passer la famille avant leurs obligations mais tout de même, il s’agissait de leur propre petit fils ou petite fille. Mais ne pouvant rien y changer, il garda cela pour lui.


A deux semaines de la date prévue de l’accouchement, Tsunade vint s’installer dans une des chambres pour être là au moment venu. Celle-ci demandé expressément par Kushina, qui s’inquiétait plus que de raison pour son bébé d’amour et le propre bébé de celui-ci. Naruto fut quand même soulagé, de la savoir là et Itachi également, craignant autant pour son amour que leur petit à venir.


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Une semaine avant la date prévue, le kitsune, se mit soudainement à avoir des contractions. Il en avait déjà eut au long de la grossesse mais jamais d’une telle intensité. Il se contorsionnait de douleur dans leur lit, Itachi perdant d’un coup tout son éternel sang froid. Il se précipita dans la chambre de Tsunade, la réveillant brutalement, en lui disant de faire vite. Cette dernière se leva en catastrophe et ils s’installèrent dans une autre chambre que la femme avait spécialement préparée pour cela.


L’accouchement se passa par césarienne, Naruto conscient mais anesthésié en dessous de la poitrine. Tenant la main d’Itachi près de lui, Tsunade se fit assister par un clone qu’elle créa par magie. Elle incisa l’abdomen du plus jeune, pour en libérer un magnifique petit garçon, au fin duvet brun sur le haut de son crâne et aux yeux clairs. Mais à peine le clone eut-il présenté la petite merveille à leur parent, que Tsunade s’exclama joyeusement.


-Il y en à un deuxième.


Les deux nouveaux parents en restèrent médusés, Itachi tenant leur premier né dans les bras, près de la tête de Naruto, eut un sourire resplendissant. Et quand le deuxième poupon fut libéré à son tour, ils découvrirent une magnifique petite fille, au duvet blond et aux yeux bleus mais bien plus sombre que son frère.


Une fois que la magicienne eut fini de recoudre le ventre malmené et que Naruto fut allongé dans son lit, près de son amant et leurs petites merveilles déposés entre eux, endormies. La femme de magie leur demanda.


-Alors ? Comment se nomment le petit prince et la petite princesse ?


Naruto sourit de l’appellation tout comme Itachi qui ne quittait pas des yeux ses enfants en répondant.


-Kyo et Kasumi.


Puis il tourna la tête vers la blonde et posa une question à laquelle elle s’attendait un peu.


-Pourquoi, ne pas nous avoir dit qu’ils étaient deux ?


Elle sourit avant de répondre.


- Vos deux forces concentrées en ses deux là m’empêchaient de les voir, leurs cœurs devaient aussi être synchronisés car je ne m’en doutais vraiment pas en les écoutants.


Les deux parents s’en amusèrent, leurs petits leur faisaient déjà des cachotteries.


-Il est vrai que je trouvais ton abdomen spécialement gros Naruto mais je…


Elle s’interrompit en voyant les larmes s’accumuler dans les yeux céruléens. Itachi commença à paniquer.


-Naru ? Qui a-t-il ? Tu as mal ? Tu…


-Nonnnn, se lamentât-il en sanglotant. Mais… snif… tu vois… que j’étais…snif… énorme… et …difforme…snif… dit-il en reniflant entre chaque mot.


L’ébène était complètement perdu, faisant le tour du lit pour venir lui caresser le visage et l’embrassé sur tout son minois malheureux, en lui murmurant de douces paroles entrecoupé de baisés.


-Mais non… mon amour… tu étais… et… tu es… toujours… magnifique… je t’aime… si tu savais… comme je t’aime…


Les larmes de Naruto redoublèrent et Itachi paniqua complètement.


-Naru… je t’en pris, arrête, pourquoi peur tu ?


-C’est… c’est la première fois… que tu me le dit… bouhouhou…


L’ébène écarquilla les yeux.


-Pardonne-moi mon amour, je t’aime, je t’ai toujours aimé.


Ils se prirent dans les bras l’un de l’autre, l’un essayant de tarir ses larmes, l’autre faisant tout son possible pour calmer son kitsune éploré.


Tsunade ressortit de la chambre, laissant la petite famille tranquillement, se remettre de leurs émotions. Elle eut un sourire attendrit en les regardant une dernière fois avant de passer la porte et de murmurer.


-Haa, les hormones post natale, tu n’es pas encore sortit de l’auberge mon pauvre Itachi.


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Un mois plus tard.


La petite famille Uchiha-Namikaze, était installée dans le salon. Les deux plus vieux tenant chacun un nourrisson qui buvait goulûment son lait, quand l’on frappa à la porte. Itachi déposa alors Kyo, coincé entre des coussins sur le canapé près de Naruto et lui tendit le biberon. Ce dernier changea Kasumi de bras, la petite protestant brièvement dans la manœuvre. Il lui remit la tétine en bouche du même bras qui la soutenait, prit le deuxième biberon et le remit entre les lèvres de leur fils.
L’ébène quitta le salon pour se rendre dans l’entrée et aller ouvrir.


-Père ? Dit-il en découvrant l’homme derrière le battant de bois, son expression faciale montrant tout à fait son
étonnement.


-Tu compte nous laisser sur le pas de la porte ou nous permettre d’entré ? Lui demanda son opposant d’une voix dure.


Itachi s’effaça de son passage et laissa entrer son paternel et sa mère le suivant. D’un coup d’œil à l’extérieur, il vit les gardes près du véhicule qui les avait menés ici. Mais referma la porte sans leur permettre une quelconque protestation. Il mena ses parents dans le salon où Naruto avait fini de nourrir les bébés. Les déposait dans un parc en bois dans un coin de la pièce. Les petits balbutiants sous le portique en mousse, passant au dessus de leur tête, en essayant d’en attraper les sujets y pendant.


Quand ses yeux bleus se relevèrent de ses enfants, il vit son homme revenir accompagné de deux personnes. Aux faciès des nouveaux venus, Naruto comprit de suite de qui il s’agissait. Mal à l’aise, il s’avança d’un pas hésitant et se courba devant l’homme important, avant de ce redresser et de lui tendre la main.


-Je vous souhaite la bienvenu Uchiha-sama.


L’autre ne lui lança qu’un regard dédaigneux et ne fit aucun mouvements, rendant le blond encore plus mal à l’aise. Itachi contourna ses géniteurs et vint prendre la main de son kitsune qui ne savait visiblement plus où se mettre.


-Père, je vous demanderais un minimum de politesse, envers mon futur époux. Dit-il d’un ton dure et le défiant du regard.


Naruto baissa encore plus la tête, ils avaient bien entendu parlé de leur mariage. Mais le plus jeune se doutait que les
Uchiha n’accepteraient pas sa présence aussi facilement. Le monarque vampire se rembrunit.


-Toi, tu me parle de politesse alors que tu impose tes choix néfaste à notre lignée.


Itachi serra les dents, un instant, avant de lui répondre, sur un ton tout à fait véhément.


-Je n’ai nullement choisit ma lignée, mais lui je l’ai choisi et mes enfants également.


-Je peux te déshériter pour cette audace.


La femme vampire, sentit les larmes lui monté aux yeux mais n’osait pas intervenir. Restant comme toujours dans l’ombre de son époux. Époux qui reprit aussitôt.


-J’ai appris que tu avais eut un fils.


-Et une fille, le coupa Itachi.


Le père serra les points et reprit sans tenir compte de l’interruption.


-Je consens à instruire le garçon à son futur titre.


-Tu n’instruiras personne, je m’occupe de tout pour « mes » enfants, ils ne seront pas l’un de tes instruments.


L’aura menaçante émanant du paternel, fit reculer le kitsune qui se cacha un peu plus derrière son amant.


-Très bien, trancha t-il. Sasuke prendra ta place de successeur et tes bâtards seront remplacer par la descendance de ton frère.


-Je ne crois pas non ! Dit alors une voix dans l’encadrement de l’entrée du salon.


Tous se retournèrent, pour voir apparaître Sasuke, un rictus narquois aux lèvres. Le regard du père s’assombrit encore plus. Mais le plus jeune Uchiha maintint son sourire et tendit la main vers l’entrée. Une main fine vint entrelacer ses doigts, avant qu’une belle créature, n’apparaisse dans le cadre de la porte. Se plaçant à moitié dans le dos de l’ébène, des longs cheveux blonds cascadant le long de son corps et lui cachant l’un de ses yeux, l’œil visible braqué au sol.


Sasuke avança alors plus en avant dans la pièce et l’autre le suivit. Quand la personne derrière lui releva les yeux l’espace d’un instant, Naruto aperçu son visage à moitié dissimulé et l’œil tout aussi bleu que les siens. Une exclamation surprise sortit de sa bouche en un souffle.


-Deidara ?


L’autre ramena son regard au sol et le sourire de Sasuke s’agrandit. Le monarque s’adressa alors à son jeune fils.


-Qui est-elle ?


-Qui est-il ? Père. Le rectifia le jeune homme.


La mère eut un hoquet de surprise et les yeux du père passèrent au carmin, c’était visiblement la goutte d’eau. Mais
Sasuke n’en tenu pas compte et reprit immédiatement. Se décalant légèrement venant se placer au côté du blond aux cheveux longs. Passant une main dans son dos et déposant l’autre sur son ventre.


-Je vous présente Deidara, il est aussi le cousin de Naruto. Et j’étais venu annoncer, à Itachi et Naruto, que nous attendons un heureux événement.


La phrase dites d’une traite laissa planer un long silence. La main crispé de Deidara se resserra sur la chemise bleu roi de Sasuke et l’autre vint recouvrir celle sur son ventre rebondit, n’osant toujours pas affronter les regards braqués sur lui. Sasuke en voyant le carrosse devant la masure, s’était permit d’entré, voulant écouter la discussion de ses parents avec son aîné Sachant pertinemment que ça ne se passerait pas très bien et il n’avait pas eut tort.


Le père furibond, bouscula l’amant de son plus jeune fils, qui reteint son amour pour l’empêcher de tombé quand il sortit en trombe de la maison. La mère regardant ses enfants d’un œil attendrit. Elle s’avança vers son cadet, l’embrassant sur la joue avec un grand sourire. Faisant la même chose avec le compagnon de celui-ci qui s’empourpra. Continuant son manège pour son aîné et son amant. Ses fils lui sourirent en retour.


-Je suis fière de vous mes enfants, je repasserais bientôt. Dit-elle.


-Merci mère, répondirent les deux frères. Avant qu’elle ne sorte, à la suite de son époux courroucé.


Les deux blond respirèrent enfin et les ébènes prirent chacun leurs moitiés dans leur bras.


-Ça c’est plutôt bien passé, déclara Sasuke.


Faisant s’arrondir les yeux des deux kitsunes et ricaner Itachi.


-Oui plutôt bien, approuva l’aîné


Laissant leurs amants complètement ahuris.


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Dix ans plus tard.


Un jeune garçon aux longs cheveux ébène, était tranquillement allongé, sous un saule pleureur, la douce brise caressant son visage aux très fins. Il entendit des pas venir vers lui et ouvrit de magnifiques yeux azurs sur le feuillage de l’arbre, le surplombant. Avant de se redresser assit. Voyant une jeune fille aux longs cheveux blonds et aux yeux bleu sombre, s’approcher de lui. Tenant la main d’un petit gars d’environ six ans, aux cheveux courts et noirs, ses yeux de même teinte que sa tignasse indomptable, pétillant de joie.


-Niiiiii-sannnnnn, cria ce dernier en se précipitant dans les bras fraternel.


Il le récupéra avec un sourire doux, relevant les yeux sur la jeune fille, qui lui sourit également.


-Tu viens Kyo, ils nous attendent.


-J’arrive Kasumi, enfin, si Shiro veut bien me laisser me relever. dit-il d’un ton amusé.


Le petit se redressa prestement, à cette remarque et tendit sa petite main vers celle de son grand frère.


Quand ils arrivèrent à la maison familiale, celle-ci était en effervescence. Elle avait été agrandit depuis les années, un étage
y avait été rajouté et une autre maison tout aussi grande avait poussé un peu plus loin.


Ils entrèrent et se firent assaillir, par deux petites têtes blondes, qui les regardèrent avec des yeux bleus clairs irradiant de joie. Les deux petits d’environs deux ans les serrant tous fort dans leurs petits bras avant de les tirer derrière eux.


Kasumi leur tendit la main et les ramenèrent dans le jardin en traversant la maison. En arrivant à l’extérieur. Les deux petits blonds se précipitèrent, dans les jambes d’un grand blond aux cheveux longs qui s’accroupit devant eux en leur souriant gentiment.


-Que se passe t-il.


-Papa, papa, ils sont revenus, s’écrièrent t-ils surexcité.


Leur père eut un petit ricanement avant de regarder les nouveaux arrivants. Il se tourna alors en direction d’un autre blond en train de mettre le couvert sur une grande table joliment décorée.


-Naruto, tes enfants sont rentrés.


L’interpellé se retourna alors, son ventre de nouveau bien rond ne cachant rien du futur événement.


-Ha, vous arrivez au bon moment, allez chercher votre père et votre oncle dans la cuisine s’il vous plaît


-Oui pâ, dirent-ils avant de s’engouffrer de nouveau dans la maison.


Un peu plus tard, Naruto regardait autour de la table, tout le petit monde rassemblé.


Sasuke et Deidara, tenant sur leurs genoux deux de leurs quatre enfants, les jumeaux de deux ans, Ryo et Yazuo. A leur côté, son propre fils Shiro tenant la main de Yuna sa deuxième fille de trois ans. Une petite chipie à la chevelure aussi rouge que sa grand-mère et aux yeux aussi gris qu’elle. Itachi était à côté d’elle et tenait Mei, la fille de son frère sur ses genoux, une petite brune aux yeux noirs de cinq ans. A ses côté, Minato et Kushina discutaient avec ses jumeaux, Kyo et Kasumi, à côté d’eux.


Ensuite venaient Fugaku et Mikoto, la monarque Uchiha aillant réussi au fil du temps, à réconcilier les siens avec l’aide de ses deux gendres blonds. Cette dernière tenait la fille aînée de son fils cadet sur ses genoux, Misaki, une belle jeune fille blonde aux yeux sombres.


Naruto s’avança vers la tablé, deux gros gâteaux posés sur un plateau et les déposa sur la table. Tous les enfants se mirent alors à crier.


-Joyeux anniversaire, Kyo, Kasumi et Misaki.


Les trois concernés arboraient des sourires radieux. Amenant un sourire tendre aux lèvres du kitsune. Il fit voyager ses yeux azurs sur l’ensemble de sa famille ainsi réunit et s’arrêta sur les yeux onyx de son amour. Celui-ci lui offrit un sourire emplit d’amour et son cœur se gonfla de bonheur encore une fois. Tout cela c’était grâce à lui, il lui avait tout offert, un amour inconditionnel, tout pour le rendre heureux et par-dessus tout ses magnifiques enfants.


Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas que son tendre vampire c’était levé, deux bras aimant passant autour de sa taille élargie et des mains pâles venant se poser sur son ventre. Il eut un soupire de contentement quand les lèvres de son aimé déposèrent un chaste baisé derrière son oreille avant de murmurer.


- A quoi penses-tu ?


Naruto sourit encore plus avant de tourner la tête pour plonger dans le regard abyssale et répondit tendrement.


-A un certain Vampire, venu me rendre l’homme le plus heureux du monde, une nuit de pleine lune…


Itachi sourit, amusé, avant de prendre ses lèvres en douceur et de dire ses paroles que le kitsune ne se lasserait jamais.


-Je t’aime, mon cœur.


-Moi aussi, je t’aime, tellement.


FIN


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Petit récap des enfants, car c’est peut être pas très clair lol.


Naruto et Itachi : Kyo et Kasumi, 10ans puis Shiro 6ans, Yuna 3ans et il est enceint.


Sasuke et Deidara : Misaki 10ans, Mei 5ans, Ryo et Yazuo 2ans.





Alors ? Qu’en avez-vous pensé ? C’est mignon non ? ^^. Dites moi tout.







Dernière édition par Tsuki Sumi le Lun 25 Mai - 0:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/5098077/Tsuki-SUMI
Sana--chan
Modérateur
avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 33


MessageSujet: Re: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   Lun 18 Mai - 0:25

One-shot de Sana-chan



Be with you 1/3


Le cabinet d'avocat où Sakura travaillait à Nantes était connu pour les cas de divorces, de gardes partagées, de pensions alimentaires et tout ce qui se rapportait à la famille et au conflit conjugal.  L'endroit était assez grand, plusieurs bureaux se trouvaient dans la grande pièce et quelques bureaux étaient à l'écart, dont celui de Sasuke.

Ce dernier, passé la trentaine tout comme Sakura était un bon avocat. Il perdait rarement ses plaidoiries et lorsqu'il prenait un dossier, il s'y jetait corps et âme pour bien le constituer et défendre son client au mieux. D'un charisme inégalable et d'une beauté à couper le souffle, il amenait confiance et sécurité. Il était respecté, crains par certains avocats qui combattaient contre lui au tribunal, mais ce n'était pas pour autant qu'on ne lui tenait pas tête. C'était la jungle du métier, c'était comme ça qu'il l'appelait en tout les cas.

Bien que la rose soit sa secrétaire, tous deux travaillaient ensemble dans une bonne ambiance. Ils étaient collègues, mais surtout amis. Ils se connaissaient depuis pas mal de temps et lorsqu'il avait su, huit ans plus tôt que Sakura cherchait un emploi de secrétaire, il lui avait proposé un poste. Depuis, ils étaient liés non seulement par le travail, mais par leur amitié également.

Généralement, vie privée et vie professionnelle ne devaient en aucun cas être mélangées, mais tous deux savaient faire la part des choses et rien n'était entaché. Ni au bureau, ni dans les moments où ils se retrouvaient entre amis ou rien qu'eux deux.

Leurs caractères s'accordaient. Ils étaient gentils, serviables, Sakura pouvait s'énerver et ça, ça faisait souvent sourire le ténébreux, mais ce dernier pouvait également s'énerver. Dans ses moments-là, il ne valait mieux pas être dans son collimateur. Mais jamais il ne s'en était pris à quelqu'un qui ne lui avait rien fait, encore moins à Sakura. Ça leur arrivait de s'énerver l'un sur l'autre, d'avoir un sujet de discorde, mais c'était quelque chose qui pouvait arriver à n'importe qui. C'était humain.

Ce que la fleur ignorait, c'était qu'en réalité, Sasuke était fou amoureux d'elle. S'il ne le lui disait pas, s'il ne lui avouait pas ses sentiments, c'était parce qu'elle partageait sa vie avec quelqu'un. Toutefois, ces derniers temps il était inquiet pour elle. Déjà parce que quatre mois plus tôt, sans préavis, elle avait demandé deux semaines de congés et lorsqu'elle était revenu au bureau, elle n'avait pas bonne mine. Depuis, elle était souvent dans la lune ou elle avait du mal à dissimuler une certaine tristesse, de quoi bien inquiéter l'avocat.

C'est donc ainsi, un lundi matin, lorsqu'il arriva au bureau qu'il la vit à nouveau triste, bien qu'elle soit penché sur des papiers qu'elle devait classer. Il salua d'abord tout le monde et se dirigea ensuite vers la rose qui ne le vit pas arriver. Il posa son fessier sur le bord du bureau et là, Sakura releva la tête pour plonger ses yeux verdâtres dans les siens qui étaient sombres et envoûtants.

« Salut, fit Sasuke dans un tendre sourire.
- Salut.
- Tu vas bien ?
- Oui, pourquoi ça n'irait pas ?
- Peut-être parce que tu t'es trompée pour mes rendez-vous de ce matin et que tu affiches une mine triste ?
- Je me suis trompée dans les rendez-vous ?
- Hum.
- Je suis désolée, ça ne se reproduira plus !
- Ça arrive à tout le monde Saky de faire des erreurs, ne t'en fais pas pour ça. Tu viens prendre un café avec moi dans mon bureau ?
- Mais tu dois avoir un rendez-vous, non ?
- Seulement au déjeuner, j'aimerais te demander quelque chose.
- Pour un dossier ?
- Oui, j'ai une nouvelle demande.
- D'accord, je t'apporte ton café dans ce cas. »

Sasuke se mit à sourire à la fleur et se redressa. Cette dernière lui offrit également une risette, mais le brun voyait bien qu'elle se forçait. Elle partit dans la salle de repos où elle put se servir deux tasses pendant que le ténébreux l'observait aller dans la pièce, les sourcils froncés. Il voyait bien que quelque chose n'allait pas et il comptait bien faire en sorte qu'elle se confie à lui, comme elle l'avait déjà fait lorsqu'elle avait un problème.

C'était dur pour lui de ne pas pouvoir la prendre dans ses bras, de l'embrasser ou de lui montrer les sentiments qu'il nourrissait pour elle, mais ça l'était encore plus lorsqu'il constatait qu’elle allait mal, quand elle était triste ou quand ses yeux étaient rouges et cernés tellement elle était fatiguée. Et en ce moment même elle l'était, il en était persuadé.

Il alla dans son bureau, s'installa dans son siège et quelques minutes plus tard, Sakura pénétra à son tour la pièce. Elle déposa les tasses sur le bureau et s'installa en face de Sasuke qui vérifiait déjà ses mails. Il se tourna ensuite vers la rose, lui offrant une fois de plus un sourire pour qu'elle se détente un maximum.

« Ça à été ton week-end ? Demanda-t-il.
- Hum, fit simplement la rose. Et toi ?
- Dîner en famille.
- Ah oui c'est vrai, tu devais aller chez tes parents samedi. Comment vont-ils ?
- Comme d'habitude, ils me stagnent pour que je leur donne un petit-fils et que je me mette la corde au cou.
- Ils ne changeront jamais, répondit Sakura dans un petit sourire. Itachi était là ?
- Pour une fois, oui ! Je crois que ma mère a fait en sorte qu'il ne travaille pas pour qu'il participe au dîner. Elle n'acceptait aucun refus.
- Elle est pleine de ressources !
- C'est le cas de le dire ! Malgré tout, il est parti au commissariat en fin de repas.
- Au moins, il a mangé avec vous, c'est déjà ça.
- C'est sûr.
- Alors ce dossier ? Continua Sakura pendant que Sasuke buvait une gorgée de café.
- Hum... après, dis-moi plutôt ce qui te tracasse.
- Je vais bien, ne t'inquiète pas, soupira la fleur.
- Je te connais par cœur Saky, ça fait quatre mois que je vois bien que quelque chose ne va pas.
- Tu t'inquiètes encore pour rien !
- Je ne crois pas. »

Sakura baissa la tête et une fois de plus, Sasuke vit la tristesse peindre son visage. Il en était sûr à cent pour cent cette fois, quelque chose dans la vie de son amie n'allait pas. Ses yeux brillaient, comme si elle allait se mettre à pleurer. Ils n'avaient pas l'éclat des jours où elle souriait, où elle se plaisait à venir au bureau ou à lui raconter tout un tas de chose. Elle n'allait pas bien et la voir ainsi était un crève cœur pour le ténébreux.

Il se leva après avoir repoussé son fauteuil, contourna son bureau et se mit accroupi en face de la rose, ses bras sur les cuisses nues de cette dernière. Elle portait une belle petit jupe qui dévoilait ses jambes et un chemisier, des vêtements qu'elle mettait lorsqu'elle travaillait tout comme lui portait un costard, digne vêtement qu'il revêtait lorsqu'il venait ou bureau. Il lui caressa tendrement la joue et elle se noya dans son regard inquiet pour elle, mais une fois de plus, elle put y lire une tendresse, une sincérité et une sécurité sans égal.  

« Tu peux me faire confiance, tu le sais ça ?
- Oui, souffla-t-elle.
- Quoi qui te puisse te faire souffrir, tu peux me le dire sans crainte.
- C'est compliqué.
- Non, rien n'est compliqué entre nous. Tu peux tout me dire !
- C'est long, soupira-t-elle. Et il y a des choses que je n'ai pas osé te dire.
- Eh bien le moment est arrivé pour y remédier.
- Pas ici, pas au bureau.
- D'accord, ce soir chez moi ? À moins que tu ais déjà prévu des choses avec Suigetsu ?
- Non, je n'ai rien de prévu avec lui, répondit la rose avec une boule au fond de la gorge. Mais je préférerais vendredi.
- Je ne sais pas si je pourrais attendre une semaine, surtout quand je te vois si triste !
- Je t'assure que ça va, et puis, il faut travailler sur ce nouveau dossier.
- Très bien, soupira Sasuke en capitulant. Vendredi soir chez moi, on mangera chinois, fit-il dans un sourire, sachant très bien que Sakura adorait cette nourriture là.
- Et si on travaillait ? Fit-elle après lui avoir souri. »

Sasuke se releva et retourna derrière son bureau après avoir baisé le front de la rose dans un geste de tendresse, ce qu'il faisait souvent lorsqu'ils étaient tous les deux. Il sorti un fin dossier du tiroir et l'ouvrit, le parcourant vite fait.

« C'est un souci de garde, après un divorce.
- Le cas classique, fit Sakura en prenant son calepin.
- Hum. Il faut établir une enquête à l'école de la petite, je te laisse le bon soin de contacter le tribunal. Il faudrait aussi qu'un agent de quartier aille chez les deux parents pour voir le lieu de vie et que leur entourage soit questionné.
- On a l'accord du procureur ?
- Oui, on a carte blanche.
- Parfait, il faut aussi un dossier médical ?
- Tu peux toujours en faire la demande.
- Pas de soucis de coup ou autre ?
- Pas à ma connaissance, la mère demande la garde exclusive et maintiens qu'avec le père, sa fille est en danger. Il aurait des fréquentations qui laisse a désirer et consommerait du cannabis.
- Mais elle ne fournis aucune preuve de ce qu'elle avance.
- Non, c'est pour cela que l'enquête de police serait bénéfique et comme il s'agit du bien-être d'un enfant, il n'a pas été difficile d'avoir l'accord du parquet.
- Bien, je vais donc passer des coup de fils, et voir ce qu'il est possible de faire dès aujourd'hui. »

Sasuke hocha la tête pendant que Sakura se levait. Elle quitta ensuite le bureau du brun pour s'atteler à son travail et ce dernier se mit à sourire. Elle n'avait même pas bu son café... Il reprit très rapidement son sérieux et se saisit du combiné pour commencer ses appels.

***

C'était le vendredi soir et comme convenu, Sakura se trouvait dans l'appartement du brun. Elle aimait bien aller chez son ami qui avait toujours été là pour elle depuis qu'elle le connaissait. Le lieu en question n'était trop grand, ni trop petit, bien rangé, propre. Ça ne puait pas la richesse, mais ça ne ressemblait pas à quelque chose de pauvre non plus. Les murs et le mobilier étaient assez sombres, mais grâce aux décorations aux murs qui étaient plus clairs cela donnait un joli contraste ainsi que de la lumière.

Elle était dans le salon, à genoux à terre, installée sur un coussin tout comme Sasuke. Tout en mangeant un plat chinois qu'ils avaient emporté d’un restaurant chinois après le travail, ils discutaient d'un peu de tout et rigolaient. L'Uchiha en avait mis un point d'honneur, distraire la rose un maximum pour ne plus voir cette tristesse qu'elle trimballait. Mais le moment était venu de passer aux confidences pour qu'il sache de quoi il en retournait exactement. Son amie n'était pas au plus mal pour rien, il la connaissait que trop bien pour ça !

« Et si tu me disais maintenant ce qui te tracasse ? Fit de but en blanc le ténébreux après avoir bu une gorgée de sa bière.
- Euh... fit la fleur en posant ses baguettes sur la table. Je ne sais pas par quoi commencer...
- Par le plus important peut-être ?
- Je suis enceinte, souffla la rose.
- Mais c'est génial ! S'extasia le brun en ne faisant pas attention à cette petite pointe de douleur dans sa poitrine. Pourquoi ça te rend si triste ? Demanda-t-il en voyant la mine déconfite de son amie.
- Je ne peux plus avorter, je suis enceinte de quatre mois.
- Pourquoi voudrais-tu avorter ? Suigetsu ne veut pas de ce bébé ?
- On s'est séparé...
- Quoi ? Mais depuis quand ? Pourquoi tu ne m'as rien dit ?
- Je te l'ai dit, c'est compliqué.
- Eh bien maintenant je veux tout savoir ! Explique-moi pourquoi vous n'êtes plus ensemble !
- Ça fait à peu près quatre mois qu'on s'est séparé.
- Il sait que tu es enceinte ?
- Non, je ne lui ai rien dit.
- Pourquoi ?
- Eh bien, j'ai peur en fait.
- Peur de quoi ?
- De sa réaction...
- Il faut vraiment que tu m'expliques tout depuis le début ma belle car là, je suis perdu.
- D'accord, soupira la rose. Il y a environ six mois, il a perdu son travail.
- Tu sais pourquoi ?
- Non, il ne me l’a pas dit et c'est à partir de ce moment-là qu'il a changé.
- Comment ça ?
- Il est devenu méchant en parole, très nerveux aussi, on se disputait tout le temps. Un jour il m’a giflé... avoua l'Haruno.
- Quoi ?
- Il s'est excusé le lendemain.
- Et tu lui as pardonné...
- Oui, je l'aimais tu comprends ?
- Hum... qu'est-ce qui s'est passé ensuite ?
- Eh bien, il a recommencé plusieurs fois et je commençais à avoir peur de lui. Je n'osais plus le contredire. Mais il y a quatre mois, ça a fortement dégénéré et il a été très violent.
- Si je calcule bien, c'est la période où tu as demandé tes quinze jours de congés sans préavis. Ça m'avait un peu mis dans la mouise mais bon...
- Je suis désolée... mais j'avais des traces de bleu et je ne voulais pas venir ainsi au travail, continua la rose qui sentait son corps frissonner à ce souvenir. Sa lèvre inférieure en trembla même et ses yeux lui piquèrent. Dans un élan de tendresse, Sasuke lui prit la main pour l'encourager à continuer. J'avais si peur ce soir-là et il a même... il a...
- Il a quoi ?
- Il m'a prise de force ! Fit Sakura qui pleurait à présent. »

Sasuke en eu un haut le cœur, mais il se déplaça pour prendre son amie dans ses bras où elle étouffa quelques larmes contre son torse. Il se mit à lui caresser les cheveux pour la calmer le plus possible. Jamais il n'aurait cru qu'elle vivrait un tel drame, ça avait dû être douloureux pour elle et dans tous les sens du terme. Et lui il n'avait rien vu, il n'avait pas pu être là pour l'aider...

« Continue, l'encouragea-t-il après quelques minutes de silence.
- J'avais tellement peur que j'ai fui... je suis partie sans plus jamais retourner à l'appartement.
- Tu es allée où ?
- Chez Ino, j'y suis toujours, fit la rose en se redressant pour essuyer ses larmes. Je ne veux pas  retourner près de Suigetsu, j'ai trop peur.
- Pourquoi tu ne m'as rien dit ? Je t'aurais aidé !
- J'avais trop honte !
- Honte ? Mais enfin Sakura, c'est lui le fautif, pas toi ! Il n'a pas recherché à te revoir ?
- Non, Ino m'a dit que je pouvais rester le temps qu'il fallait en attendant de trouver un appartement. Mais je n'ai plus rien, j'ai tout abandonné chez lui. J'ai su que j'étais enceinte il n'y a que quelques jours et il est trop tard pour que j'avorte. »

Sasuke soupira, voilà un problème de taille songea-t-il et à présent qu'il était mis dans la confidence, il n'était pas question pour lui qu'il laisse Sakura ainsi. Il voulait l'aider et il allait le faire.

« Tu as porté plainte ?
- Oui, Ino m'y a obligé dès le lendemain que je me suis réfugiée chez elle. Elle m'a prêté quelques affaires et j'en ai acheté d'autres.
- Que dis la police ?
- Ils m'ont conseillé de prendre un avocat, ma plainte est partie au parquet. Mais je n'ai pas pris d'avocat et je ne sais pas ce qui va se passer.
- Eh bien à présent, tu en as un et crois-moi, il va répondre de ses actes devant la justice !
- Mais... tenta la rose.
- Il n'y a pas de mais qui tienne, dès lundi je prends le dossier en charge !
- Mais tu ne peux pas, on travaille ensemble ! Et de toute façon je n'ai pas envie de le confronter.
- Tu vas le laisser s'en tirer ? Mais il n'en est pas question !
- Sasuke... souffla la fleur en pleurant à nouveau. J'ai trop peur ! »

Le ténébreux attira à nouveau son amie dans ses bras où elle se lova. Elle aimait bien être tout contre le jeune homme, quand il l'attirait à lui ainsi, elle se sentait comme en sécurité, dans un cocon bien au chaud où elle ne voulait pas en sortir. Évidemment, pas un seul instant elle ne se doutait qu'en réalité, Sasuke l'aimait. Il était l'ami dont elle avait besoin, elle l'adorait, mais jamais elle n'avait pensé que le regard doux que lui portait le brun était empli d'amour.

« Tu n'as pas à avoir peur, je suis là pour toi, fit le ténébreux. Tu vas rester ici ce soir pour te reposer et tu vas emménager chez moi ce week-end.
- Quoi ? Mais... tenta la fleur en se redressant.
- Ici il ne pourra pas t'atteindre et j'ai une chambre d'amis.
- Mais je ne peux pas !
- Écoute, avant de te tracasser pour un nouveau logement, il faut que tu penses à toi et au bébé. Tu as besoin de repos, de te ménager et aussi, de réfléchir à tout ce que tu auras besoin pour ce petit être qui grandit en toi. Ne refuse pas mon aide Saky... Je n'ai pas pu t'aider à ce moment-là alors je vais le faire maintenant.
- Mais on ne peut pas !
- Et pourquoi ? J'aide une amie, c'est tout. Accepte, s'il te plaît...
- D'accord, souffla la rose. Mais c'est seulement en attendant.
- Ok et ainsi, Ino sera libre de tout mouvement avec son copain.
- J'avoue que parfois, je me sens comme une intruse entre eux...
- Raison de plus !
- Mais je n'ai rien pris pour dormir ici ce soir !
- Ça ne sera pas la première fois, je te passerais un tee-shirt à moi ! »

Sakura fit un petit sourire au jeune homme, le cœur un rien plus léger de l'avoir auprès d'elle et qu'il s'implique autant pour l'aider. Elle voulut un contact de plus avec lui et sans hésiter, elle se lova à nouveau contre lui. Sasuke ne demandait pas mieux et il l'entoura de ses bras, content qu'elle puisse trouver sa place ainsi auprès de lui.

Il savait que pour elle c'était en toute amitié. Depuis qu'ils se connaissaient, dès qu'il avait pu l'avoir dans ses bras il n'avait pas hésité. Dieu qu'il l'aimait si fort ! Et rien que le fait de savoir que Suigetsu lui avait fait autant de mal en si peu de temps l'énervait. Il comptait bien lui faire payer, on ne traitait pas une femme de la sorte et il se vengerait avec la loi.

« Tu as l'air épuisée, chuchota-t-il. Il faudrait que tu ailles dormir maintenant, il est assez tard.
- Hum... fit la rose tout contre le brun. »

Ce dernier la recula légèrement, lui prit la main et ils se levèrent ensuite. Il la dirigea vers la chambre d'amis où il mit des draps propres, il lui donna ensuite un tee-shirt à lui et lui souhaita une bonne nuit. Une fois prête, sans attendre, Sakura se glissa sous la couverture avec le sentiment de se trouver enfin en sécurité dans l'appartement du brun.

Bien plus tard, avant d'aller se coucher, Sasuke alla voir si la rose dormait et en la voyant bien enveloppée sous la couverture, entre les bras de Morphée, il sourit, rassuré de la savoir là après ce qu'elle avait vécu. Chaque fois qu'elle dormait chez lui, il aimait bien l'observer ou lui déposer un tendre baiser sur le front pendant son sommeil. Il lui avait effleuré une fois les lèvres, mais il s’était ravisé ensuite en se disant qu'il n'avait pas le droit de faire ça.

Doucement il referma la porte de la chambre, il était certes content de la savoir là, surtout dans son état. Mais dès lundi matin il agirait contre ce type qui avait fait du mal à sa rose. Personne n'avait le droit ne fut-ce que de l'effleurer avec des pensées viles...

***

Quand Sakura se réveilla le lendemain matin, elle fut d'abord déboussolée d'avoir si bien dormi. Tout son corps était détendu et engourdi, elle avait la sensation de se trouver dans un cocon agréablement chaud et pour une fois, elle ne se réveilla pas avec ses tracas. Dans son esprit c'était un peu brumeux et lorsqu'elle ouvrit ses paupières, elle se demanda où est-ce qu'elle se trouvait.

Les souvenirs de la veille se montrèrent un à un dans son esprit et elle se souvint qu'elle se trouvait chez Sasuke. À cette pensée elle ne put que sourire, il n'y avait que chez lui qu'elle se sentait aussi bien, elle n'avait jamais compris pourquoi mais c'était un fait.

Telle une petite chatte au réveil, elle s'étendit et se leva. Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle sentit l'odeur du café qui lui retourna l'estomac. Elle s'arrêta donc et mit sa main contre sa bouche, retenant une nausée qui pointait le bout de son nez. Cela faisait quelques jours qu'elle ressentait ce malaise, elle avait cru d'abord être malade et puis elle avait fait cette foutue prise de sang... Elle était enceinte et à vrai dire, elle ne pensait pas vraiment au petit être qui grandissait en elle. À vrai dire, ce qu'elle n'avait pas dit à Sasuke, c'était qu'elle ne voulait pas de cet enfant...

La nausée passée, elle se dirigea vers la cuisine, essayant de faire bonne figure. Mais dès qu'elle pénétra la pièce, Sasuke, vêtu d'un simple jogging, une tasse de café à la main eut des yeux inquiets. Il posa sa tasse sur le plan de travail et il se dirigea vers elle. Sakura sut que quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle dise, elle ne pouvait décidément rien lui cacher.

« Ça ne va pas ?
- Si bien sûr...
- Tu es toute pâle !
- Ce n'est rien, certaines odeurs me donnent la nausée... »

Sasuke tourna son visage vers le percolateur où une délicieuse odeur de café s'en dégageait et il comprit. Il observa à nouveau la rose et il lui fit un tendre sourire. Il s'en alla ensuite vers le percolateur, prit un thermos et versa le liquide dedans. Une fois fait, il le referma d'un bouchon et l'odeur qui emplissait la pièce s'estompa tout doucement.

« C'est mieux comme ça ?
- Merci, souffla la rose.
- Tu veux boire quoi dans ce cas ?
- Tu as du jus de fruit ou du thé ?
- Du thé, j'irais faire quelques courses tantôt, il faudrait que tu me fasses une liste, débita le brun tout en préparant la tasse.
- D'accord... dis Sasuke...
- Hum ? Fit-il sans se retourner pour s'occuper de sa préparation.
- Tu pourrais te renseigner sur ce qu'il faut faire pour une adoption ? Osa-t-elle demander. »

Sasuke fut sous le choc d'une telle demande et lentement, il tourna son visage vers la fleur. Cette dernière triturait le tee-shirt de ses doigts, n'étant nullement gênée cependant d'avoir les jambes nues face au jeune homme. Elle avait la tête baissée et n'osait pas regarder son ami.

« Tu ne veux pas garder le bébé ? »

Sakura agita sa tête négativement, faisant de fait bouger ses longs cheveux. Sasuke soupira et servit l'eau chaude dans la tasse. Il la posa ensuite sur le plan de travail, là où il y avait sa propre tasse. De sa main, Sasuke tapota le tabouret pour inviter la rose à venir s'asseoir près de lui. Lentement, elle se dirigea vers lui et prit place. Pendant qu'elle ne le regardait toujours pas, lui, il lui prit la main et à ce signe Sakura su que quoi qu'elle décide, Sasuke la suivrait. Elle le regarda donc et une fois de plus, elle tomba sur des yeux doux et confiant.

« Je comprends, mais je serais toi, je pèserais quand même le pour et le contre.
- Mais...
- Tu sais, des tas de bébés sont mis en adoptions ou sont abandonnés. Ceux qui ont une famille d'adoption ne sont pas tous plus heureux. Des mères regrettent parfois leurs choix et ne peuvent plus faire marche arrière. J'ai déjà traité un dossier de ce genre et crois-moi, c'est très délicat. Surtout que je suis certain que tu feras une mère merveilleuse !
- Mais c'est pas possible avec mon travail !
- On allégera tes heures, je prendrais une autre secrétaire à mi-temps.
- Il n'est pas désiré.
- Je sais, fit Sasuke en fermant les yeux, comprenant qu'elle parlait du bébé et non de son poste. C'est un enfant de viol, c'est comme ça qu'on les appelle.
- Ce n'était pas vraiment un viol puisqu'on sortait ensemble, fit Sakura en regardant sa tasse fumante.
- S'en est un. Même dans un couple, si l'un n'est pas consentant, c'est un viol Saky.
- Que dois-je faire alors ? Demanda la rose en regardant son ami. C'est l'enfant de Suigetsu ! Si je le garde, je serais à jamais lié à lui !
- Je trouverais une solution.
- Il aura autant de droit que moi, c'est ce que tu me dis toujours. Un père à autant de droit qu'une mère.
- C'est vrai, mais chaque contexte est différent. Tu as quand même porté plainte, il y a donc une trace de sa violence. Tu as vu un médecin après qu'il t’ait forcé ?
- Oui, Ino...
- Elle t'a obligé ?
- Oui, elle en a parlé à la police aussi.
- C'est parfait, je vais pouvoir monter un dossier sans aucune difficulté, j'ai les éléments de bases. Je téléphonerais au labo tantôt pour tes analyses. »

Sakura ne disait plus rien et Sasuke la regarda. Il fut peiné de la voir si triste. Certes, lui il n'avait pas de mal de parler de viol, ça faisait partie de son travail, mais il était vrai que ça lui faisait quelque chose car la victime cette fois était celle qu'il aimait.

Il ne put s'en empêcher, il l'attira dans ses bras et de ce fait, elle quitta son tabouret. Mais sans qu'elle sache comment, elle se retrouva à califourchon sur les genoux de Sasuke et ce dernier la serra tout contre lui. Elle ne put que s'accrocher à son cou pour ne pas tomber. Mais tout aussi bizarre que ça puisse paraître, là, dans cette position, sa tête posée sur le torse du ténébreux, elle s'y sentait bien.

« Donne toi du temps, ne prend pas de décision hâtive pour ce bébé. Quoi que tu décides, je me plierais à ta décision et je serais là pour te soutenir en toutes circonstances.
- Merci, souffla la fleur. »

L'Uchiha la serra un rien plus fort contre lui et la rose se pressa contre le jeune homme, leurs cœurs battant à l'unisson. Ce fut une étreinte forte, emplie de tendresse, de soutien, d'amour pour le brun et d'amitié pour la fleur.

Et c'était de ça que cette dernière avait besoin...

***

Lorsque Sakura pénétra l'appartement d'Ino, c'était le début d'après-midi. Il fallait dire aussi que la rose s'était levée en fin de matinée, quand Sasuke lui avait dit l'heure, elle en avait été surprise d'avoir dormi autant. L'appartement en lui-même était certes petit, mais propre et très coquet, ce qui s'alliait à merveille avec la personnalité de l'amie de la rose. De plus, une senteur de fleur traversait tout l'appartement et c'est avec un petit sourire sur les lèvres que Sakura se dirigea vers le salon où elle trouva Ino et Kiba, le petit copain de cette dernière, installés sur le divan.

« Saky ! Fit la blonde. Alors cette soirée chez Sasuke ?
- Comme tu peux constater, je suis restée sur place.
- Je m'en étais douté, ça se passe toujours comme ça entre vous.
- Vous couchez ensemble ? Demanda Kiba qui ne comprenait pas vraiment ce début de conversation.
- Quoi ? S'offusqua la rose.
- Kiba ! Fit Ino en même temps.
- Ben quoi ? Qu'est-ce que j'ai dit ?
- Sasuke est proche de Sakura mais il n'y a pas de sexe entre eux, ils sont seulement amis, expliqua la blonde à son copain.
- Ah, fit le jeune homme.
- Ino, fit Sakura en s'installa près d'eux.
- Holà ! Tu as la mine d'une fille qui va me parler sérieusement ! Fit la blonde en se tournant vers son amie.
- C'est un peu ça...
- Qu'est-ce qui se passe ?
- Je... Je te remercie de tout ce que tu as fait pour moi, mais, je... comment dire...
- Tu t'en vas...
- Sasuke m'a proposé sa chambre d'amis et j'ai accepté, avoua la rose. Je n'ai pas envie de te faire de la peine mais il dit que pour le bébé à venir, le boulot et tout le reste, c'est plus simple que je me pose un peu quelque part et que je pense à un nouveau logement après.
- Ma foi, il a pas tort, surtout que tu vas avoir besoin de beaucoup de choses pour ce bébé ! Fit Ino en souriant.
- Je ne sais pas si je vais le garder, souffla la fleur.
- Quoi ? Mais bien sûr que si ! Tu vas le regretter plus tard sinon ! Et n'oublie pas, malgré le contexte dans lequel il a été conçu, c'est ta chair et ton sang.
- Je sais, murmura Sakura.
- Bon, surtout ne fais rien sur un coup de tête et tiens-moi au courant d'ac' ?
- D'accord ! Tu ne m'en veux pas ?
- Que tu t'en ailles chez Sasuke ? Bien sûr que non, fit la blonde dans un sourire qui en disait long.
- Ça veut dire quoi ce sourire ? Questionna la rose.
- Oh rien...
- Tu viendras quand même de temps en temps hein Sakura ? Demanda Kiba qui ne s'était pas immiscé dans leur conversation.
- Bien sûr qu'elle viendra et une fois par semaine elle devra manger ici !
- Bon, je n'ai pas vraiment le choix, rigola Sakura. Je vais préparer mes affaires. »

Cette dernière partit dans la petite mezzanine qu'elle occupait pendant qu'Ino l'observait. La blonde ne put s'empêcher de sourire. Étant la meilleure amie de Sakura, elle connaissait Sasuke et l'avait percé à jour depuis bien longtemps. Elle trouvait le jeune homme charmant et bien que la fleur n'ait encore rien capté, elle, elle avait pu voir l'amour débordant que le brun camouflait. Alors elle trouvait qu'aller chez lui était une très bonne idée ! Et qui sait, peut-être que la fleur allait peut-être enfin ouvrir les yeux.

Certes, Sakura avait aimé Suigetsu, mais Ino était certaine que des sentiments pour Sasuke cohabitaient en elle, ils étaient seulement endormi pour l'instant...

***

La rose retourna chez le ténébreux en fin d'après-midi après que ce dernier soit venu la chercher en voiture. Elle avait quand même accumulé en quatre mois cinq sacs de voyage, ce qui n'était pas vraiment surprenant. Ino et le jeune homme s'entendaient plutôt bien et l'Uchiha n'était pas contre à ce que Sakura aille manger chez eux une fois par semaine, il était même invité à partager ce repas.

L'Haruno avait trouvé toute la place dans la garde-robe de sa chambre provisoire dont elle avait besoin. Le brun lui avait également fait de l'espace dans la salle de bains pour tous ses produits de beauté. En fin de compte, il était l'homme idéal qui ne rechignait pas lorsque des affaires de fille traînaient ci et là et c'était ce qui avait toujours plu à Sakura.

Après une telle journée riche en émotion, la demoiselle était quand même un peu fatiguée et ce fut un peu plus tard qu'elle s'était mise à somnoler dans le divan. Sasuke avait été clair avec elle, elle pouvait faire comme si elle était chez elle, sans jamais rien demandé. Comme tout avait toujours été simple entre eux, la gêne n'avait aucunement sa place.

D'une douce caresse sur sa joue, Sasuke réveilla la fleur qui papillonna d'abord des paupières pour ensuite poser ses petites mirettes sur le jeune homme. Ce dernier lui fit un tendre sourire tout en étant accroupi face à elle.

« Sasuke ?
- Tu as fait ta liste de ce dont tu as besoin ? Je vais aller faire quelques courses.
- Ah non, pas encore, répondit la rose pour ensuite bailler. Je peux venir avec toi ?
- Bien sûr, mais si tu es fatiguée, autant te reposer.
- Non ça va, j'irais dormir un peu plus tôt ce soir.
- C'est toi qui vois. »

Sakura souri à son tour à son plus fidèle ami, repoussa la petite couverture et se leva. Elle bu quelque chose avant de partir et rapidement, tous deux sortirent de l'appartement pour aller effectuer quelques courses.

***

Les hommes n'aimaient pas spécialement faire des courses, mais les faire avec Sakura s'avérait être complètement différent ! Sasuke avait décidé de l'emmener à Atlantis pour lui changer les idées. C'était une immense galerie, que ce soit extérieur ou intérieur. Le temps était radieux, ni l'un ni l'autre ne portait de grosses doudounes en ce début de printemps et il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid. Une petite veste avait donc suffit et la rose portait une ravissante robe de la même couleur que ses yeux, ce qui les faisait ressortir à merveille. Ses longs cheveux étaient détachés et avec la beauté qu'elle dégageait, elle éblouissait le jeune homme.

Il ne pouvait s'empêcher de la regarder. Ils avaient flâné ci et là, dans divers magasins. Au départ, c'était de la nourriture que le brun devait acheter, mais ayant la rose avec lui, il avait préféré changer ses projets. Et il n'était pas déçu ! Elle souriait, virevoltait sur elle-même, s'extasiait devant certaines vitrines, s'émerveillait sur d'autres choses et s'éclairait lorsqu'elle voyait des affaires de bébé.

Fini la tristesse et les tracas, il retrouvait son amie comme il l'avait connu. Insouciante, souriante, observatrice et même gourmande ! Elle prenait de temps en temps un petit quelque chose à manger. Son dernier petit en cas était une gaufre au sucre. Elle pouvait paraître d'une gamine et non d'une secrétaire, mais Sasuke s'en foutait. Parfois se lâcher et sans faire attention au regard des autres pouvait faire du bien.

Dans l'un des magasins, entre les rayons, Sakura y passait, les uns après les autres. Bien qu'elle n'avait pas encore prit la décision si elle allait garder le bébé, elle ne pouvait pas s'empêcher d'admirer les vêtements de nourrisson, c'était plus fort qu'elle. C'était si petit et si mignon qu'elle ne pouvait qu'admirer tout en souriant tendrement.

C'est avec un regard dans le vague, un petit sourire sur les lèvres, les yeux pétillants et une grenouillère entre les mains que Sasuke la vit. Elle l'avait semé quelques secondes plus tôt et en la voyant ainsi, son cœur ne put que s'accélérer. Il l'aimait d'un amour fort et la voir de la sorte le faisait fondre. Toutefois, il se reprit après avoir secoué sa tête. Il ne devait pas se griller et être d'un bon soutien. Elle aurait besoin de lui, de toute sa force et sa moralité, il n'avait aucun droit de flancher au risque que la rose ne s'effondre.

Il s'approcha d'elle et passa sa main dans le dos de la fleur dans une petite caresse. C'était amicale, sans arrière pensée, bien que Sasuke ait eu envie plus d'une fois que ça passe autrement. Sakura se tourna vers lui et se mit à lui sourire. Elle rangea ensuite la grenouillère et passa sa main sur d'autre vêtement inconsciemment.

« C'est mignon, fit simplement le brun.
- Oui, souffla Sakura.
- Tu sais si c'est déjà une fille ou un garçon ?
- Non, pas pour l'instant. Je passe une échographie dans trois semaines. Si le bébé est bien mis, on pourra le voir.
- Tu aimerais savoir ?
- Je ne sais pas. Au sujet du bébé, je suis perdue, chuchota la rose.
- Je sais, murmura Sasuke en collant sa tête à celle de son amie. Mais rien ne t'empêche d'acheter quelque chose. Hum ?
- Tu crois ? Fit Sakura en tournant ses yeux peinés vers l'Uchiha.
- Bien sûr, choisis quelque chose, c'est moi qui te l'offre.
- Mais...
- Prends quelque chose de mixte, continua Sasuke en lui faisant un clin d’œil. »

Sakura ne put que regarder son ami qui alla vers d'autres vêtements, l'air de rien. Elle reposa son regard sur la grenouillère qui lui avait tant plu. C'était du blanc, et le blanc c'était mixte. Lorsque son regard se fit doux et qu'elle serra le vêtement contre sa poitrine et qu'elle souriait, Sasuke avait tourné son visage vers elle.

À son tour il se mit à sourire...

***

Plusieurs semaines s'étaient écoulées depuis que Sakura s'était confessé à Sasuke et qu'elle avait emménagé chez lui. Comme il lui avait promis, dès le lundi matin il avait contacté le parquet et constitué un dossier pour prendre la défense de la rose. Il avait également pris contact avec le labo pour avoir les résultats. Le médecin avait été clair, elle avait été violée avec violence, elle avait subi des coups d'une grande cruauté et c'était un miracle qu'elle n’ait pas gardé de séquelles. Néanmoins, le dossier était très sérieux.

Certes, les traces étaient parties, mais Sasuke pouvait aisément dire que tout n'avait pas été que physique. L'état psychologique de Sakura avait également été très atteint, pour preuve, elle avait toujours peur, ce qui était normal dans un sens. Jamais il n'aurait cru Suigetsu capable de blesser autant son amie et il comptait bien en découdre devant la justice. Ce qui était bizarre par contre, c'était qu'il ne donnait aucun signe de vie...

Leur colocation se passait plutôt bien, comme la vie au boulot. Ce qui les aidait, c'était qu'ils étaient amis et très proches. Sasuke avait un peu allégé son horaire, histoire qu'elle se repose quand elle en avait besoin. Il l'accompagnait chez le gynécologue pour la soutenir, de ce fait, il suivait l'évolution de la grossesse. Ils savaient même que c'était une fille et la fleur avait été contente, elle cherchait déjà un prénom ! Ils avaient également acheté quelques affaires pour le bébé que Sakura rangeait dans la chambre qu'elle occupait.

Elle n'avait toujours pas pris de décision concernant l'adoption, mais Sasuke lui avait néanmoins donné quelques brochures. Un coup de téléphone et il avait eu ce qu'il recherchait. Ce n'était pas bien difficile pour lui. Étant avocat et ayant traité un dossier sur l'adoption, il savait qui contacter. Néanmoins, il avait pu constater en observant la fleur de temps en temps qu'elle caressait son ventre et que peut-être, elle s'attachait à ce bébé qui grandissait en son sein.

Elle avait encore des nausées, de temps en temps, le matin, quand elle se levait, elle courait aux toilettes. Certains aliments ne passaient pas et son humeur pouvait être changeante en un claquement de doigts. Elle pouvait sembler heureuse comme triste la fois d'après. Nostalgique, pleurnicharde ou tout simplement bouder.

Par moment, son comportement était à s'arracher les cheveux, mais Sasuke restait calme, la soutenant du mieux qu'il le pouvait. Il passait même ses caprices, essayant le plus possible de lui faire plaisir. Si elle préférait manger quelque chose en particulier, il se pliait à son exigence dans un doux sourire. Il ne pouvait rien lui refuser, il l'aimait et voulait tout faire pour qu'elle se sente le mieux possible.

Sa grossesse se voyait à présent, elle avait un beau joli petit ventre et Sakura lui laissait le caresser de temps en temps. Dans ces moments-là, tous deux se regardaient avec douceur et le cœur de la rose s'emballait sans qu'elle comprenne vraiment pourquoi. Sasuke était très ému quand ils échangeaient un tel moment et il devait même se faire violence pour ne pas lui dire qu'il l'aimait.

Il pourrait le lui dire, après tout, à présent elle était célibataire, mais il ne voulait pas gâcher leur amitié à cause de ses sentiments. Il savait que Sakura n'était pas amoureuse de lui et il ne voulait pas lui donner un poids de plus sur ses épaules. Elle avait assez de choses à gérer comme cela et une grossesse, même non désiré, ne devait pas être facile à supporter. Alors il se taisait, continuant à faire l'ami dévoué. De plus, ce qu'elle avait vécu vers la fin avec Suigetsu l'avait marqué, ce n'était donc pas le bon moment de se dévoiler.

Au bureau, leurs collègues l'avaient félicité pour cette grossesse. Personne ne savait qu'elle n'était plus avec le papa et encore moins qu'elle vivait chez le brun. Naruto, le meilleur ami de Sasuke avait été content pour elle, tout comme sa femme, Hinata. Mais cette dernière savait les sentiments que l'Uchiha nourrissaient pour la fleur, ça l'attristait un peu. Il l'aimait et la soutenait pour une grossesse, pour un enfant qui n'était même pas le sien. Ça devait être très rude pour le ténébreux, la noiraude en était persuadée.

Comme convenu, Sakura allait manger chez Ino une fois par semaine, accompagné de Sasuke. À quatre, avec Kiba, ils passaient une agréable soirée et les deux hommes avaient sympathisé depuis bien longtemps. Les conversations étaient donc bien animées et la blonde pouvait constater une fois de plus les sentiments que le brun cachait. Il était même encore plus aux petits soins avec sa meilleure amie, s'inquiétant souvent de son état, lui demandant si elle allait bien, si elle n'était pas trop fatiguée. Quand Ino voyait ça, elle ne pouvait que sourire, se disant une fois de plus que les choses pourraient changer et que son amie ouvrirait les yeux face à l'amour que Sasuke lui portait.

Un samedi soir, alors que Sasuke était dans sa chambre à pianoter sur son ordinateur, assis dans son lit, Sakura vint frapper à sa porte. Elle avait du mal à dormir et ne voulait pas être seule. Généralement, quand elle avait un coup de cafard elle essayait de le combattre, mais cette fois-ci elle n'y arrivait pas. Le ténébreux lui permis d'entrer et elle se montra dans son pyjama deux pièces que le brun trouvait quand même à croquer. Elle pouvait mettre ce qu'elle voulait, en toute circonstance il la trouvait belle. Il vit qu'elle avait une petite mine et qu'elle semblait gênée.

« Qu'est-ce qu'il y a Saky ?
- Je... j'ai du mal à dormir... je peux un peu rester près de toi ?
- Bien sûr ! Viens ! »

Timidement elle s'approcha du lit du ténébreux pendant qu'il reculait et mettait son ordinateur sur le côté. La télévision était allumée, mise en sourdine et il recula la couverture pour qu'elle vienne s'installer à son côté. C'était la première fois qu'ils s'installaient dans le même lit, ce n'était pas pareil que dans le divan et aussi bien l'un que l'autre avait le cœur qui battait à tout rompre.

Une fois Sakura dans le lit du brun, il la couvrit et lui fit un clin d’œil. Elle n'était pas couchée, elle était assise comme le ténébreux, mais il lui passa un bras derrière ses épaules pour la coller à lui. Elle ne le repoussa pas, bien au contraire, appréciant ce contact et cette sécurité que le jeune homme dégageait.

« Tu es sûr que ça ne te dérange pas ? Demanda Sakura.
- Non, tu peux même rester dormir ici si tu veux.
- Je...
- Un petit coup de cafard, non ?
- Hum...
- Ne t'inquiète donc pas, tu ne me déranges pas du tout.
- Merci Sasuke. »

Pour toute réponse, le brun fit un sourire à la fleur qui elle, se mit à regarder l'écran de télévision ensuite. Elle se sentait bien dans ses bras, à tel point que la fatigue eut raison d'elle quelques minutes plus tard et elle s’endormit, sa tête sur le torse nu du ténébreux.

En constatant cela, Sasuke la coucha tout en la gardant contre lui, s'allongeant par la même occasion. Ce n'était pas évident pour lui de l'avoir dans son lit et de ne rien tenter, mais il la respectait vraiment de trop pour lui faire une quelconque allusion sur ses sentiments.

Il la garda donc tout simplement dans ses bras, ravi quand même qu'elle dorme avec lui, ce qui était vraiment nouveau pour eux. Jour après jour ses sentiments pour la rose se renforçaient, au point d’en devenir douloureux. Il l'aimait tellement...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana--chan
Modérateur
avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 33


MessageSujet: Re: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   Lun 18 Mai - 0:30

One-shot de Sana-chan



Be with you 2/3


Quand Sakura se réveilla le lendemain matin, elle fut surprise de sentir des bras autour de son corps et qui la serrait contre celui d'une autre personne. Elle ouvrit donc ses prunelles, le cerveau un peu embrumé à cause du sommeil et elle releva la tête qui était posée sur un torse où elle pouvait entendre des battements de cœur régulier. Elle ne put que faire un tendre sourire en voyant que Sasuke dormait. Avec ses cheveux en bataille et son minois détendu, elle le trouvait mignon, encore plus qu'à l'accoutumé.

Son cœur s'emballa et elle sentit ses joues se chauffer. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, mais se trouver dans le lit de Sasuke et être dans ses bras la chamboulait quelque peu. C'était la première fois qu'elle dormait avec lui et elle était surprise de se sentir aussi bien après ce qu'elle avait vécu avec Suigetsu. De plus, dormir avec un homme dont elle n'était pas amoureuse ne lui était jamais arrivé. Toutefois, avec Sasuke c'était différent, elle le savait bien. Ils étaient amis, collègues et jamais aucun autre homme ne l'avait respecté autant que lui.

Ses yeux se firent tristes et ils se mirent à briller. Depuis qu'elle connaissait le ténébreux elle avait toujours eu du mal à mettre un nom sur ce qu'elle ressentait pour lui. Elle avait toujours mit ça sur de l'amitié, de l'adoration, de la fascination. Et c'était vrai, ils étaient de grands amis, mais est-ce que ça n'allait pas au-delà de ça ? Elle ne savait pas. Elle pensait que non, mais en même temps, elle avait l'impression que quelque chose de bien plus fort enserrait son cœur pour cet homme.

Elle sursauta lorsqu'elle sentit une douce caresse sur sa joue. Elle n'avait même pas fait attention que les yeux de Sasuke soient ouvert alors qu'elle le fixait perdue dans ses pensées. Pour ne pas changer, bien que ses prunelles soient voilées de fatigue, il la regardait d'un regard doux qui fit emballer son cœur. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, certes, son cœur avait déjà battu la chamade pour Sasuke, mais pas autant en un court laps de temps...

« Pourquoi tu es triste ? Demanda Sasuke d'une voix rauque.
- Je pensais, c'est tout...
- Je n'aime pas te voir triste. »

Et le brun serra la rose un rien plus fort dans ses bras. Cette dernière nicha son visage dans le cou du ténébreux et elle y respira son odeur, elle apprécia même la chaleur que sa peau dégageait. C'était rassurant, apaisant, viril. Il n'y avait vraiment que Sasuke pour lui faire un tel effet, même Suigetsu n'y était jamais arrivé.

Elle n'aimait pas les comparer, malheureusement, elle l'avait toujours fait et l'évidence s’imprégna en elle. Son cœur se mit à battre encore plus vite pendant qu'elle comprenait ce qui lui arrivait ou plutôt, ce qui aurait dû lui sauter aux yeux depuis belle lurette.

Elle avait toujours été sous le charme de son plus vieil ami...

***

Bien des jours étaient passés depuis que Sakura avait réalisé être sous le charme de Sasuke. À l'approche de l'homme, son cœur s'emballait à chaque fois, lorsqu'il la touchait, même de façon anodine, il battait au triple galop et souvent, elle était déstabilisée. Elle avait du mal à rester elle-même, mais souvent, au contact de Sasuke, de sa simplicité, sa manière d'être ou de parler, elle se laissait complètement aller.

Toutefois, elle n'avait plus dormi avec lui, bien qu'elle en avait très envie. Elle s'était tellement sentie bien entre les bras du brun que ça lui faisait peur. Elle n'arrivait plus à déchiffrer son cœur ni à savoir ce qu'elle ressentait vraiment. Adoration ? Amitié ? Reconnaissance ? Amour ? À ce dernier mot, elle agitait à chaque fois sa tête, se disant que ce n'était pas possible, elle ne pouvait pas être amoureuse de son plus vieil ami.

Pourtant, dans son cœur se disputait pleins de sentiments. Elle n'arrivait plus à faire le vide dans sa tête et avec sa grossesse, les nausées, les coups de fatigue, de cafard, ses humeurs, ça ne l'aidait vraiment pas. Elle aimait vivre au quotidien avec son patron, tout était si facile avec lui ! Elle se demandait même pourquoi aucune femme ne partageait sa vie, en tous les cas, à part la femme de ménage qui avait fait irruption une fois de temps en temps, elle n'avait vu personne.

Ce matin-là, au bureau, bien qu'elle ait beaucoup de travail, elle n'arrivait pas à se concentrer. Elle baillait sans cesse, clignait des paupières, résistant à la fatigue. Son ventre se voyait un peu plus, mais assise derrière son bureau, c'était à peine si on pouvait voir qu'elle était enceinte. La rondeur se cachait à merveille.

Sasuke n'était pas là, étant au tribunal. Sakura aurait bien voulu qu'il lui propose une tasse de café ou une tisane, comme il faisait souvent depuis des années. C'était leurs petites pauses à eux. Mais quand il n’était pas là, elle avait l'impression qu'il laissait un vide au cabinet. Elle bailla une énième fois, ne faisait pas attention à ceux qui l'entouraient et qui travaillaient sans se préoccuper d'elle. La tête posée sur sa main, retenue par son coude posé sur le bureau, elle ferma finalement les yeux et sans s'en rendre compte, elle se senti partir. C'est un bras sur ses épaules et une main sur l'une d'elles qui la fit sursauter et elle se réveilla, le cœur battant. Elle tourna son visage sur le côté et vis Sasuke, penché légèrement vers elle, la mine inquiète.

« Tu devrais rentrer te reposer, lui chuchota-t-il. Tu es épuisée.
- Non, ça va ! Fit Sakura dans un petit sourire et se redressant pour faire bonne figure.
- Ce n'était pas une proposition Sakura, je te ramène. Prends ton sac. »

La rose soupira, elle qui voulait se montrer forte, voilà qu'elle avait montré à Sasuke sa fatigue. De plus, elle ne s'attendait pas à ce qu'il revienne avant la pause déjeuner. Avant de partir, il alla vers son bureau, déposa ses dossiers et en ressortit ensuite. Le voir dans une chemise blanche impeccable le rendait merveilleusement beau, il était plein de charisme et Sakura adorait fasciner sur lui, être en adoration devant lui. Mais sa mine était sérieuse, elle ne pourrait donc pas l'amadouer.

Elle se leva donc, mis son petit manteau, pris son sac et elle rejoignit le brun qui mit automatiquement un bras sur ses épaules. Ils quittèrent le bureau, sans se douter qu'avec leur départ, des chuchotements entre collègues allèrent de bon train. Car si au début personne n'avait rien dit, à présent, beaucoup se posaient des questions et se demandaient ce qu’il pouvait y avoir entre l'avocat et sa secrétaire...

Le trajet jusqu'à l'appartement du ténébreux se fit dans le silence. Pas que Sakura boudait, loin de là. Elle s'était en fait mise à somnoler dès qu'elle s'était sentie bercer par la voiture et Sasuke n'avait pas voulu la déranger, conscient qu'aujourd'hui, elle était vraiment fatiguée. Il ne savait pas si elle avait passé une bonne nuit, il n'avait rien entendu de suspicieux en tout cas et il était parti assez tôt ce matin. Elle dormait encore lorsqu'il avait franchi la porte d'entrée...

Il ne lui avait encore rien dit pour ne pas inquiéter la rose, mais il avait obtenu gain de cause auprès du parquet et il allait traîner Suigetsu en justice, la date était fixée. Sakura ne devait pas venir, c'était même inutile de donner une souffrance de plus à la fleur. Il ferait en sorte que son ex prenne le maximum, ce serait sa vengeance à lui. Il n'acceptait pas que ce type ait fait autant de mal à celle qu'il aimait.

Une fois arrivé dans le parking de son immeuble, doucement il réveilla la rose qui papillonna des paupières. Il la tira doucement jusque dans l'appartement en la soutenant, mais au lieu de la diriger vers sa chambre, il la dirigea vers la sienne. Il avait envie qu'elle se glisse sous ses draps, sous sa couverture, que ses cheveux s'étale sur son coussin et que son parfum de fleur imprègne la chambre.

Lorsqu'elle fut allongée, il lui retira ses chaussures et il la couvrit. Elle se coucha sur le côté, se sentant bien dans le lit. Elle se mit à marmonner quelque chose et Sasuke lui caressa la tête dans un tendre sourire. Il lui baisa la tempe pour ensuite quitter la chambre. Il prit son portable et passa un coup de fil au cabinet pour prolonger son temps de midi. Ce n'était pas le tout que sa colocataire se repose, il fallait aussi qu'elle se restaure après sa petite sieste.

De ce fait, il mit la main à la patte après s'être dirigé vers la cuisine...

***

Lorsque Sakura se réveilla, il était un peu plus de midi et quand elle pénétra la cuisine en se frottant les yeux, elle fut surprise de voir Sasuke qui était justement en train de lui servir une assiette. Elle bailla, prit place sur le tabouret pendant que le brun lui souriait. L'odeur de sa tajine au poulet ne dérangeait pas la fleur et il en était ravi.

« Tu t'ai assez reposé ?
- Je ne sais même pas comment j'ai atterri dans ton lit ! Après m'être endormie dans la voiture, c'est flou.
- C'est pour ça que je t'ai obligé à rentrer, dès que je suis arrivé au bureau, j'ai vu à quel point tu étais fatiguée. Dans ces moments-là tu n'hésites pas, tu m'envoie un texto et tu restes ici.
- Mais j'ai du travail !
- Ta santé passe avant, je te l'ai déjà dit.
- On dirait mon père qui est en train de me réprimander, bouda la rose pendant que Sasuke glissait l'assiette devant elle.
- Ne dis pas de bêtise, fit ce dernier à lui caressant la joue. Je ne veux pas de ce rôle-là, mais il faut prendre soin de toi et du bébé.
- Tu es toujours au petit soin avec moi...
- Parce que tu m'es importante et qu'on est amis, répondit le brun en commençant à manger après s'être lui aussi servit une assiette. Mange, ça va être froid.
- Bien mon capitaine ! Se moqua la rose. »

Elle se mit à rire et commença à manger ensuite, Sasuke, quant à lui, il secoua sa tête et il se mit à faire un petit sourire. Il aimait voir Sakura de bonne humeur, légèrement moqueuse. C'était comme si elle retournait en enfance quand elle agissait ainsi et il la trouvait tout simplement à croquer.

C'est donc dans la bonne humeur qu'ils mangèrent ensemble, l'un camouflant l'apocalypse de son cœur, l'autre se retenant de ne pas toucher sa bien-aimée...

***

Sasuke et Sakura se retrouvèrent un samedi soir chez Naruto et sa dulcinée. Le couple les avait invités pour un dîner et la soirée se passait plutôt bien. Ils avaient mangé, ris, discuté de tout et de rien, comme de vieux amis. Ils se connaissaient depuis pas mal de temps, surtout Naruto, Sasuke et Sakura, ayant fait leur étude dans le même établissement. Pour la noiraude, ils l'avaient rencontré bien après, lorsque le blond l'avait présenté en tant que sa petite amie. À présent, ils étaient quatre amis qui s'entendaient divinement bien et qui partageaient par moments des souper de ce style-là.

Les deux hommes étaient dans le salon, à papoter ensemble et à être rien qu'entre garçons. Les filles, quant à elles, elles étaient dans la cuisine pour du rangement et mettre la sale vaisselle dans le lave-vaisselle. Hinata et Sakura s'entendaient très bien, elles n'étaient pas les meilleures amies du monde, mais elles avaient une certaine complicité.

La brune n'avait jamais rien dit à Sakura de ce qu'elle voyait, ce qu'elle constatait. Elle n'avait jamais trahi le secret du brun et pourtant, parfois, elle voulait vraiment ouvrir les yeux de la rose pour que Sasuke ne souffre plus. Car c'était un fait, il souffrait de la situation même s'il ne le montrait pas. Aimer une femme qu'on ne pouvait toucher ou lui montrer son amour devait être très frustrant. Elle avait donc voulu se retrouver seule avec la rose pour elles aussi, parler rien qu'entre filles.

« Alors cette grossesse, ça se passe bien ?
- Ça va, je suis parfois fatiguée mais souvent nauséeuse. Mais Sasuke est un vrai amour !
- Tu peux me dire quand il n'a jamais été aux petits soins avec toi ? Demanda la noiraude dans un doux sourire tout en s'activant.
- C'est vrai, souri Sakura. Il a toujours été un ami très fidèle. Il a toujours été là quand j'avais besoin de lui.
- Il n'est pas comme ça avec tout le monde tu sais.
- C'est parce qu'on est très proche, je le sais bien, répondit Sakura en continuant de remplir le lave-vaisselle.
- Hum... Et Suigetsu ?
- Quoi Suigetsu ? Fit la rose inquiète.
- Ben c'est lui le père du bébé non ? Ça va entre vous deux ?
- Sasuke t'a dit quelque chose par rapport à lui ?
- Non, Sasuke ne dit jamais rien de la vie privée de qui que ce soit. Mais tu habites chez lui, alors je me posais la question.
- On a rompu en fait...
- Ah, c'est laid ça, surtout dans ton état... Il sait pour le bébé ?
- Non et je ne veux pas qu'il le sache.
- C'est le père de ton enfant, tu es obligé de le lui dire, c'est ton devoir. Tu ne peux pas lui cacher qu'il va devenir père et l'empêcher de voir son enfant après la naissance. Ce serait immonde de ta part.
- Vraiment ? Fit Sakura vexée.
- Saky... souffla Hinata en voyant la tristesse de son amie. Je ne voulais pas te faire de peine, dit-elle en prenant l'une de ses mains dans les siennes. Je voulais seulement te dire qu'on ne peut pas cacher ce genre de chose, c'est mal.
- Si je te dis un truc, tu le gardes pour toi ?
- Bien sûr ! »

Hinata emmena Sakura à la table de la cuisine où cette dernière s'installa sur une chaise pendant que la noiraude leur servait à boire. Une fois installée elle aussi, elle observa la rose qui se triturait les doigts.

« Aller, raconte-moi ce qui te tracasse, dit Hinata pour inviter la rose à parler.
- Je... Je n'ai rien dit à Suigetsu car il a été très cruel avec moi.
- C'est à dire ?
- Il m'a frappé et la dernière fois qu'on a fait l'amour, je n'étais pas consentante, avoua la rose d'une petite voix.
- Tu es sérieuse ? Se choqua la brunette.
- Oui...
- Je comprends mieux pourquoi tu ne veux rien lui dire. Sasuke est au courant ?
- Oui, c'est pour ça que je suis chez lui. Il veut que je me pose, que je pense au bébé à venir et à ma santé.
- Il veut vous protéger.
- Hum...
- C'est vraiment un ami en or que tu as là !
- Je sais, souffla la fleur. Je ne sais pas ce que je ferais sans lui.
- Il t'adore vraiment tu sais ? Lâcha la Hyuuga pour ne pas parler des sentiments du brun et ne pas le trahir.
- Moi aussi je l'adore !
- Tu comprendras peut-être un jour ce que je veux dire par là.
- Hein ? »

Pour toute réponse, Hinata fit un simple sourire rassurant à la rose. Elle espérait vraiment que Sakura ouvre les yeux et voit qu'il n'y avait pas que de l'amitié et de l'adoration entre elle et Sasuke. Pour le bien de ce dernier mais pour la rose aussi, elle espérait que ça évolue. Mais ce n'était pas à elle non plus de dire à l'Haruno qu'en réalité, l'Uchiha était fou amoureux d'elle. Ce n'était pas son rôle que de divulguer ce genre de chose très importante.

Dans le salon, les garçons riaient ensemble, continuant de parler de sujets futiles. Ça leur faisait du bien de temps en temps de ne pas parler boulot ou de leurs soucis. Toutefois, après plusieurs canettes de bière, Naruto observa son ami sérieusement et le brun sut qu'il allait lancer un sujet important.

« Dis Sas'ke...
- Hum ? Fit ce dernier en terminant sa canette.
- Sakura et toi...
- Quoi ?
- Vous êtes ensemble ?
- Qu'est-ce que tu vas t'imaginer là ? Bien sûr que non !
- Mais elle vit avec toi !
- Elle est enceinte Naru', je n'allais pas la laisser dans la mouise quand même. Et puis, elle est comme ma meilleure amie, je me dois d'être là pour elle.
- Hinata m'a dit un soir qu'elle pensait que tu étais amoureux d'elle.
- Hinata pense ce qu'elle veut.
- Mais, est-ce que c'est vrai ?
- Naruto !
- Mais quoi ?
- Depuis quand ma vie amoureuse t'intéresse ?
- Depuis que je ne te vois plus fricoter avec cette blonde et depuis que Sakura vit chez toi. Ça peut porter à confusion tu sais ?
- Elle dort dans la chambre d'ami je te ferais signaler.
- Pourquoi tu ne veux pas me dire la vérité ?
- Parce qu'elle est dans la pièce à côté, chuchota le brun.
- Ah... donc Hinata a raison ?
- Si tu connais la réponse, pourquoi poser la question ?
- Et Suigetsu ?
- C'est fini entre eux.
- Ah... tu as le champ libre dans ce cas ! Mais quand même, quel salopard de l'abandonner alors qu'elle est enceinte !
- Ne fais pas de supposition alors que tu ne connais pas toute l'histoire.
- Mais...
- Chut ! Fit le ténébreux en voyant les filles revenir de la cuisine. »

Les deux hommes regardèrent les filles qui les rejoignaient et après un dernier verre ensemble, à parler d'autre chose, Sasuke et Sakura les laissèrent après les avoir remercier pour la soirée. Le brun n'avait pas bu trop d'alcool, il pouvait donc prendre le volant sans aucun problème. Dans la voiture, le ténébreux et la rose parlèrent de la soirée et l'Haruno lui confia que ça lui avait fait plaisir. En rentrant, ils partirent se coucher, chacun dans leurs chambres.

Rien ne changeait entre eux, hormis le fait peut-être qu'aussi bien l'un que l'autre ne voulait quasi jamais se séparer...

***

Durant la nuit, Sasuke fut réveillé par des cris étouffés. Il s'alarma directement et se leva sans mettre un tee-shirt sur le dos, étant simplement en boxer. Il quitta sa chambre pour aller dans celle de Sakura et dès qu'il ouvrit la porte, il constata qu'elle avait un sommeil agité. Sa tête bougeait dans tous les sens, elle murmura, appelait à l'aide et pleurait en même temps.

Sans attendre, il s'approcha du lit et s’assit au bord. Il lui caressa d'abord le visage, mais elle ne se réveilla pas, restant dans son cauchemar. Il lui prit donc la tête entre les mains et l'appela pour qu'elle l'entende. Elle se réveilla dans un sursaut, les joues dévastées par les larmes et elle cria « non, ne me fait pas de mal ». Il la prit automatiquement dans ses bras et la serra contre lui. Elle se débattit un peu avant de s'apercevoir que c'était Sasuke sous les chuchotements qu'il lui glissait au creux de l'oreille.

Elle s'accrocha à ses épaules de ses mains tremblantes et elle pleura tout contre lui. Ils restèrent ainsi un petit moment, le temps que la rose se calme et Sasuke n'arrêta pas une seule fois ses murmures pour l'apaiser. Au fur et à mesure ça fonctionna et quand elle fut enfin calmée, il l'écarta de lui pour sonder son visage dans la pénombre, ses mains à nouveau sur son visage.

« Ce n'est que moi, ce n'était qu'un cauchemar Saky.
- Il était là, sanglota-t-elle. Il voulait recommencer... j'avais si peur !
- Chut, tout va bien, répliqua Sasuke en la reprenant dans ses bras. Il ne peut pas venir ici, il ne peut plus te faire de mal... »

Sakura sanglota encore un peu et le brun se glissa sous la couverture pour s'allonger à son côté et la prendre dans ses bras. Il était inutile qu'il la laisse seule, elle avait bien trop peur à cause de son cauchemar. Alors il resta là, il la garda dans ses bras. Elle se calma, bercer par la chaleur du corps du ténébreux et au bout d'un long moment, elle se rendormit enfin, rassuré que ce soit Sasuke et non Suigetsu, se sentant à nouveau en sécurité.

Sasuke avait conscience que ce que Suigetsu avait fait à la rose l'avait marqué. Il avait été surpris qu'elle n'ait fait encore aucun cauchemar. Mais voilà, elle en faisait et il était là pour elle, il le serait tout le temps à présent, jusqu'à ce qu'elle se sente mieux.

C'était tout ce qu'il était en mesure de faire pour l'instant...

***

Le temps continuait de suivre son cours. Depuis le cauchemar de Sakura, Sasuke était plus prévenant. Elle faisait encore parfois des cauchemars et dans ces moments-là, elle passait le restant de la nuit dans le même lit que le brun. Tout se passait bien entre eux et plus ça allait, plus la rose arrivait à mettre des mots pour ce qu'elle ressentait par rapport à l'Uchiha. Elle l'aimait.

Ça lui avait fait un choc lorsqu'elle en avait pris conscience et en même temps, elle n'arrivait pas à être surprise. Il avait toujours été là pour elle, à n'importe quel moment. Quand ça n'allait pas, c'était vers lui qu'elle se tournait, quand elle voulait se vider la tête, c'était également lui qu'elle allait voir et il l’accueillait à chaque fois à bras ouverts.

Tous les sentiments qu'elle ressentait pour lui prenaient peu à peu place dans son cœur et elle s'en voulut d'être tombée amoureuse de lui. Depuis quand l'aimait-elle sans en avoir pris conscience ? Elle ne le savait pas, mais ce qu'elle savait, c'était que ça ne datait pas d’hier. Il avait toujours eu une place capitale dans sa vie et maintenant elle comprenait mieux pourquoi elle avait tant besoin de lui. Elle comprenait pourquoi elle voulait qu'il la regarde elle et pas une autre, pourquoi elle voulait être dans ses bras, être constamment auprès de lui et pourquoi ça ne la dérangeait pas de vivre avec lui.

Toutefois, elle cacha tout ce qu'elle ressentait pour lui, elle ne voulait pas casser leur amitié si belle. Si elle lui disait l'aimer, elle savait que leur lien, elle allait le foutre en l'air. Bien évidemment, elle n'était pas consciente des sentiments du ténébreux à son égard, pour elle, il la voyait en tant que meilleure amie, ça s'arrêtait là.

Elle continuait de travailler, même si son emploi du temps avait été allégé. Sasuke avait embauché une autre secrétaire à mi-temps. Sakura s'entendait plutôt bien avec elle, elle était même très gentille. Temari No Sabaku était une petite perle, même si elle venait au bureau en jean et basket. C'était un côté vestimentaire peu commun pour une secrétaire, mais ça lui allait divinement bien. Elle possédait également un caractère bien trempé. Quand elle avait envie de dire quelque chose elle le disait, sans détour.

À son sixième mois de grossesse, tout se passait bien. Les nausées avaient diminuées, bien que la fatigue restait omniprésente chez la rose. Elle avait de temps en temps des bouffés de chaleur, dans ces moments-là, elle devait faire une pause et Sasuke la freinait dans son travail, pour son bien.

C'était donc un jour comme un autre et pendant la pause midi, les deux femmes étaient aux toilettes en train de se laver les mains. Elles avaient mangé et elles comptaient reprendre le travail ensuite. Toutefois, Temari avait constaté quelque chose qui semblait important. Elle ne comprenait pas pourquoi les autres membres de l'équipe ne disait rien. Soit ils ne voyaient rien, soit ils faisaient semblant de rien, ce qui était pathétique selon la blonde.

« Au fait Sakura, fit Temari en s'essuyant les mains.
- Oui ?
- Tu avais remarqué toi que Sasuke avait un comportement assez spécial envers toi ?
- Comment ça ? Fit la rose qui ne comprenait pas vraiment.
- Ben ce type, cet avocat, tu sais qu'il est amoureux de toi ?
- Hein ? Arrête de déconner, rigola la fleur, c'est impossible, on est seulement collègues et amis.
- Tu dois avoir de la merde dans les yeux dans ce cas.
- Temari, soupira la rose.
- Je suis sérieuse, ce mec est dingue de toi !
- N'importe quoi !
- Eh bien dans ce cas demande-le-lui. Va le voir et demande lui s'il t'aime !
- C'est stupide.
- Pourquoi ? Il est toujours aux petits soins avec toi, il te regarde à chaque fois d'un regard doux et vous vivez ensemble alors que l'enfant que tu portes n'est pas le sien.
- Comment tu sais ça ?
- J'ai surpris une fois une conversation entre deux collègues qui disaient que vous viviez ensemble et que ton mec t'avait lâché.
- Quoi ? Ils savent tous que...
- Même si tu ne parles pas de ta vie privée, sache très chère que tout se sait, et ce, même dans un cabinet !
- Sasuke... Sasuke m'aime ?
- Tu n'avais donc rien remarqué ?
- Non...
- Ça se voit pourtant que ce mec est dingue de toi. Tu pourrais lui demander la lune qu'il irait la décrocher rien que pour tes beaux yeux !
- Hum... »

Les propos de Temari étaient très pertinents, Sakura n'arrivait pas à croire que son plus vieil ami puisse être amoureux d'elle. Pourtant, la blonde n'avait pas tort. Sasuke avait toujours tout fait pour lui faire plaisir, il était toujours venu à sa rescousse et ce, pour n'importe quoi. Il était l'ami fidèle que toute personne rêve d'avoir. Jamais elle n'aurait pensé qu'il puisse l'aimer. Et si c'était vrai, s'il était véritablement amoureux d'elle alors elle lui infligeait une douleur immonde.

Il prenait soin d'elle et de son bébé alors que ce n'était même pas son enfant. Il n'avait pas hésité à l'héberger, à payer des affaires pour son bébé à venir, à tout faire pour la dissuader de faire adopter son bébé à la naissance. Que devait-il ressentir sur le fait qu'elle portait l'enfant d'un autre ? Que ressentait-il lorsqu'il dormait avec elle ou qu'il la prenait dans ses bras ? Il devait certainement souffrir et rien qu'à cause d'elle. Une telle pensée lui était intolérable.

Elle ne pouvait pas lui dire qu'elle l'aimait, ce bébé qu'il y avait entre eux les empêcherait d'être heureux ensemble car ce n'était pas celui du brun. Elle ne pouvait pas non plus continuer à rester chez le ténébreux s'il l'aimait, ce serait le torturer et lui faire du mal au-delà du possible.

Ça lui faisait mal de le réaliser, mais il n'y avait plus qu'une seule solution qui s'imposait à elle...

***

En fin d'après-midi, vers dix-sept heures, Sasuke fut content de pouvoir rentrer chez lui. Normalement il devait recevoir un client une demi-heure plus tard mais ce dit client avait annulé son rendez-vous. De ce fait, l'avocat ne devait pas rentrer à dix-neuf heures chez lui. Surtout qu'il avait très envie de voir Sakura et de regarder la série préféré de la rose, elle affalée dans ses bras.

Mais lorsqu'il pénétra l'appartement, après avoir déposé ses affaires dans le couloir, il fut surpris de ne rien entendre, c'était le calme plat. D'ordinaire, à cette heure-ci, Sakura était devant sa série et elle rigolait. Combien de fois elle ne l'avait pas supplié pour qu'il vienne la rejoindre ou qu'il la rejoigne sans se faire prier pour avoir l'occasion de la prendre dans ses bras sans éveiller le moindre soupçon quant à ses sentiments ? Il ne saurait le dire.

Il s'avança dans le couloir, d'un regard il balaya le salon. Personne, même la télévision était éteinte. Il fit pareil dans la cuisine, rien, pas même une casserole sur la cuisinière. Pourtant, il savait que Sakura aimait mijoter un petit truc lorsqu'elle savait qu'il rentrait tard et c'était le cas aujourd'hui, elle savait à quelle heure il était censé rentrer.

Il ne savait pas pourquoi, mais il avait une mauvaise impression, son cœur battait même à coup redoublé ! Sans même aller voir dans la salle de bain, il se rua vers la chambre de la rose, sentant que c'était là qu'elle se trouvait. Et lorsqu'il ouvrit la porte, ce fut comme si son cœur arrêtait de battre.

Au milieu de la pièce, entre le lit et l'armoire, Sakura le regardait, les joues inondées de larmes, les yeux tristes, les lèvres tremblantes, des vêtements pliés entre les mains. Sur le lit, il y avait une valise ouverte où il put voir qu'elle avait mis quelques affaires déjà. Les porte de l'armoire était grandes ouvertes. Elle partait.

« Qu'est-ce que tu fais ? Lui demanda-t-il même si c'était évident, une boule au fond de la gorge.
- Je...
- Tu pars ? Sans même me prévenir ?
- Oui, je pars, c'est mieux ! Répliqua la rose en allant vers sa valise.
- Comment ça ? Mieux pour qui ? Fit Sasuke en s'approchant de la rose et la retournant.
- Pour toi ! Répondit la rose en criant, les larmes ne cessaient de dévaler ses joues.
- Mais qu'est-ce que tu racontes ? Je ne veux pas que tu partes !
- C'est mieux ! Lâche-moi ! Demanda Sakura en essayant de se dégager.
- Non ! Fit le brun en lui agrippant les deux bras. Dis-moi ce qui se passe ! Pourquoi tu veux partir ?
- Parce que... Parce que je te fais du mal ! Cria à nouveau la rose.
- Quoi ?
- Tu ne me l'as jamais dit, je n'ai jamais rien vu, mais je ne peux pas vivre avec toi alors que tu m'aimes !
- Tu l'as découvert, chuchota le brun d'un air triste.
- Je ne peux pas rester ! Par ma faute tu souffres !
- C'est n'importe quoi ! Oublie ça !
- Non, je ne peux pas, ça fait des semaines que je me torture l'esprit, des semaines que je ne pense qu'à moi et à l'amour que je ressens pour toi. Mais savoir que tu m'aimes, que tu m'acceptes alors que je porte l'enfant d'un autre, je ne peux pas le supporter !
- Mais arrête Saky, c'est rien tout ça ! Arrête de te torturer l'esprit ainsi ! Il n'y a pas de problème !
- Mais si, il y en a un gros ! Il est là, entre nous ! »

C'était plus que Sasuke ne pouvait en supporter. La voir là, en larme, les yeux torturés et le fait qu'elle lui avoue l'aimer mais qu'elle croit qu'elle lui faisait du mal était trop, ça devait s'arrêter. Alors il l'attira dans ses bras, son gros ventre entre eux. Elle pleura contre lui et il l'encercla de ses bras pour ensuite la presser légèrement contre lui. Sakura glissa ses bras autour de la taille du brun, elle le détestait pour être sa faiblesse, elle se détestait pour être si faible, mais surtout, elle détestait le fait que dès que le ténébreux la touchait, elle laissait tomber toutes ses barrières.

« C'est bon Saky, calme toi à présent, lui chuchota le brun.
- Sasuke... murmura la rose en pleurant.
- Je ne veux pas que tu partes, continua le brun en glissant l'une de ses mains dans la nuque de la rose. Je veux que tu restes ici, avec moi.
- C'est impossible... Je ne veux pas te faire plus de mal... »

Sasuke l'écarta légèrement et il prit son visage en coupe entre ses mains. De ses pouces il lui essuya ses larmes et plongea son regard sombre dans le sien. C'était maintenant qu'il devait lui ouvrir son cœur, il n'avait plus le choix à présent et il savait que rien ne serait cassé entre eux puisqu'elle lui avait dit l'aimer également.

« Tu ne me fais aucun mal, tire-toi ça de la tête.
- Mais...
- Et ce bébé n'est pas un obstacle entre nous, tu ne dois pas te tracasser pour ça. Je t'aime depuis longtemps Sakura et je suis heureux que tu me dises que toi aussi, désormais tu m'aimes.
- Depuis... autant de temps ?
- Hum.
- Mais, pourquoi tu ne m'as jamais rien dit ?
- Notre amitié était bien plus précieuse.
- Je... fis simplement la rose, laissant à nouveau des larmes dévaler ses joues. »

Sasuke approcha son visage de celui de celle qu'il aimait et il se mit à lui lécher ses larmes. Il avait le cœur qui faisait du rodéo dans sa poitrine, mais à présent, il n'avait plus à se retenir, il pouvait lui montrer ses sentiments. Sakura, elle, avait des frissons très agréables qui lui parcouraient tout le corps. Son cœur pompait également très rapidement dans sa cage thoracique et tout d'un coup, elle se sentit fébrile.

Elle n'avait plus envie de réfléchir, plus envie de penser, juste être là, près de celui qu'elle aimait et se retrouver dans ses bras. Jamais encore par le passé elle n'avait pensé vouloir se rapprocher de la sorte de cet homme, mais à présent c'était tout le contraire. Elle aimait Sasuke et elle voulait se sentir femme à son côté, elle désirait qu'il la chérisse comme jamais encore elle n'avait été chérie. C'était égoïste de sa part, elle le faisait tellement souffrir et il allait encore souffrir à cause de l'enfant qu'elle portait.

Sans prévenir Sasuke, elle se jeta contre lui, enfouissant sa tête dans le torse de ce dernier où elle se mit à pleurer de plus belle. Son cœur lui faisait tellement mal ! Elle n'avait pas droit au bonheur avec le brun, mais elle n'avait pas non plus le droit de lui faire du mal.

Sasuke, lui, encercla d'abord le corps de la rose, mais ne supportant pas plus longtemps de la voir dans un tel état, il lui releva à nouveau son visage de ses mains. Il aurait pu dire quelque chose en plus, il aurait pu lui dire à quel point il l'aimait et répéter que le bébé qu'elle portait n'était pas un obstacle entre eux. À la place, avec d'abord hésitation, il posa ses lèvres contre celles de Sakura.

Ce simple petit contact les électrisa des pieds à la tête, un feu brûlant se mit immédiatement à couler le long de leurs veines. Ils en furent tellement surpris qu'ils s'étaient écartés légèrement l'un de l'autre, se sondant. Mais très vite, Sasuke reprit possession de la bouche de sa belle pour cette fois-ci, vraiment l'embrasser. Depuis le temps qu'il attendait ça !

Doucement, il amena sa langue à caresser ses lèvres pour ensuite s’engouffrer à l'intérieur de la bouche de la rose. Cette dernière le laissa faire, se sentant grisé, elle glissa même ses bras autour du cou de Sasuke et il se mit à lui caresser le dos pour relever l'une de ses mains dans la nuque de la fleur. Le brun ne pouvait pas serrer plus Sakura contre lui à cause de son ventre, mais déjà l'avoir comme ça, pouvoir l'embrasser était divin.

À bout de souffle ils s'écartèrent, mais le ténébreux se mit à caresser le visage de la fleur du bout de ses doigts. Il posa ensuite son front contre le sien et il ferma les paupières, savourant ce moment, appréciant le fait d'avoir pu l'embrasser, de savoir qu'elle aussi l'aimait.

« Reste avec moi, chuchota-t-il.
- Mais je te fais souffrir, souffla la rose sur le même ton, elle aussi avait fermé ses yeux.
- Non, tu ne me fais aucun mal.
- Mais pour le bébé, je...
- Il n'y a pas de problème, je t'assure. »

En disant cela, il avait rouvert ses yeux. Sakura avait fait de même et ils s'étaient à nouveau observés sans se détacher. La rose avait finalement fait un petit sourire, croyant le brun sur parole et espérant qu'elle avait droit à ce petit bonheur qui pourtant ne lui était pas destiné.

Sasuke voyait encore du doute dans les yeux de la fleur, il allait donc devoir tout faire pour qu'elle balaye tout ça et leur fasse confiance. Car à présent que les choses avaient été dites, il était hors de question qu'il continue à ne faire que l'ami fidèle. Il comptait bien montrer à la rose à quel point il l'aimait et ô combien elle lui était importante.

Il glissa l'une de ses mains dans la sienne et l'entraîna hors de la chambre pour qu'ils aillent dans le salon avec l'idée de la prendre dans ses bras et de ne pas la lâcher de sitôt.

***

Deux semaines s'étaient écoulées depuis que Sakura avait avoué son amour à Sasuke et qu'ils s'étaient embrassés. À présent, il n'était plus question que la rose parte, elle avait même défait sa valise. Pour tout dire, elle ne dormait plus dans sa chambre, mais dans celle du brun. Toutefois, ils n'allaient pas plus loin que des baisers, l'Uchiha la respectait et il la savait cassé de l'intérieur. Il ne la poussait donc pas, même s'il la désirait fortement depuis bien longtemps à présent.

Il caressait souvent le ventre de la rose et il sentait même le bébé bouger. Dans ces moments-là, il souriait à Sakura, ébahi de sentir un tel mouvement dans son ventre. La fleur rougissait, ne sachant pas trop quoi dire. Plus ça allait et plus elle voyait que Sasuke s'attachait au bébé. Elle en venait même à penser, au bout de six mois, qu'elle ne voulait plus faire adopter son bébé et elle l'avait dit quelques jours plus tôt à son amoureux. En réponse il avait souri, sachant pertinemment qu'elle allait décider cela.

Sasuke avait des gestes beaucoup plus tendres avec elle. Il la prenait souvent dans ses bras, lui baisait de temps en temps la tempe, l'épaule, le cou... Ainsi, il lui montrait toute la tendresse et l'amour qu'il ressentait pour elle. Sakura avait l'impression de flotter sur un petit nuage et elle aimait bien toutes ces petites attentions.

Elle avait fait une nouvelle échographie et Sasuke l'avait accompagné. À présent, elle réfléchissait à un nom pour une petite fille. Le brun lui donnait des idées, mais ensemble, ils n'avaient pas encore décidé comment ils l’appelleraient.

La chambre que la rose occupait serait par contre utilisée pour le bébé à venir. Sakura avait remercié Sasuke pour ce geste qui montrait bien que le jeune homme désirait qu'ils forment une famille. Tout pourrait sembler aller vite, mais pas pour eux. Ils se connaissaient depuis des années, travaillaient ensemble, vivaient déjà à deux, qu'est-ce qu'il fallait demander de plus ? Surtout que Sasuke n'avait de cesse de montrer par des petites attentions qu'il aimait la fleur. Cette dernière lui montrait également son amour par de la tendresse. Sans qu'il n'y fasse attention, elle l'embrassait par surprise, ce qui accélérait le cœur du ténébreux ou elle le prenait dans ses bras. Mais jamais rien ne se passait au bureau, c'était une des règles qu'ils avaient décidé d'adopter même si le personnel savait déjà ce qui en retournait entre eux.

***

Un mois plus tard, c'est-à-dire au septième mois de grossesse de Sakura, cette dernière était de plus en plus fatiguée et elle avait besoin sans cesse de se reposer. Du coup, elle ne faisait plus qu'un quart temps au bureau et Sasuke voulait vraiment la relever de son poste jusqu'à l'accouchement. Tout se passait bien entre eux, même s'ils n'avaient toujours pas fait l'amour. Le brun avait patienté jusque maintenant, il était donc inutile de se presser. Surtout que lorsqu'il poussait ses caresses un peu plus loin qu'il ne le devait, tout le corps de la fleur se tendait. C'était un signe pour lui, ne surtout pas brûler les étapes.

C'était donc un matin comme un autre et Sakura dormait toujours pendant que Sasuke se préparait pour aller bosser. Il n'avait toujours rien dit à la rose de l'évolution de la procédure qu'il avait entamé contre Suigetsu. Les choses traînaient mais au moins, la date de l’audience avait été fixée. Il ne restait plus que deux semaines et enfin, il allait pouvoir faire fonctionner la justice contre celui qui avait osé faire du mal à sa belle. L'Haruno n'était pas obligé d'être présente, le ténébreux s'était arrangé pour que lui seul le soit. De toute façon, tant que l'avocat était là, le client n'était pas obligé de faire le déplacement et Sasuke comptait bien jouer sur cette carte-là. Pas question que Suigetsu fasse encore du mal à la fleur d'une quelconque manière.

« Sasuke... murmura Sakura. »

Sasuke qui était dans la chambre en train de s'habiller se retourna et fit un sourire à sa belle qui avait à peine les yeux ouverts. Il alla la rejoindre tout en laissa sa chemise ouverte et s'installa au bord du lit pour ensuite caresser le dessus de la tête de la rose.

« Dors encore un peu, il est tôt.
- Tu pars déjà ?
- Je bois une tasse de café et j'y vais. Toi tu restes à l'appartement aujourd'hui, tu as besoin de te reposer.
- Je peux venir travailler au cabinet cette après-midi tu sais, répondit la rose après avoir baillé.
- Pas question, repos ! Tu en as grandement besoin ! D'ailleurs, je pense qu'il serait temps de lever le pied totalement.
- Que veux-tu dire ? Demanda Sakura en boutonnant la chemise du brun.
- Que je te mets en arrêt, répondit le ténébreux tout en frissonnant en sentant les doigts de la fleur frôler sa peau.
- Hum...
- Tu reprendras après l'accouchement.
- D'accord... J'irais faire quelques courses alors cette après-midi.
- Ok, tu veux un peu d'argent ?
- J'en ai dans mon portefeuille.
- Tu en es certaine ? Je te laisse ma carte de crédit si tu veux et prends la voiture.
- Bien mon capitaine, répondit Sakura sur le ton de la plaisanterie. »

Sasuke aimait bien quand elle l'appelait ainsi. Il se pencha et lui donna un doux baiser pour ensuite se relever. Sakura, elle, rabattit la couverture sur elle, étant encore fatiguée. Il ne lui fallut pas longtemps pour se rendormir et c'est avec un doux sourire sur les lèvres que le ténébreux quitta la chambre.

Rien ne pouvait entacher leur petite idylle, ou presque...

***

Comme elle l'avait dit à Sasuke, Sakura était partie faire des courses durant l'après-midi. Elle avait pris la carte bancaire du brun, mais ne l'avait pas utilisé, ayant assez sur elle. À présent, elle rangeait les courses dans le coffre de la voiture, ravie d'avoir terminé. Elle le referma ensuite, clé en main elle se dirigea vers la portière côté conducteur et l'ouvrit, mais au moment où elle allait entrer dans l'habitacle, la portière se referma violemment, elle eut tout juste le temps de se reculer pour pas que sa main soit calée entre le métal de la voiture et la portière.

Le cœur battant à tout rompre, après avoir poussé un petit cri, elle regarda qui avait osé lui faire ça et lorsqu'elle tomba sur les yeux de son ex qui étaient moqueur et mal saint, elle prit peur. Elle n'avait pas pensé le revoir un jour, elle avait surtout cru ne plus entendre parler de lui.

« Salut Sakura, fit-il sur un ton mesquin. Ça faisait longtemps dis donc...
- Suigetsu, murmura la rose.
- T'es sexy en cloque, tu le sais ça ?
- Que veux-tu ? Osa demander la fleur malgré que la peur ne la quittait pas.
- Tu sais que tu ne manques pas de toupet pour m'attaquer en justice ?
- Quoi ?
- Tu crois que ton larbin va avoir gain de cause ? Je peux dire ce que je veux pour retourner la situation contre toi.
- Je ne t'ai jamais rien fait.
- Et tu crois qu'aller dire que je te frappais va me rendre fou de joie ? Tu sais pourtant que je ne supporte pas quand tu m'irrites.
- C'est toi qui as foutu notre couple en l'air !
- Et tu t'es jeté directement dans les bras de ce débile d'avocat.
- Sasuke n'est pas débile.
- Tu ne t'imagines quand même pas que je vais le laisser mettre la main sur mon gosse ?
- Quoi ?
- Il est à moi, tout comme toi ! Claqua le jeune homme en empoignant la rose et la poussant contre la voiture, elle eut de fait, mal au dos sous l'impact.
- Aie, tu me fais mal !
- Il serait temps que tu reviennes à la maison, tu ne crois pas ?
- Lâche-moi, fit la rose. Au secours ! Cria-t-elle.
- C'est inutile, je vais te faire regretter ce que tu me fais, tu me supplieras ensuite d'arrêter et tu redeviendras sage ! »

Sakura avait peur, très peur même. Elle savait de quoi son ex était capable et elle savait aussi qu'il allait recommencer à la frapper. Elle ne pouvait pas se laisser faire, alors elle se débattit du mieux qu'elle le pouvait tout en s'égosillant et en appelant à l'aide. Suigetsu ricana, il la gifla et ce fut un passant qui intervint alors qu'il marchait en direction de sa voiture.

Suigetsu parti, promettant à la rose qu'il n'allait pas en rester là et qu'il savait où elle vivait. Sakura, elle, elle s'écroula sur le sol, le cœur battant, une main sur son ventre. La personne qui l'avait « sauvée » vint près d'elle, insistant pour savoir si elle allait bien et si elle voulait qu'il appelle la police. Au bout de quelques minutes, la rose reprit tout doucement ses esprits pendant que son cœur se calmait. Elle répondit donc à l'inconnu qu'elle allait bien et qu'il était inutile d'appeler la police, qu'elle allait rentrer chez elle. Il l'aida à se relever et elle monta enfin dans sa voiture sous le regard inquiet de l'inconnu. Elle mit le contact fit marche arrière pour quitter le parking et prendre la route.

Son esprit était en ébullition, elle avait toujours autant peur et c'est sur la route de l'appartement de Sasuke qu'elle réalisa qu'elle n'avait même pas remercié la personne qui était venu à son aide...

***

Sasuke n'avait pu rentrer qu'en fin d'après-midi. Il avait dû assister à une réunion où il ne pouvait se dérober, bien qu'il était très inquiet pour la fleur. Elle l'avait appelé quand elle était rentrée, mais à sa voix il avait su que quelque chose n'allait pas. Il lui avait demandé ce qu'elle avait et elle s'était mise à pleurer. À partir de ce moment-là, il n'avait eu de cesse de s'inquiéter et de vouloir être auprès d'elle. Tout ce qu'il avait compris, c'était qu'elle avait peur.

Du coup, en rentrant chez lui, il n'attendit pas et il se rua dans le salon. Il ne devait pas la chercher plus longtemps, elle était là, dans le fauteuil, une couverture autour de son corps. Il s'approcha d'elle et il put voir ses yeux rouges, tristes, torturés. Il se mit directement à genoux face à elle et il lui caressa le visage.

« Saky... qu'est-ce qui ta mise dans un tel état ?
- Je l'ai revu... chuchota la rose en se mettant à trembler.
- Tu as vu qui ?
- Sui... Suigetsu...
- Il t’a fait quelque chose ?
- Hum... affirma la fleur. Il a été... menaçant. Il m'a plaqué contre la voiture et a dit que je lui appartenait et qu'il savait que le bébé était le sien. Je... fit la rose, laissant une larme couler sur sa joue, il veut me faire regretter le fait que tu l'attaques en justice...
- Je vois, il a eu la convocation.
- Tu ne m'as pas dit que tu le traînais devant le tribunal.
- Quand tu m'as dis ce qu'il t'avais fait il y a quelques mois, je t'avais dit que je me chargeais de lui, tu t'en souviens ?
- Oui, souffla la rose.
- Eh bien j'ai pu avoir une audience et il va devoir répondre de ses actes !
- Mais il sait où je vis, il sait que je suis avec toi ! Paniqua Sakura. Il va me faire du mal, à moi et au bébé ! Il est très fâché !
- Il ne te fera rien, tu m'entends ? Fit Sasuke en se redressant et en mettant ses mains sur les joues de la rose. Jamais !
- Sasuke, murmura Sakura qui se remit à pleurer. »

Le brun mit un genou sur le divan et attira la fleur à lui pour la prendre dans ses bras. Il la sentait effrayée, ce qui était très compréhensible. Il ne savait pas comment ça se faisait que Suigetsu savait quand et où elle allait faire les courses, ou alors, c'était un pur hasard et il avait voulu lui faire peur en la voyant seule. Ce type était vraiment fou ! Qu'est-ce qu'il gagnait à traiter Sakura de la sorte alors que pendant des mois il avait été le parfait petit ami ?

Jamais il ne lui permettrait qu'il lui fasse à nouveau du mal, encore moins au bébé, à son bébé. Car même si ce n'était pas lui le père biologique, il aimait déjà cet enfant qui n'avait pas encore vu le jour comme s'il était le sien. Il avait accompagné Sakura étape par étape, il s'était investi, l'avait senti bouger, avait entendu son cœur battre. Pour Sasuke, c'était sa fille qui grandissait dans le ventre de sa belle.

« Il ne t'approchera pas, je t'en fais la promesse. »

Cette phrase, c'était à peine un chuchotement, mais le ténébreux comptait bien tenir cette promesse qu'il venait de citer à voix haute. Sakura s'écarta légèrement de lui et ils se regardèrent. Le brun lui retira les larmes restantes et il l'embrassa tendrement. La rose profita de ce doux échange pour passer ses bras autour du cou de Sasuke et elle l'attira à lui tout en se couchant. De ce fait, l'Uchiha se retrouva au-dessus de sa belle. Il avait arrêté de l'embrasser, surpris qu'elle l'attire à elle de la sorte et il la sonda, cherchant un quelconque signe suite à ce geste.

Il avait tellement envie d'elle, il se refrénait à chaque instant, surtout la nuit lorsqu'il sentait son corps collé contre le sien et qu'il l'avait dans ses bras. Dans ces moments-là, son désir pour elle se faisait plus vivace et il avait de plus en plus de mal à ne pas la toucher comme il le désirait.

Sakura, elle, bien qu'elle ne dise jamais rien sur ce qu'elle voulait de Sasuke et qu'elle n'arrivait pas à lui demander qu'il la touche, elle voulait bien plus avec le brun. D'un autre côté, si elle faisait l'amour avec lui, elle avait peur d'avoir mal à nouveau. La dernière fois, Suigetsu l'avait marqué psychologiquement et physiquement, elle était donc restée braqué sur ce qu'elle avait vécu ce jour-là. Elle ne savait pas ce qu'elle devait faire, mais elle avait tellement envie que Sasuke aille plus loin avec elle sans aller trop loin. C'était égoïste de sa part, lui qui l’aimait depuis tellement de temps...

« Saky... chuchota Sasuke.
- Embrasse-moi, dit-elle sur le même ton. »

Le ténébreux sourit et embrassa à nouveau sa belle pendant que cette dernière glissait ses doigts dans ses mèches corbeaux à l'arrière de sa nuque. Sasuke se plaça entre les jambes de la rose et caressa ses cuisses à travers le pantalon qu'elle portait. Le désir monta en flèche en lui, il dû faire appel à tout son self-contrôle pour ne pas aller trop vite et trop loin. De plus, il ne pouvait pas faire comme il le voulait vraiment, avec le ventre de Sakura entre eux, ce n'était pas facile.

Il senti les mains de Sakura descendre sur ses épaules, il en frissonna pendant qu'il explorait sa bouche de sa langue. Elles descendirent encore plus, allant jusque dans le bas de son dos où elle lui souleva sa chemise. Il eut l'impression de se liquéfier sur place, les frissons qui parcouraient son corps étaient divins. Il cessa de l'embrasser, déplaçant sa bouche vers le cou de sa belle pour lui déposer un millier de petits baisers. Il suça ensuite le lobe de son oreille, la rose se mit à gémir doucement. Il se mit donc à le lui mordiller pour ensuite le lécher.

Sakura avait l'impression de basculer dans un monde inconnu. Une excitation incommensurable montait en elle, son cœur pompait dans sa cage thoracique, ses membres et ses muscles se tendaient, sa respiration s'accélérait. Elle désirait Sasuke bien plus fort à présent et elle ne voulait pas qu'il arrête.

Toutefois, elle fut surprise lorsqu'il se recula. Ses doigts glissèrent sur les côtes du brun, sous la chemise, il en frissonna. Elle plongea ses yeux dans les siens et elle put ainsi voir toute l'étendue de son désir. Elle sentait même une bosse contre le haut de sa cuisse, signe que le ténébreux bandait dans son pantalon.

« Sasuke, souffla la rose.
- On ne peut pas aller trop vite, ça te blesserait.
- Mais... j'ai...
- Je sais, moi aussi j'ai envie de toi. »

Sakura détourna la tête, vexée. Mais elle sentit que Sasuke se penchait à nouveau vers elle pour lui tourner le visage vers lui et il l'embrassa. Il se redressa ensuite, ravi de voir des rougeurs sur les pommettes de sa belle. Il lui prit la main et la redressa doucement pendant qu'il se levait.

« Viens, dit-il simplement. »

Sans comprendre elle le suivit. Ils allaient vers leur chambre et une fois dans la pièce, Sasuke se tourna vers elle pour l'embrasser à pleine bouche. Ils ne pouvaient pas aller trop vite, mais ils pouvaient au moins sauter une étape et le brun comptait bien faire découvrir à la rose quelque chose qu'il aimait particulièrement faire.

Tout en l'embrassant, il la dirigea vers le lit ou doucement, il la fit asseoir. Ils cessèrent leur baiser ensuite et Sakura s'allongea sur le lit, ravie et nerveuse tout à la fois. Son cœur repartait même au galop ! Sasuke retira sa chemise qu'il balança à terre et en le voyant torse nu, même si ce n'était pas la première fois, la rose ne put s'empêcher de rougir.

Avec lenteur, il lui défit le bouton de son pantalon et abaissa sa braguette. Sakura l'observa, la bouche légèrement ouverte et d'un tendre sourire, le ténébreux la rassura. Les mots n'étaient pas utiles, il pouvait seulement lui montrer par des gestes qu'elle pouvait lui faire confiance.

Il lui abaissa donc son pantalon ainsi que sa culotte. De ses mains tremblantes, elle le stoppa en les posant sur ses bras et Sasuke releva sa tête. Il put voir ainsi de la crainte dans les prunelles de sa bien-aimée et il se mit à sa hauteur pour l'embrasser après lui avoir enlevé complètement le bas.

« N'aie pas peur, lui chuchota-t-il. »

Sakura ne put répliquer, elle ne savait pas quoi dire ! Elle ne pouvait qu'observer Sasuke qui glissa ses mains sur ses cuisses, il les souleva et il se pencha. Là, elle retint son souffle et lorsqu'elle sentit la langue du brun caresser ses lèvres intimes, ce fut comme si une décharge électrique passa dans tout son corps. Elle ne put que pousser un petit cri pendant que le ténébreux glissa lentement sa langue au cœur de sa féminité.

Sakura poussa des complaintes, appréciant cette caresse osée que Sasuke lui offrait. Elle accrocha ses doigts aux draps, ses jambes se tendirent, s'agitant quelque peu, son sexe devenait mouillé et elle avait l'impression qu'elle était gonflée dans cet endroit si délicat. Son corps ne lui obéissait plus, les ondes d'excitations avaient pris la place. De deux doigts, le ténébreux appuya sur son petit bouton sensible, toujours en continuant de la visiter de sa langue. La rose ne put que crier son plaisir pendant que son corps se relâchait, laissant le plaisir se déverser dans son corps tout entier.

Pendant qu'elle se laissait aller sur le matelas, le souffle court, Sasuke se retira lentement et regarda la rose amoureusement. Depuis le temps qu'il avait voulu faire ça, enfin c'était fait et il n'était pas du tout déçu, loin de là !

Il s'allongea à côté de sa belle, même s'il la désirait toujours aussi fort. Elle tourna sa tête vers lui et il l'attira à lui pour ensuite lui caresser le visage et lui embrasser le front. Elle se tourna sur le côté, se lova contre lui et il rabattit la couverture sur ses jambes pour éviter qu'elle ne prenne froid.

Sakura s’endormit assez rapidement après un tel orgasme pendant que Sasuke resta là, heureux d'avoir pu franchir une étape de plus avec sa belle et d'avoir réussi à la détendre...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana--chan
Modérateur
avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 33


MessageSujet: Re: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   Lun 18 Mai - 0:31

One-shot de Sana-chan



Be with you 3/3


Pendant les jours qui suivirent, Sakura paniqua, pensant qu'à tout moment son ex pouvait se rappliquer. Sasuke la rassurait du mieux qu'il le pouvait, il lui donnait encore plus de tendresse, la prenait plus souvent dans ses bras pour qu'elle oublie et ne pense qu'à lui. Malheureusement, ça ne suffisait pas, elle restait même cloîtrée dans l'appartement, guettant pour la plupart du temps par la fenêtre. Le brun avait fait mettre une sécurité, avec un code à la demande de la fleur. Mais ça aussi, ça ne la rassurait pas.

Elle avait l'impression de devenir folle, elle angoissait pour tout et n'importe quoi. À tel point qu'elle en devenait même malade, plus rien ne restait dans son estomac. Ses nuits étaient agitées, en proie à d’horribles cauchemars. Sasuke faisait du mieux qu'il le pouvait pour la sortir de cette torpeur, hélas, c'était vain.

Le jour de l’audience était enfin arrivé, Sakura n'avait pas voulu accompagner le brun, il ne le lui avait même pas demandé, connaissant parfaitement la réponse. Elle était resté au fond de son lit, la couette jusqu'à son menton et ce, même lorsque Sasuke lui avait embrassé le front avant de partir. Ce dernier était conscient de son mal-être et il espérait qu'en ce jour, ce cauchemar prenne fin.

Il rentra chez lui en début d'après-midi, éreinté quand même d'avoir vécu une telle matinée. Ça avait été l'effervescence au tribunal, mais il en était ressorti le cœur plus léger. S'il faisait ce métier, être avocat, c'était pour que justice soit rendu et enfin, elle l'était !

Lorsque Sasuke pénétra son appartement, il ne vit pas Sakura dans le salon, il alla donc vers la cuisine en pensant que peut-être elle se faisait à manger. Une fois à l'entrée de la pièce, il la vit. Des larmes dévalaient ses joues, la tristesse peignait son visage et elle observait de la nourriture que son estomac ne supportait même pas.

Elle releva son visage vers le ténébreux et en quelques pas, il s'approcha d'elle. Il savait que dès qu'il lui dirait la bonne nouvelle, elle irait mieux, il en était certain. Il prit son visage en coupe et de ses pouces, il lui retira ses larmes. Il ne comptait pas attendre plus longtemps.

« Sakura...
- Il est libre, c'est ça ? Paniqua la rose.
- Non, il a pris pour quinze ans, il est en prison.
- Hein ?
- Visiblement, il avait plusieurs délits à son actif. Bagarre, menace, vol et s'il a été viré de son emploi, c'est parce qu'il avait détourné des fonds, ce n'est pas rien. Tu peux avoir l'esprit tranquille, il ne peut plus rien te faire.
- C'est vrai ?
- Oui, et tu n’es pas la seule fille qu'il a violée, d'autres ont témoigné contre lui. Je n'étais certain de rien, c'est pour ça que je ne t'en ai pas parlé. J'avais eu certains témoignages mais je n'étais pas le seul à l'attaquer aujourd'hui, avoua-t-il. C'est fini, souffla le brun en posant son front contre celui de la rose. C'est fini... répéta-t-il. »

Sakura se remis à pleurer mais cette fois-ci de soulagement. Son cauchemar était terminé et elle avait l'impression qu'un poids énorme quittait son cœur. Sasuke la serra contre lui, maintenant, ils allaient pouvoir aller véritablement de l'avant, leur couple pouvait avancer sans crainte ni angoisse.

C'était un nouveau départ pour eux, sans plus aucune ombre au tableau...

***

Sasuke tournait en rond comme un lion en cage. Cela faisait toute la nuit qu'il était à l'hôpital, dans la salle d'attente. Il aurait pu assister à l'accouchement, mais il y avait eu quelques complications et on l'avait fait sortir. Entre temps, on l'avait quand même rassuré, lui disant que le travail était long et qu'il ne fallait pas s'inquiéter, mais tout de même ! Il ne supportait plus cette longue attente. Il désirait voir Sakura, pouvoir ne fut-ce que lui tenir la main pendant ce moment si dur et important.

Elle avait enfin atteint les neuf mois, elle avait eu des contractions dans la soirée et avait perdu les eaux. De ce fait, il l'avait amené à l'hôpital et les médecins avaient été inquiets par la fièvre de la rose qui était quand même assez élevé. Depuis il attendait et il avait l'impression de devenir fou !

« Sas'ke, tu vas me rendre dingue à tournoyer ainsi... assieds-toi !
- C'est trop long !
- Eh ben... souffla le blond. Jamais je n'aurais cru te voir un jour affolé de la sorte !
- Mais qu'est-ce qu'ils foutent ! Grogna le brun en s'affalant sur le siège à côté de son ami. »

Naruto avait accouru dès que Sasuke l'avait appelé. Ils étaient meilleurs amis, il était donc logique qu'il soit là en tant que soutien. Mais le blond ne savait pas quoi faire ni quoi dire pour calmer le ténébreux. Il avait même l'impression qu'il ne servait à rien et l'Uchiha le rendait nerveux a s'agiter de la sorte, même si jusqu'à présent, il gardait une certaine maîtrise, ce qui n'était pas du tout le cas de Sasuke.

« Te voir ainsi ne me donne pas du tout envie d'être père, lâcha Naruto qui ne savait pas quoi dire d'autre.
- Au cas où, dans huit mois c'est ton tour.
- C'est vrai, souri le blond. Mais tout de même, continua-t-il en reprenant son sérieux, tu me fous les boules ! »

Oubliant quelques instants son anxiété, Sasuke se mit à sourire en regardant son ami. Dire que lui aussi allait bientôt devenir papa... Hinata venait tout juste de tomber enceinte et elle avait appris la nouvelle à son compagnon quelques jours plus tôt. De ce fait, un souper avait été organisé et les filles avaient passé leur temps à rigoler.

La Hyuuga ainsi que Naruto avaient été ravie d'apprendre qu'enfin, Sakura et Sasuke formait un couple, quant à Ino, elle avait crié de joie, étouffant presque la rose en la prenant dans ses bras. Tout le monde était ravi pour eux et depuis que Suigetsu était derrière les barreaux, tout était tout beau et tout rose. Bien entendu, rien n'était parfait, le ténébreux et la fleur avaient goûté à leur première dispute de couple et s’était réconcilié très rapidement. Ils n'étaient pas d'accord sur tout, mais s'aimaient, c'était le plus important.

Ils avaient décidé que Sasuke donnerait son nom au bébé et ils avaient même choisi un prénom ! L'Uchiha avait fait comprendre à Sakura qu'il aimait cet enfant comme si c'était le sien et qu'il ferait tout pour rendre leur fille heureuse. Elle avait pleuré de joie et ils s'étaient câlinés. Ils n'avaient toujours pas fait l'amour, mais les caresses et les baisers allaient de plus en plus loin. Tout se faisait tout doucement entre eux et Sasuke était le plus heureux des hommes. Il avait la femme qu'il aimait depuis des années auprès de lui, ils vivaient définitivement ensemble et il allait devenir papa, même s’il n’était pas vraiment le père, c'était tout comme.

Une infirmière s'approcha d'eux, le sourire aux lèvres et Sasuke se leva pendant que Naruto resta assis. Le cœur du brun battait à tout rompre, il n'avait qu'une envie, se retrouver auprès de sa fleur et de leur enfant. Naruto, lui, bien qu'il ne bougeait pas souriait, content de voir son meilleur ami si heureux même s'il avait passé la nuit à s'inquiéter de l'état de Sakura.

« Monsieur Uchiha ? Fit l'infirmière.
- Oui...
- Votre compagne a enfin accouché, vous pouvez venir voir votre fille.
- Eh ben, c'est pas trop tôt, murmura l'Uzumaki. »

Sasuke partit, bien qu'il ait entendu cette phrase prononcé sur un ton ironique. Il connaissait son ami par cœur et il savait pourquoi il disait cela. Enfin, il n'allait plus tourner en rond et il allait pouvoir rejoindre celle qu'il aimait. Pendant que le brun s'éloignait, le blond prit son portable. Il était temps d'annoncer la bonne nouvelle à plusieurs personnes.

Arrivé devant la porte de la chambre, Sasuke inspira un bon coup et pénétra la pièce. Sakura avait la chance d'être seule dans la chambre, aucune personne n'occupait le lit voisin et tout en s'approchant de la rose qui semblait épuisée, son cœur s'emplissait de joie à chaque pas qu'il faisait.

La fleur était redressée dans son lit, un merveilleux bambin dans les bras à la tignasse sombre. En s'installa au bord du lit, il put voir à quel point Sakura avait les traits tirés. Ses yeux étaient cernés, mais elle souriait. Il ne put que lui rendre son sourire et il posa ses prunelles sur le bébé qu'elle tenait dans les bras. Ses mirettes étaient ouvertes et elle avait des yeux bleus, ce qui surpris le brun. Elle avait d'adorable petites pommettes et une minuscule bouche. Il la trouvait à croquer.

« Tu veux la prendre ? Chuchota Sakura. »

Sasuke ne répondit pas et l'instant d'après, il se retrouva avec le bébé dans les bras qu'il observa comme si elle était la huitième merveille du monde. Ça ne faisait aucun doute que ce bébé allait embellir leur vie, il en était persuadé. Il l'aimait déjà tellement !

« Elle est magnifique, murmura Sasuke. Surprenant qu'elle ait les yeux bleus...
- L'infirmière m’a dit que tous les bébés avaient des yeux bleus à la naissance, la vrai couleur vient après.
- Hum... je suis certain qu'elle aura tes yeux.
- Elle fait quarante-huit centimètres et pèse deux kilos cinq cent.
- Ce n'est pas trop peu ?
- Non, on m'a assuré qu'elle prendrait du poids avant ma sortie d'hôpital.
- Tu as décidé si tu allais l'allaité ou non ?
- Oui, je vais le faire, je lui ai déjà donné à boire. »

Sasuke fit un tendre sourire à sa belle et baisa ensuite le front du bébé qu'il gardait dans ses bras et qui s'était endormi. Rien ne pouvait le rendre plus heureux...

« Tu m'as l'air épuisé, fit-il ensuite en regardant la rose.
- Je le suis, bailla cette dernière.
- C'est tout à fait normal madame, fit une infirmière qui entrait dans la chambre. Alors, comment vous allez appeler cette charmante petite demoiselle ?
- Eh bien... fit l'Haruno en regardant Sasuke. Sarada, Uchiha Sarada, répondit-elle en regardant l'infirmière.
- C'est un très joli prénom que vous lui donnez là. »

Le couple se regarda en souriant et Sasuke se leva pour poser le bébé dans son petit berceau. Il retourna ensuite près de Sakura pour l'embrasser pendant que l'infirmière partait, les laissant seuls. Il la prit ensuite dans ses bras et la rose se pelotonna contre lui, ravie de sentir son corps tout contre le sien.

C'est épuisée qu'elle s’endormit, mais heureuse d'avoir enfin mis au monde son adorable petite fille...

***

Sasuke n'avait encore jamais goûté à la vie d'avoir un bébé chez lui. Si la journée tout semblait rose avec un merveilleux bambin dans son appartement, la nuit, c'était tout autre. Au début il trouvait ça amusant, il trouvait même que ça embellissait l'air de l'appartement. Mais indéniablement, entre pleurs, cris, la tété et les heures où il restait debout avec Sakura, le manque de sommeil se faisait ressentir.

La fleur pouvait se reposer la journée puisqu'elle restait à la maison, mais lui, il n'avait pas le temps et il avait peur un jour de piquer du nez dans sa tasse de café. Évidemment il n'en voulait pas à Sarada, c'était ça que vivait des jeunes parents. Il fallait que Sakura et lui trouve un rythme le temps que la petite passe ses nuits, mais en attendant, il était épuisé.

Il était quatre heures du matin, la tête du ténébreux était enfouie dans son coussin, il était couché sur le ventre, le torse dévêtu et d'un œil à moitié ouvert, il observait son réveil. Sakura venait juste de se lever et elle était dans la chambre de Sarada pour lui donner à boire, mais il était trop tard, les pleurs l'avaient réveillé.

Il se tourna sur le dos en mettant un bras sur son front. Cela faisait trois semaines que Sakura avait accouché et deux qu'elle était rentrée à la maison avec la petite. Pendant le séjour de la rose à l'hôpital, lorsqu'il était chez lui, ça lui avait fait bizarre. Du coup, il avait passé le plus de temps possible auprès de sa bien-aimée après le boulot.

Ino et Kiba étaient venus la voir ainsi que leurs autres amis. Hinata s'était même ébahi devant la mine du nourrisson. Temari était également passée, les félicitant. Elle avait chuchoté quelques mots à Sakura qui avait rougi. Sasuke n'avait jamais su ce qu'elle avait dit, mais celle qu'il aimait plus que de raison avait eu l'air heureuse.

Temari s'en sortait plutôt bien au poste de la rose, Sasuke l'avait même engagé à plein temps le temps de l'absence de Sakura au boulot. Ils n'en avaient pas parlé, mais le brun désirait qu'elle prenne le temps avec leur fille. Si elle ne voulait pas retourner au boulot dès son congé de maternité terminé il ne lui en voudrait pas, bien du contraire.

Entre Sasuke et Sakura, rien n'avait été plus loin, bien qu'ils se désiraient l'un et l'autre. Mais il était encore trop tôt pour la rose, le brun le savait pertinemment. Il lui avait dit qu'ils iraient à son rythme, toutefois, il désirait la fleur de plus en plus, bien qu'elle ne soit pas disposée, physiquement, à faire quoi que ce soit avec lui. Il espérait toutefois qu'une fois qu'elle le serait, qu'ils passeraient ce cap et qu'ils pourraient enfin être un couple comme les autres. Car il fallait le dire, dormir avec la personne qu'on aimait et pas pouvoir lui faire l'amour était frustrant, même s'il savait les craintes de Sakura vis-à-vis de ce qu'elle avait vécu avec Suigetsu.

La rose revint près de lui quelques minutes plus tard et elle s'allongea à son côté. Il l'attira directement à lui pour la serrer contre lui. Sakura ne rechigna pas, bien du contraire. Elle se lova même contre lui. Il lui baisa le front et elle passa un bras autour de la taille de Sasuke qui tressaillit sous ce doux geste.

« On t'a réveillé, chuchota la fleur. Je suis désolée.
- Ne t'excuse pas, ce n'est rien, la rassura Sasuke. Sarada s'est rendormie ?
- Oui, elle a bu, je l'ai changé et elle s'est endormie directement. J'espère qu'elle passera vite ses nuits.
- Moi aussi, répondit le brun en baillant. »

Sakura redressa légèrement sa tête et baisa la joue de son amoureux. Ils se regardèrent ensuite et la rose nicha sa tête dans le cou du ténébreux. Elle était heureuse, pas une seule fois Sasuke n'était de mauvaise humeur lorsqu'il était réveillé en plein milieu de la nuit par les pleurs de Sarada. Pour elle, c'était l'homme parfait.

« Tu sembles si fatigué, murmura-t-elle contre sa peau.
- Ne t'inquiète pas pour ça, bientôt ça ira mieux lorsque Sarada passera ses nuits.
- Hum... »

Ils ne parlèrent plus ensuite et ils se rendormirent eux aussi après que Sasuke l'ait serré un peu plus fortement contre lui. Oui, il était épuisé, mais non, ça ne le dérangeait pas tant que ça même si la journée, au tribunal et au bureau par moment c'était dur. Lorsqu'il rentrait le soir chez lui, il était aux anges lorsqu'il retrouvait la femme qu'il aimait avec la petite qu'il prenait comme sa propre fille.

***

Lors d'un samedi, pendant que Sakura préparait le souper, Sasuke, lui, avait Sarada dans ses bras. Elle avait à peine un mois à présent et déjà, elle pouvait éclater de rire lorsqu'on jouait avec elle. La rose avait trouvé ça surprenant au départ, mais l'infirmière qui venait à domicile pour voir si tout se passait bien l'avait rassuré sur ça en lui disant qu'il était normal que la petite éclate déjà de rire.

De la cuisine, tout en s'essuyant les mains avec un essuie elle les observa, attendrie. Sasuke faisait rire Sarada en la soulevant doucement pour la rattraper de ses mains. Il riait avec elle et la rose ne pouvait être que ravie. Le brun se comportait en véritable père, du moins, c'était l'impression que l'Haruno avait en les voyant ensemble. Elle s'amusait même parfois à imaginer que Sarada ressemblait vraiment à Sasuke avec ses petits cheveux noirs et ses yeux foncé. Le bleu avait viré sur le marron foncé et lorsqu'elle était vu avec son homme, on pouvait vraiment pensé qu'ils avaient un lien de parenté.

« Sasuke, fais attention, la prévint Sakura. Elle a mangé il n'y a pas longtemps elle pourrait... »

Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase que la petite régurgita sur le tee-shirt du brun. Sakura se retint de rire face à la mine penaude de Sasuke et le petit rire de Sarada.

« Mouais... fit Sasuke. Je n'avais pas pensé à ça...
- Donne-la moi, sourit la rose en prenant le bébé.
- On ne m'y reprendra pas à deux reprises... Et ne te moque pas !
- Désolée... répondit Sakura en rigolant doucement tout en frottant la bouille de sa fille. »

Sasuke retira son haut prestement, heureusement que le vomi n'était que sur son vêtement. En plus, ça ne sentait pas trop bon... Sakura se mit à rougir en voyant le torse du brun, bien que ce ne soit pas la première fois qu'elle pouvait le voir à moitié nu. Sasuke vit ses petites rougeurs et il ne put que sourire pour ensuite partir dans leur chambre commune. Ça ne faisait aucun doute pour lui, la demoiselle n'était pas insensible et ça il l'avait compris depuis pas mal de temps.

Peut-être que finalement, c'était à lui de faire accélérer les choses entre eux...

***

Changer un bébé, généralement un homme n'aimait pas trop ça et Sasuke comprenait à présent pourquoi. Enlever le caca de sa fille n'était pas quelque chose qu'il appréciait faire. Il faisait tout pour ne pas renifler cette odeur nauséabonde qui emplissait la salle de bain. Sarada qui était couché sur la table à langer babillait, ravie qu'on lui nettoie le postérieur. Elle faisait de petits sourires en voyant son père faire des grimaces et se battre avec le lange et la lingette.

« Ça te fait rire hein ? Petit monstre... »

Pour toute réponse, la petite ria à petit coup et enfin, le brun pu lui mettre un propre lange. Il lui avait donné son bain le matin même et Sasuke avait adoré faire cela. Mais lorsqu'il fallait enlever son caca, c'était tout autre.

Sakura était partie faire quelques courses et il était resté à la maison avec Sarada pour que la rose puisse aller plus vite. Ils sortaient parfois à trois, mais de temps en temps, l'un ou l'autre restait à l'appartement avec le bébé pour plus de facilité.

« Tu t'en sors ? Demanda la rose qui venait de rentrer.
- Ouais, je deviens le pro du lange !
- C'est sûr que depuis que tu le lui as mis à l'envers la première fois que tu l'as changé... pouffa l'Haruno.
- Sans commentaire ! »

Sakura se mit à rire et Sasuke prit la petite dans ses bras pour ensuite se tourner vers celle qu'il aimait. Elle le regardait amoureusement et il en faisait de même. Depuis que Sarada était entrée dans leur vie, tout semblait parfait, hormis le fait qu'ils ne se soient pas encore donné complètement à l'un et à l'autre.

« Tu as trouvé tout ce dont tu avais besoin au magasin ?
- Oui, je vais aller préparer le souper de ce pas. À moins que tu veux que je m'occupe de la petite ?
- Non ça va, je gère. »

Sakura lui sourit tout en s'approchant de lui. Elle se mit sur la pointe des pieds et l'embrassa chastement pour ensuite baiser le front de sa fille. Elle quitta la pièce après pour aller dans la cuisine déballer les courses et commencer à préparer à manger.

Sasuke, quant à lui, il jeta le sale lange et repartit dans le salon pour mettre la petite dans sa petite balancelle...

***

En fin de week-end, après s'être beaucoup occupé de la petite, Sasuke était éreinté. Certes, au bout de deux mois, Sarada commençait à mieux dormir la nuit, mais la journée, elle prenait énormément d'énergie à ses parents. C'était un bébé déjà bien éveillé et Sasuke et Sakura avaient très peu de temps pour eux.

La rose se coiffait les cheveux, elle venait de prendre sa douche, laissant le brun coucher la petite. Ce dernier entra dans la chambre, enleva son haut, ayant pris sa douche un peu plus tôt et il se laissa tomber sur le lit.

Sakura posa sa brosse à cheveux et le regarda avec un doux sourire. Le ténébreux avait les paupières closes et elle était vraiment attendrie de voir la manière dont il s'occupait de Sarada. Ça la touchait plus qu'autre chose car il n'était pas le père biologique de sa fille.

Elle se mit à son côté, en position assise et elle lui caressa les cheveux tout en se penchant vers lui pour lui embrasser le front. Sasuke ouvrit ses paupières et sonda ses iris à ceux de la rose. Ils avaient tous deux le cœur battant, comme si subitement, ils savaient ce qui allait se produire.

Sasuke tendit ses bras vers Sakura pour poser ses mains sur son cou. Il l'attira à lui et l'embrassa tendrement. Il sentait que c'était le moment, c'était maintenant qu'il devait lui montrer toute l'étendue de son amour pour elle.

Son désir pour elle monta crescendo, mais Sakura aussi. Elle ressentait même des papillons dans le ventre pendant que de sa langue, Sasuke l'emmenait dans un baiser endiablé, rempli d'amour et de désir.

Elle avait toujours peur, elle ne savait pas si elle était capable de s'unir à nouveau à un homme, mais elle voulait aussi prendre sur elle. Sasuke avait tant fait pour elle, il l'aimait tellement depuis des années ! Comment pouvait-elle se refuser à lui ? Lui qui était la douceur même... Il avait été patient, doux, compréhensible. Elle ne pouvait pas continuer à vivre avec lui si elle ne lui rendait pas son amour, si elle ne se donnait pas à lui.

Ils s'écartèrent, à bout de souffle, le cœur pompant comme un fou dans leurs poitrines. Ils se sondèrent et il ne fallait pas de mot pour dire ce que chacun attendait de l'autre. Sasuke était peut-être fatigué, mais aimer la rose en l'étreignant, en lui faisant l'amour, il en était bien capable. Depuis le temps qu'il attendait ça !

« Si tu ne veux pas, dis-le-moi maintenant ma puce.
- Non, si c'est toi ça va.
- Tu es sûre ?
- Oui. »

Lentement, il la retourna pour l'allonger sur le dos et il se mit au-dessus d'elle. Sakura tendit ses bras pour aller lui caresser les cheveux et il se laissa faire, appréciant cette douceur qui n'appartenait qu'à elle. Elle posa ensuite ses lèvres sur les siennes et ils échangèrent un nouveau baiser pendant que Sasuke glissait ses mains sous le haut de Sakura. Elle portait un pyjama en flanelle, mais le brun se jura qu'il allait le faire disparaître assez rapidement.

Il se redressa peu après, rompant leur échange et il souleva doucement le haut. Sakura souleva ses bras pour laisser faire Sasuke et il le lui retira complètement. Elle se mit à rougir et tourna sa tête sur le côté. Même si ce n'était pas la première fois qu'il voyait sa poitrine puisqu'elle lui avait déjà laissé le droit de la taquiner, ça rendait à chaque fois Sakura gênée. Se dénuder, même devant l'homme qu'on aimait pouvait être très embarrassant.

En la voyant avec d’adorables rougeurs, ses mains sur sa poitrine qu'elle avait mis par instinct, le brun ne put que sourire tendrement. Lentement il se pencha et lui desserra ses bras pour pouvoir admirer ses seins. Il les aimait, ils tenaient agréablement au creux de ses mains, ses tétons dans sa bouche l'exaltait, il n'avait qu'une envie, ne plus attendre !

Il lécha donc un téton du bout de sa langue, le corps de Sakura se mit à réagir sans attendre, il s'arque bouta vers sa bouche et il se mit à sucer ce petit bout de chair. Quand à l'autre sein, il se mit à le caresser et à taquiner l'autre téton par ses doigts. La rose se mit à gémir doucement et elle glissa ses doigts dans les mèches corbeaux du ténébreux. Ce dernier mordillait son téton, tournait sa langue autour, le suçait, l'aspirait, le léchait et Sakura crut devenir folle sous cette divine torture.

Dès la première fois où elle lui avait permis de toucher sa poitrine, Sasuke avait remarqué que lorsqu'il lui faisait ça, elle aimait. Elle était même très sensible et les sensations qu'elle ressentait étaient décuplées dès le premier coup de langue. Le brun savait donc comment faire pour déjà lui faire perdre la tête.

Lentement, il descendit vers son ventre avec sa bouche tout en déposant un millier de baiser. Le ventre de la rose se contracta, Sakura frissonna et serra les mèches du brun qu'elle avait entre ses doigts. Lorsqu'elle sentit la langue du ténébreux sur sa peau, la fleur crut qu'elle allait se liquéfier et sa respiration se fit haletante. Son désir pour cet homme monta d'un cran et elle serra les cuisses pour contrôler ce qui l'agitait le plus possible.

Sasuke redressa sa tête et se mordit sur sa lèvre inférieure tout en observant la rose. Il avait du mal à se contenir, lui qui avait attendu ce moment pendant des années ! Maintenant qu'il pouvait la toucher, qu'il avait son accord pour la faire sienne, il s'impatientait ou plutôt, son entre jambe s'impatientait ! Il se sentait déjà à l'étroit dans son pantalon, sa verge était bien éveillée et n'attendait qu'une chose, se fondre dans la moiteur de la fleur.

Il lui caressa ses cuisses tout en posant sa bouche sur son sexe à travers son pantalon de pyjama. Sakura se redressa sur ses coudes, ne s'attendant pas le moins du monde à ce qu'il l'embrasse là à travers son bas. Elle sentait qu'il faisait une légère pression avec ses mains dans ses caresses, elle en jeta la tête en arrière, restant redressé sur ses coudes. La bouche du brun s'appuya sur sa partie sensible par à coup, à chaque baiser qu'il lui donnait.

Doucement, après avoir passé ses mains sur les fesses de sa belle, Sasuke lui baissa le pantalon. Sakura se laissait faire, sachant très bien ce qu'il comptait faire. Il le lui avait déjà fait et elle avait grandement aimé. De plus, elle acceptait qu'ils aillent plus loin, elle voulait se donner complètement à l'homme qu'elle aimait et taire ses angoisses. Sasuke avait assez attendu...

Une fois complètement nue, Sasuke glissa ses mains sous les cuisses de la rose et comme il l'avait déjà fait il les souleva pour les mettre sur ses épaules pendant que lui se mettait à genoux. Il se mit ensuite à lécher les lèvres intimes de la rose et tout doucement, il plongea dans la moiteur de la fleur de sa langue. Cette dernière se crispa agréablement, sentant déjà les effluves de plaisir la parcourir et à l'aide de ses mains, elle s'accrocha aux draps.

Il la goûta, la lécha et plus il faisait bouger sa langue en elle, plus elle mouillait, appréciant cette divine caresse que le brun lui offrait. Tout le corps de Sakura se tendit et de ses doigts, Sasuke alla taquiner son clitoris pour lui donner plus de sensation. Bien vite, une fois le plaisir monté au summum, la rose se relâcha dans un petit cri, savourant les spasmes de plaisir qui parcouraient son corps.

Sasuke se retira ensuite, satisfait de lui avoir donné un orgasme et il s'allongea sur sa belle pendant que cette dernière avait le souffle haletant et le cœur qui faisait du rodéo dans sa poitrine. Elle l'encercla de ses bras pour le serrer contre elle et le brun glissa les siens dans son dos. C'était un tendre câlin mais c'était comme ça qu'ils étaient, emplis de tendresse l'un envers l'autre.

Sasuke se redressa ensuite en prenant appui sur le matelas à l'aide de ses mains et tous deux se sondèrent. C'était le moment, il était inutile pour eux d'attendre plus longtemps pour ne faire qu'un. Toutefois, le ténébreux savait les craintes de sa bien-aimée et il ne voulait en rien la brusquer.

« Tu es sûre de toi ? Lui demanda-t-il dans un chuchotement.
- Oui, souffla la rose. Mais doucement...
- Ne t'inquiète pas, je ne te ferais pas mal. »

Sasuke savait que c'était la hantise de la rose. Son dernier rapport avait été violent, son ex l'avait prise de force et il comptait bien utiliser toute la douceur et la délicatesse possible. Il avait envie d'elle, sa verge palpitait dans son pantalon, mais il devait faire attention et prendre sur lui.

Il roula sur le côté, se leva pour retirer son pantalon et son boxer, se mettant également nu et il ouvrit son tiroir pour prendre un préservatif. Il s'était toujours protéger, il ne pouvait donc pas avoir une quelconque maladie, mais mettre Sakura enceinte était un risque s'ils faisaient l'amour sans protection et ça, pour l'instant ce n'était pas d'actualité.

Lorsqu'il se retourna il la trouva assise dans le lit, rouge comme une tomate. Après tout, c'était la première fois qu'elle le voyait entièrement nu... Il alla la rejoindre à quatre pattes et l'embrassa d'un chaste baiser pour ensuite lui montrer le préservatif.

« Tu le mets ou je le fais ?
- Ce n'est pas vraiment utile...
- Sakura, tu as accouché il n'y a pas longtemps et tu sais comme moi que pour tomber enceinte, il suffirait d'une fois.
- Tu ne veux donc pas d'enfant avec moi ?
- Mon amour, on a déjà une fille.
- Je sais... mais j'ai vraiment envie de te sentir sans ce bout de plastique et puis je prends la pilule.
- Ce n'est pas fiable à cent pour cent.
- Ça aussi je le sais.
- Tu veux donc prendre le risque ?
- Je veux prendre tous les risques avec toi, parce que je t'aime, parce que tu prends Sarada pour ta propre fille, parce que tu me rends heureuse et que je sais qu'avec toi je n'ai pas à avoir peur.
- Dans ce cas, je m'incline, répondit Sasuke dans un doux sourire. »

Il posa le préservatif sur la table de nuit et attira la rose à lui pour l'embrasser tendrement. Il la coucha ensuite doucement, mais avant de se positionner sur elle, Sakura se retourna, inversant les rôles et elle se plaça sur son bas ventre. Elle avait les yeux pétillants, bien qu'une peur sourde lui tiraillait le ventre.

« Tu es sûre que tu veux dans cette position ? Demanda Sasuke qui était excité au possible.
- Oui, tu ne veux pas ?
- C'est toi qui décide mon amour.
- Hum... »

Sasuke plaça ses mains sur les hanches de Sakura et doucement, il la fit descendre jusqu'à son membre bien dressé. Lentement il la pénétra et la rose se mordit sur sa lèvre inférieure, là, il s'arrêta.

« Je te fais mal ?
- Non ça va, répondit la fleur dans un souffle.
- Tu es sûre ?
- Oui, ne t'inquiète pas, c'est juste que... ça fait longtemps... »

Sasuke lui sourit et doucement, Sakura commença à onduler, sentant le brun jusqu'au creux de son ventre. C'était une sensation exquise, même avec son ex elle n'avait connu quelque chose de si exaltant. Le brun était si doux, si prévenant alors qu'elle savait qu'il la désirait depuis bien longtemps.

Sasuke, quant à lui, il appréciait grandement être aux tréfonds de la fleur vaginale de sa compagne ainsi que de sentir ses parois se resserrer autour de sa verge. Plus Sakura ondulait et plus il se sentait défaillir. Toutefois, il faisait tout pour se contrôler, faisant seulement de petites poussées. Mais bien vite, il le perdit et la rose allait même plus vite dans ses déhanchements.

Il serra ses mains sur ses cuisses, lui intiment tout doucement un rythme de plus en plus rapide. Ils gémirent tous les deux, appréciant ce nouveau contact entre eux et bien vite, Sasuke la bascula sur le dos. Il lui releva les jambes et la pénétra plus fortement, faisant de longues poussées, la percutant à chaque fois un peu plus fort.

Elle s'accrocha à lui, elle lui griffa même le dos et tous deux ne purent empêcher leurs cris d'extases d'emplir la chambre. Sakura se mit une nouvelle fois à jouir, bien vite rejoins par son compagnon qui se déversa en elle. Il se laissa ensuite tomber sur le corps en sueur de la fleur et elle le serra tout contre elle.

Ils étaient comme dans une béatitude, écoutant leurs cœurs faisant du rodéo dans leurs poitrines. Ça avait été rapide, mais ni l'un ni l'autre n'était déçu, bien du contraire. Ils étaient même heureux, comblés...

Au bout de quelques minutes, après avoir récupéré une respiration quelque peu normale et leurs respirations s’étant calmé, Sasuke soupira et Sakura cru qu'elle avait fait quelque chose qui ne fallait pas. Toutefois elle ne dit rien, s'imaginant le pire.

« Désolé mon amour, fit Sasuke. Je ne me suis pas contrôlé...
- Oh... et moi qui croyait que tu avais soupiré parce que ça ne t'avais pas plu...
- Tu rigoles j'espère ? Fit le brun en se redressant. Tu étais parfaite, c'est moi qui n’aie pas fait attention. Je ne t'ai pas fait mal j'espère ?
- Tout va bien, cesse de t’inquiéter comme ça ! Répondit Sakura pour ensuite se redresser légèrement pour embrasser son amoureux. »

Sasuke lui sourit, rassuré quand même qu'il n'ait pas été trop brusque. Il se laissa ensuite tomber sur le dos et il attira la rose à lui pour l'encercler de ses bras. Il était encore plus fatigué qu'un peu plus tôt, mais toutefois, ravi d'avoir pu faire qu'un avec celle qui comptait tellement à ses yeux.

C'est plus ou moins en même temps qu'ils s'endormirent, le sourire aux lèvres...

***

Ce sont les pleurs d'un bébé qui réveillèrent Sakura le lendemain matin. Elle était couchée sur le côté, le dos tourné vers Sasuke et ce dernier se retourna pour prendre la rose dans ses bras bien qu'il ne soit pas totalement réveillé. L'Haruno remua, le brun l'attira à lui et tous deux savourèrent de sentir le corps nu de l'un et de l'autre.

Malheureusement, Sarada avait faim, il était l'heure pour elle de manger, ils ne pouvaient donc pas se prélasser au lit. Sakura ouvrit un œil et vit qu'il était six heures du matin. Cette fois, elle se réveillait avant son père. Le ténébreux lui embrassa d'ailleurs son épaule dans un geste de tendresse, mais qui montrait bien qu'il ne dormait plus.

« Elle est matinale aujourd'hui, chuchota-t-il.
- Hum...
- Tu veux que j'aille la chercher ?
- Non ça va, continua Sakura dans un murmure. Je vais le faire.
- Comme tu veux, je préparerais le café pendant ce temps. »

La rose se retourna vers son compagnon qui ne put s'empêcher de caresser la peau de sa bien-aimée. Maintenant qu'il avait fait l'amour avec elle, il ne comptait pas refréner cette envie qu'il avait de vouloir la toucher sans conteste.

Sakura tendit les bras pour attirer le brun contre elle et comme si c'était naturel, elle l'embrassa. Sasuke, quant à lui, il en fut émoustillé et il glissa sa langue dans la bouche de la rose tout en se mettant à caresser son corps. Voilà qu'à présent il avait envie d'elle !

Il s'écarta, il ne pouvait pas, pas quand sa fille avait faim et réclamait sa mère. Il se pencha sur le ventre de Sakura et lui déposa quelques petits baisers qui plurent à la rose. Il se redressa ensuite et déposa un chaste baiser sur les lèvres de sa belle.

« Toi, toute nue dans mes bras, ça va vraiment pas le faire... »

Sakura ne put s'empêcher de rire pendant que le brun se levait pour enfiler son training qui traînait dans la chambre. La fleur, elle, remonta le drap sur son corps. Elle était encore gênée, mais vivre de tel moment avec son amoureux semblait si simple, normal que le bonheur qu'elle ressentait prenait le dessus.

Sasuke quitta ensuite la chambre pour aller préparer le café, Sakura, elle, se saisit d'un tee-shirt au brun qu'elle respira pour ensuite l'enfiler. Elle aimait piquer les fringues de son amoureux, sentir son odeur viril, son eau de Cologne... Mais par dessus tout, elle aimait l'Uchiha...

C'est d'un pas guilleret qu'elle partit vers la chambre de sa fille, se sentant pour la première fois être femme après avoir fait l'amour avec Sasuke. Un petit déjeuner en famille n'attendait pas et Sakura était vraiment très heureuse, son cœur débordait d'une joie immense...

***

Plusieurs mois se sont écoulés. Sasuke et Sakura vivent le parfait amour avec la petite Sarada qui commençait à faire ses premiers pas. Le brun travaillait toujours au cabinet, mais la rose avait décidé de rester un peu auprès de sa fille, l'Uchiha avait accepté sa décision. Temari occupait donc le poste de secrétaire à plein temps pour une durée indéterminée.

La rose et elle étaient devenues très complices, elles faisaient même les boutiques ensemble, parfois rejoins par Ino et Hinata. Cette dernière avec accouché d'un magnifique petit garçon que ses parents avaient appelé Bolt. Quant à la Yamanaka, c'était à son tour d'être enceinte...

Sasuke et Sakura connaissaient à présent toutes les joies qu'offrait le couple. Complicité, bonne entente, amour, dispute, réconciliation... Car même s'ils s'entendaient à merveille, il était normal qu'ils soient en désaccord et qu'ils se disputent.

La fleur n'était pas tomber enceinte et elle espérait pouvoir donner un jour naissance à un bébé qui viendrait véritablement du ténébreux. En attendant, ils étaient heureux avec Sarada et c'était ce qui comptait. Cette dernière appelait même Sasuke papa. Il en avait été ému lorsqu'elle avait dit ses premiers mots et l'Haruno en avait eu les larmes aux yeux.

Sasuke continuait de s'occuper de la petite comme il le faisait depuis sa naissance, ce qui attendrissait à chaque fois Sakura. Il ne se lassait pas de cette petite et parfois il avait tendance à acheter tout et n'importe quoi pour elle. Dans ces moments-là sa bien-aimée lui faisait des remontrances, mais pour se faire pardonner, il l'embrassait.

Leur vie sexuelle semblait également parfaite. Sakura n'avait plus peur et avec Sasuke, elle découvrait les joies du plaisir qu'elle ne connaissait pas. À son côté, elle avait appris à refaire confiance à un homme intimement, elle voyait à présent ce qu'était un vrai couple et le brun gardait cette tendresse envers elle qui ne le quittait jamais pour continuer à le lui prouver.

Rien ne perturbait leur petite idylle, ils étaient une famille comme tant d'autre et enfin, Sasuke tout comme Sakura touchait au bonheur d'être avec l'être aimé...


Épilogue


Bien des années se sont écoulées depuis que la petite Sarada est venue au monde. Elle a dix ans à présent et elle est la grande sœur d'un petit frère du nom de Daisuke qui pourrait être son portrait craché car tous deux ont les cheveux qui tirent vers le noir et des yeux très sombres également. Ils ont également une petite sœur qui est âgée d'à peine quelques mois. Si le petit garçon est de cinq ans le cadet de Sarada, le bébé, Hime, atteint seulement ses six mois et elle aussi a quelques petites mèches noires sur la tête. Quant à ses yeux, ils sont marrons et vert foncé, une couleur assez spéciale pour un nourrisson mais du coup, elle tient de ses deux parents.

Sarada est devenu une magnifique fillette. Elle possède un joli petit minois, de grands yeux sombres qui font craquer tout son entourage et une belle longue chevelure de couleur noir ébène. Lorsqu'elle fait jouer tout ses atouts, c'est le cœur de Sasuke qui carbure, ne pouvant résister à sa fille.

Cette dernière est au courant que le ténébreux n'est pas son vrai père. Un jour, lorsqu'elle avait huit ans elle a questionné sa mère. Elle avait entendu une conversation entre ses parents et ainsi elle avait appris qu'elle n'était pas l'enfant légitime du seul père qu'elle ait. Sakura ne lui avait pas menti, lui disant la vérité et Sarada avait pleuré dans les bras de Sasuke au soir. Entre ses larmes, elle lui avait juré qu'elle n'aimerait que lui, que c'était lui son père et pas un autre. L'Uchiha n'avait que pu serrer le corps de sa fille contre le sien et il avait rencontré le regard triste de sa femme.

Les choses s'étaient tassées par la suite et Sarada avait certifié qu'elle se foutait de qui était son père biologique. Son véritable père était Sasuke et il le serait à jamais. La rose avait pleuré pour ensuite prendre sa fille dans ses bras et le cours de leur existence avait continué, agrandissant leur famille avec un troisième enfant.

Sasuke et Sakura s'étaient marié lorsque Sarada avait à peine un an. Le brun avait voulu lui passer la bague au doigt pour officialiser son amour pour la rose. Ce fut un jour magique pour eux où tous leurs amis furent présents.

Sasuke était toujours avocat et Temari était devenue son bras droit. Sakura avait décidé de rester à la maison et elle s’était même prise comme passion l'écriture. Elle avait déjà publié trois livres et elle attaquait le quatrième. Jamais par le passé elle aurait imaginé faire cela un jour, même si elle avait toujours adoré écrire.

Leur famille connaissait des hauts et des bas, mais elle était toutefois soudée et emplie d'amour et de tendresse...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dépot des OS pour le concours Naissance du 20/02/15 au 02/05/15
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evolution pour un CDD
» Conseil pour HDTV
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Quel boitier numérique pour vieux objectifs argentiques ?
» Quels réglages pour un paysage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fictions Mangas :: Fictions :: Concours-
Sauter vers: